Longtemps réservés au monde des start-up, les secrets pour être plus productif se diffusent désormais aux entreprises de toute taille. Sur le papier, les avantages sont évidents : être plus efficace en moins de temps. Pour en savoir plus, j’ai rencontré Guillaume Declair, le co-auteur de la 25e Heure. Ce livre réunit les conseils de productivité de 300 entrepreneurs, pour apprendre à travailler mieux pour travailler moins. Il est devenu en quelques mois un best-seller en France, avec plus de 20 000 exemplaires vendus. Guillaume est aussi entrepreneur : il a cofondé le média Merci Alfred au sein du groupe MyLittleParis puis a lancé la marque de vêtements engagée Loom.

Comment vous est venue cette idée d’écrire un livre sur la productivité ?


Guillaume Declair : De plus en plus d’amis autour de nous se plaignaient de travailler trop, certains ont même connu des burn out… c’est le syndrome d’une époque : les cadres travaillent de plus en plus. En France, leur temps de travail hebdomadaire a augmenté de 1 heure et demie en 10 ans ! C’est ce qu’on a appelé le paradoxe du progrès : les machines ont permis aux ouvriers de travailler moins, alors que les nouvelles technologies n’ont fait qu’augmenter le temps de travail des cadres. Les “cols blancs” sont devenus les nouveaux “cols bleus”.

Pourquoi ? Parce qu’on passe sans cesse d’une tâche à l’autre sur ses ordinateurs ou ses smartphones, on est inondé d’e-mails et de messages qui nuisent à sa concentration… Notre conviction : les nouvelles technologies ne devraient pas nous accabler de travail, mais au contraire nous en libérer. Nous devons apprendre à en tirer parti pour s’organiser, se concentrer et accélérer sa vitesse de travail. C’est ce qu’on a voulu expliquer dans ce livre.

Parmi tous les conseils que vous donnez dans votre livre, quel est selon vous le plus important ?

Guillaume Declair : Pour nous, le meilleur conseil, c’est forcément celui que les entrepreneurs nous répètent le plus souvent, car il a prouvé son efficacité pour un maximum de monde. Ce conseil, c’est la puissance du non : plus on avance dans sa carrière, plus on est soumis à des sollicitations, plus il faut dire non. Mais on ne peut y réussir qu’à deux conditions : avoir très clairement défini ses objectifs, et surtout oublier l’idée reçue que dire non peut vexer un interlocuteur. Pourtant, c’est le contraire : si on dit oui alors qu’on ne le pense pas, on va décevoir son interlocuteur par son manque de motivation…

A qui s’adresse ce livre ?

Guillaume Declair : A tous les travailleurs de bureaux, entrepreneurs comme cadres. Ce sont eux qui subissent le plus les interruptions et distractions liées aux nouvelles technologies… mais s’ils apprennent à bien les utiliser, ce sont eux qui ont le plus à y gagner. Si on a interrogé des start-uppers, c’est parce qu’ils ont un point commun : celui d’avoir un horizon de temps et des ressources financières très limités. Pour eux, travailler vite, c’est une question de vie ou de mort pour leur entreprise.

Est-ce que vous intervenez directement en entreprise ?

Guillaume Declair : Oui. L’accueil très positif des entreprises nous a très agréablement surpris : beaucoup nous ont acheté le livre en direct par paquets de dix pour l’offrir à leurs employés, et pas mal d’autres nous ont contacté pour des interventions ou des formations : des groupes du CAC40 comme des PME. Pendant ces interventions, nous donnons bien sûr des conseils directement actionnables mais surtout, nous essayons de changer l’état d’esprit des collaborateurs : inutile de travailler beaucoup, il faut travailler avant tout efficacement.

Est-ce que vous avez eu des bons retours ?

Guillaume Declair : Pendant les premières interventions, on appréhendait un peu le retour des directeurs ou des managers… Quelque part, nous encourageons leurs salariés à travailler moins ! Mais tous les retours ont été très enthousiastes, sans exception. En fait, ceux qui font appel à nous sont des entreprises avec des patrons ou des RHs qui ont compris une chose essentielle : pour attirer et conserver les meilleurs talents, il ne faut pas les faire travailler de longues heures, il faut les aider à être le plus productifs possibles. Il faut en finir avec les idées reçues sur le lien entre temps de travail et résultats obtenus.

Et la suite ?

Guillaume Declair : Nous sommes trois co-auteurs, mais ce n’est pas suffisant pour faire face aux demandes des entreprises… Et surtout, avec nos métiers respectifs, nous ne pouvons pas nous déplacer partout en France. Nous sommes donc en train de structurer une offre avec des intervenants sur tout le territoire. S’il y a des entreprises intéressées, plus d’infos sur notre site 25hbook.com !