Point d’orgue de cette journée dédiée aux créateurs de start-up et dirigeants d’entreprises, le président Emmanuel Macron est venu saluer la détermination et l’enthousiasme de tout un écosystème.

 

Placée sous le signe de la conquête, cette 7e édition a réussi l’exploit d’organiser plus de 400 ateliers, conférences et masterclass à destination des entrepreneurs avec pour mots d’ordre l’inspiration, le développement de leur business et de leur réseau. Au terme d’une journée riche en temps forts, où les personnalités les plus inspirantes se sont succédées sur la scène de Big, telles que Xavier Niel (Free), Jacques-Antoine Granjon (Veepee), Octave Klaba (OVH Cloud) ou encore le chef étoilé Mory Sacko, le président Emmanuel Macron a créé la surprise en annonçant une prise de parole en clôture d’évènement. Un signal fort adressé à cette assemblée de créateurs d’entreprises et de dirigeants qui constitue un pan clé de l’économie de la France, et qui fait l’objet de toutes les attentions de celui qui a fait le vœu, dès son arrivée à l’Elysée, de faire du pays une « start-up nation ».

 

Emmanuel Macron :  « La réindustrialisation passera en priorité par la convergence entre les start-up et les industries autour du développement industriel qu’on appelle la deep tech »

 

A son arrivée, le président s’est réjoui de retrouver « cette belle énergie de ce rendez-vous devenu désormais un rituel ». Ses premiers mots ont été à l’attention des entrepreneurs du pôle événementiel qui ont souffert pendant la crise, et qu’il encourage à soutenir « en continuant à les mobiliser dans les mois à venir ». Nouveauté cette année, le président s’est plié à l’exercice des questions-réponses avec plusieurs entrepreneurs. Parmi eux, Stéphanie Venier Dargent, Directrice associée du laboratoire Astelia, qui l’a notamment interrogé sur les moyens mis à la disposition des pouvoirs publics pour accompagner les entreprises dans leur développement à l’international. Emmanuel Macron a mis en avant l’important travail de fond réalisé par l’équipe France constituée par Bpifrance, Business France, les CCI mais aussi les régions, et qu’il compte démultiplier au plus près des territoires grâce à un investissement de 250 millions d’euros. L’objectif ? Financer le développement des entreprises à l’export, notamment via des études de marché ainsi que par la prise en charge de 50% du coût des VIE. D’autres annonces seront dévoilées la semaine prochaine dans le cadre du plan France 2030. 

Cet échange aura été l’occasion pour le Président de rappeler que « la réindustrialisation passera en priorité par la convergence entre les start-up et les industries autour du développement industriel qu’on appelle la deep tech ». Pour cela, l’accompagnement des entreprises dans le financement de leur démonstrateur industriel devra passer de plusieurs dizaines à plusieurs centaines par an à horizon 2030.  Une mesure forte dont on espère qu’elle contribuera à rénover le tissu industriel dans les territoires. Point d’orgue de son discours, le président a invité les entrepreneurs à offrir des opportunités, notamment par l’apprentissage, et à faire confiance aux jeunes, « quels que soient leur nom, adresse ou couleur de peau car la jeunesse est une chance pour notre pays ». Un message fort en faveur de l’égalité des chances.