La start-up de reconnaissance visuelle Deepomatic annonce aujourd’hui une levée de fonds de 6,2 millions de dollars auprès de Hi Inov Dentressangle, Alven et Bertrand Diard, fondateur de Talend. L’objectif est double pour cette entreprise de l’intelligence artificielle : investir dans la recherche et le développement et s’installer à New York pour y déployer son offre.

Après son « pivot », la start-up Deepomatic annonce une levée de fonds de 6,2 millions de dollars avec deux objectifs : investir dans la R&D et s’installer à New York. « Nous éditons une plate-forme logicielle pour permettre aux entreprises de concevoir des projets basés sur la reconnaissance vidéo », développe Augustin Marty, CEO de la jeune pousse. Il n’en a pas toujours été ainsi. A son lancement, Deepomatic se présentait comme le « shazam de l’image », en référence à cette application mobile qui permet de reconnaître une chanson ou un morceau de musique.


Depuis deux ans, la start-up s’adresse directement aux entreprises et industriels ayant des besoins très précis de solution de reconnaissance d’image. « Une structure de restauration collective, Compass, voulait développer un système permettant d’encaisser ses clients en une dizaine de secondes, en prenant une simple photo du plateau repas », présente Augustin Marty. Grâce à une application, ce sera chose faite. « Nous faisons un accompagnement et proposons des conseils, nous ne faisons pas à la place des entreprises », précise toutefois l’entrepreneur.

International

Avec cette levée, réalisée auprès de Hi Inov et de ses investisseurs historiques Alven et Bertrand Diard, Deepomatic souhaite notamment développer des technologies embarquées pour faire fonctionner ces algorithmes de reconnaissance vidéo sur du matériel « moins coûteux et moins lourd ». « Aujourd’hui, les solutions de reconnaissance sont très gourmands », indique Augustin Marty. Cette technologie embarquée a aussi pour objectif d’industrialiser le déploiement de l’offre et de s’ouvrir à de nouveaux marchés.

« Il est aujourd’hui indispensable d’aller à l’international », constate l’entrepreneur dont la start-up profite de cette levée de fonds pour partir s’installer à New York avec un bureau de quatre personnes. Le 30ème salarié vient d’être recruté et Deepomatic compte rapidement atteindre le palier symbolique des 50 employés.