Saviez-vous qu’en France près d’une entreprise sur deux ferme ses portes faute d’une gestion de trésorerie appropriée ? Face à ce constat, Sébastien Beyet, co-fondateur d’Agicap, travaille depuis 2016 pour aider les dirigeants de PME et TPE à piloter leur entreprise, en leur permettant d’agir efficacement sur leur trésorerie.

C’est en rencontrant de nombreux entrepreneurs qu’il a identifié le problème : les dirigeants sont passionnés par leur travail, mais ils sont loin d’être sereins quand il s’agit de suivre et anticiper leur trésorerie. Celle-ci est pourtant le nerf de guerre pour les PME. Si les grands groupes disposent depuis longtemps de nombreux outils pour gérer leur trésorerie, aucune solution n’existait pour les entreprises de taille plus modeste… C’est ainsi qu’Agicap est né.


En trois mots : Cash is King

Agicap est une solution SaaS qui accompagne plus de 2 000 PME et TPE dans le suivi et l’anticipation de leur trésorerie, quel que soit le secteur d’activité (industrie, artisanat, hôtellerie, restauration, commerce, e-commerce, BTP …). Concrètement, il s’agit d’un logiciel qui aide les dirigeants d’entreprises à mieux visualiser l’état de leur trésorerie, anticiper les différents scénarios et prendre les bonnes décisions.

« Les dirigeants de PME ont un vrai besoin de visibilité sur les entrées et sorties de cash pour les semaines, voire les mois à venir » raconte Sébastien Beyet. « Il est vital pour une entreprise de pouvoir fixer des objectifs et maîtriser l’état de leur avancement. Notre outil offre justement une vision personnalisée et centralisée de la trésorerie, afin de simplifier le quotidien des dirigeants qui souhaitent piloter leur activité facilement ».

Des centaines d’échanges avec des dirigeants et DAF

Traditionnellement, les dirigeants et les DAF de PME-TPE faisaient tout manuellement, principalement sur Excel. Mais cet outil montre vite ses limites : chronophage, source d’erreurs et de stress, le tableur ne répond pas aux besoins fondamentaux de gestion d’une entreprise. Les PME ont pourtant un réel besoin de suivre de près leurs flux de trésorerie, et d’autant plus dans un contexte économique incertain : « avoir la main sur son cash disponible dans un futur proche est central pour pouvoir dormir sur ses deux oreilles » souligne Sébastien Beyet.

Les équipes d’Agicap ont donc cherché à comprendre les enjeux de la gestion de trésorerie au sein des différents secteurs économiques, afin de cerner les attentes des clients. La solution a vu le jour après des échanges avec des centaines de dirigeants et DAF, qui ont permis de définir une première priorisation de fonctionnalités disponibles. « Depuis, la solution n’a pas cessé d’évoluer en prenant en compte au quotidien les retours précieux des utilisateurs de notre logiciel » continue Sébastien Beyet.

De l’idée au succès de son produit Saas, un fleuve pas si tranquille

 

Comment l’idée s’est-elle concrétisée pour devenir un véritable outil SaaS ? Le co-fondateur d’Agicap nous relate les débuts de son aventure : « L’entreprise s’est d’abord construite avec trois associés dirigeants : Clément, Lucas et moi. Depuis, notre équipe n’a cessé de croître autour des principaux axes stratégiques de notre service : le développement du produit Agicap, sa consolidation, sa commercialisation et l’accompagnement de nos clients ».

Agicap diversifie alors les profils qui intègrent ses équipes. Le potentiel d’un marché de 10 millions de PME en Europe et le succès de l’outil sur le territoire français ont vite poussé l’entreprise à conquérir de nouveaux pays. « Nous prévoyons accélérer notre développement en France et nous avons commencé notre déploiement à l’international avec le lancement de notre produit en Allemagne » précise Sébastien Beyet.

La conquête du marché français n’a pas été un long fleuve tranquille… Si le travail préalable au lancement du produit a vite porté ses fruits, sa commercialisation a été plus difficile. Sébastien Beyet se souvient de ses débuts : « sans produit, sans clients et sans les moyens nécessaires, il nous a fallu persévérer en s’accrochant à notre mission. ».  

Ensuite, « une fois la machine lancée », pour reprendre les termes de Sébastien, Agicap est entrée dans une période de forte croissance… avec de nouvelles difficultés. La principale ? Maîtriser le rythme de croissance, alors que de nombreux questionnements sont vite apparus. « Comment faire grossir la startup en triplant le nombre d’employés en quelques mois seulement, tout en préservant les valeurs fortes qui font vivre la culture de l’entreprise ? Comment implanter le produit dans des pays comme l’Allemagne qui possèdent leurs propres spécificités ? Comment déléguer des tâches anciennement faites en interne pour les rationaliser ? » sont autant de questions auxquelles les fondateurs d’Agicap ont dû répondre rapidement.

15 millions d’euros pour l’internationalisation

Faciliter la vie des dirigeants – et donc la croissance de leurs entreprises – relève d’une belle ambition, qui s’est révélée encore plus d’actualité lors de la crise sanitaire du COVID-19. Vous vous demandez alors sûrement d’où sont venus les financements pour faire vivre un tel projet depuis son lancement en 2016. Sébastien Beyet nous explique qu’il n’y a pas de secrets : « nous avons démarré notre activité en mode itératif, avec la création de notre première version de l’outil et en livrant des prestations de conseil pour constituer nos premiers fonds ».

Au bout de deux ans et demi d’existence, l’équipe grandissante d’Agicap a pu mener sa première levée de fonds. « En 2019, nous avons levé 2,4 millions d’euros, qui a été le point de départ d’une forte accélération de l’activité », explique Sébastien Beyet. Très après, une seconde levée de fonds, de 15 millions d’euros en 2020 a donné à l’entreprise des moyens renforcés. De quoi porter sa vision à l’international, sur de nouveaux marchés, tout en continuant à améliorer son produit.

 

<<< A lire également : Comment Les Fintech Veulent Accélérer Le Plan De Relance Américain >>>