Votre médecin vous diagnostique une maladie, mais vous sortez de votre consultation sans vraiment comprendre ce que vous avez. Comment retenir les informations et conseils donnés par votre médecin ? La combinaison d’une application grand public et de l’intelligence artificielle : voici le secret d’Abridge pour retranscrire en toute sécurité vos rendez-vous médicaux.

Abridge, la start-up d’IA qui a annoncé son lancement officiel et un financement de 15 millions de dollars mardi, compte déjà 50 000 utilisateurs, principalement grâce au bouche-à-oreille. « La technologie a le potentiel d’aider tellement de monde », déclare le Dr Shiv Rao, 41 ans, cardiologue, cofondateur et PDG d’Abridge.

Le problème que l’entreprise entend résoudre est le suivant : près des deux tiers des patients interrogés par Abridge ont oublié plus de 40 % des conversations qu’ils ont eues avec leur médecin, y compris des détails essentiels, comme les conseils pour rester en bonne santé. L’application met en évidence les informations clés issues de ces conversations pour les aider. « Elle les aide à comprendre les détails des diagnostics, des procédures ou des médicaments qui sont discutés », explique M. Rao. Les patients peuvent également partager les transcriptions avec les soignants, leur famille ou d’autres praticiens.

C’est l’accent mis sur le patient, et l’utilisation de la technologie pour combler le fossé entre les patients et les cliniciens, qui a attiré l’investisseur principal Union Square Ventures. « La plupart des entrepreneurs du secteur de la santé tentent de résoudre les questions concernant les soins de santé », explique Andy Weissman, associé gérant d’Union Square Ventures. Mais M. Rao et son cofondateur et directeur technique, Sandeep Konam, 25 ans, ont adopté une approche opposée. Ils se sont concentrés sur la création de ce qu’Andy Weissman appelle « l’expérience utilisateur » qui était la clé d’autres investissements technologiques réalisés par l’entreprise, notamment Twitter, SoundCloud et Kickstarter. Bessemer Venture Partners et le centre médical de l’université de Pittsburgh ont également participé à la série A de 10 millions de dollars. L’entreprise avait déjà levé 5 millions de dollars lors d’un tour de table d’amorçage, auquel avaient participé Aneesh Chopra, le directeur de la technologie américain sous le président Barack Obama, et l’investisseur Esther Dyson.

À l’époque de « Dr. Google », où les patients se tournent souvent vers Internet pour obtenir des réponses à des questions médicales urgentes, Abridge a défini plus de 400 000 termes médicaux dans un langage facile à comprendre, en s’appuyant sur des ressources comme la Clinique Mayo et la Bibliothèque nationale de médecine. Sandeep Konam et son équipe ont passé deux ans à développer des algorithmes capables de comprendre le jargon médical, de faire apparaître les termes clés et de détecter les prochaines étapes. La technologie ignore les discussions sur des sujets comme la météo et se concentre uniquement sur les parties de la conversation qui sont pertinentes sur le plan médical. « Notre but a toujours été de nous concentrer sur la conversation entre le patient et le médecin », affirme Sandeep Konam. « Parce que cette conversation se situe potentiellement en amont de tous les diagnostics, thérapies, laboratoires et autres services. »

Ce qu’Abridge a construit est plus compliqué que la technologie qui sous-tend les systèmes à commande vocale comme Alexa ou Siri, puisque ces appareils ont des corrections par commandes vocales. Les algorithmes de la société devaient être capables de reconnaître du premier coup les noms compliqués des prescriptions, comme l’atorvastatine pour le cholestérol ou le lisinopril pour l’hypertension. Abridge s’est également associé à la société de tarification des médicaments GoodRx (qui est entrée en bourse en septembre) pour inclure des informations sur les coupons disponibles à côté du nom des ordonnances. La confidentialité et la sécurité des informations médicales protégées étaient primordiales pour la conception de la plateforme, explique M. Konam. Un autre grand défi était de pouvoir interpréter les différents degrés de qualité des microphones ainsi comprendre les personnes qui se parlent entre elles.

Abridge a été fondée en 2018, mais les cofondateurs se sont rencontrés quelques années auparavant, lorsque Sandeep Konam poursuivait un master en robotique et Rao était cardiologue au centre médical de l’université de Pittsburgh. Les algorithmes ont été développés à partir d’un ensemble de données de recherche désidentifiées et consenties par l’UPMC, qui est également un investisseur. L’entreprise compte 15 employés à plein temps et prévoit d’utiliser les fonds pour se développer sur le plan de l’ingénierie et des produits afin de continuer à développer de nouvelles fonctionnalités.

« Les moments les plus importants pour le patient sont souvent ceux entre deux visites », explique M. Rao. Abridge aide donc les patients à franchir les étapes qui suivent la visite : remplir leurs ordonnances, programmer une visite de suivi, réaliser les examens demandés, etc. Si les principaux utilisateurs sont les patients, les principaux clients qu’Abridge espère attirer sont les systèmes de santé et les assureurs maladie, qui sont prêts à payer pour l’utilisation d’une plateforme qui pourrait contribuer à améliorer les résultats à long terme pour leurs patients. « Notre ambition ici n’est pas d’automatiser les humains », déclare M. Rao. « Ce n’est pas notre objectif. Nous cherchons à utiliser une technologie de pointe, comme l’apprentissage machine, pour améliorer les humains et les relations entre eux. »

 

Article traduit de Forbes US – Auteure : Katie Jennings 

<<< À lire également : Tend : Quand La Visite Chez Le Dentiste Devient Amusante >>>