Alors que le film Hitman’s Wife’s Bodyguard a rapporté la somme prometteuse de 3,9 millions de dollars le jour de sa sortie, voici une liste des plus gros succès de Samuel L. Jackson. Cet article ne comprend pas son second rôle de Nick Fury dans l’univers cinématographique Marvel, ni ses seconds rôles mineurs dans la trilogie des préquelles de Star Wars, les films Les Indéstructibles ou encore Jurassic Park.

 

Nous parlons ici de rôles de premier plan dans des films de studio grand public où il n’était pas un élément de valeur ajoutée dans une vente purement liée à la propriété intellectuelle. Cette liste, à des fins purement éducatives et de divertissement, est classée en fonction des ventes nationales corrigées de l’inflation. Sans plus attendre, voici la liste.

 

 

Pulp Fiction (1994)

Recettes nationales : 108 millions de dollars

Chiffre d’affaires corrigé de l’inflation : 236 millions de dollars.

Il est normal que le rôle qui a défini la carrière de Samuel L. Jackson, celui qui lui a valu sa seule nomination aux Oscars et qui l’a fait passer du statut d’acteur à celui d’icône de la culture pop, soit aussi son film le plus réussi. Cependant, l’oeuvre de Quentin Tarantino, qui a changé la donne, tient toujours la route et domine la plupart des imitateurs potentiels. C’est parce que c’est d’abord un drame et ensuite une comédie.
Jules Winnfield arrive en tant que complice de Vincent Vega (John Travolta), disparaît après le long prologue et reprend le devant de la scène dans le troisième acte pour devenir le protagoniste du dernier chapitre et la boussole morale du film. Cela n’est pas sans rappeler son arc dans Les huit salopards de Tarantino, 21 ans plus tard. Pulp Fiction a atteint la première place du box-office avec 9,311 millions de dollars.
Il a rapporté 108 millions de dollars dans le pays (et 214 millions de dollars dans le monde) pour un budget de 8 millions de dollars, faisant de son réalisateur le Steven Spielberg du cinéma indépendant et lui valant un Oscar du meilleur scénario original. On a beaucoup parlé de la guerre culturelle et de la course aux récompenses entre Pulp Fiction et Forrest Gump de Robert Zemeckis, en partie parce que ce dernier a été adopté par la « droite » (puis vilipendé par la « gauche ») en tant qu’apologie des conservateurs des années 1960. Tarantino a également aimé Forest Gump, en raison de sa sensibilité comique macabre.

 

 

Le droit de tuer ? (1996)

Recettes nationales : 109 millions de dollars

Chiffre d’affaires corrigé de l’inflation : 225 millions de dollars

Le droit de tuer ?, basé sur le premier roman de l’avocat devenu auteur John Grisham, met en scène Samuel L. Jackson dans le rôle d’un homme jugé après avoir mitraillé les deux rednecks qui ont violé et tenté d’assassiner sa jeune fille. Il a ouvert avec 14,8 millions de dollars, dépassant Independence Day lors du quatrième week-end de ce film, et a atteint 108 millions de dollars. C’est le seul véritable succès post-Independence Day de toute la seconde moitié de l’été 1996. À l’épreuve du feu a à peine doublé son budget de 47 millions de dollars, et Tin Cup était beaucoup trop cher. Cela ressemble à l’été 1991, où pratiquement rien n’est sorti après le début monstre de Terminator 2 le 4 juillet.
Le film a fait de Matthew McConaughey une star et a permis à Sandra Bullock et Kevin Spacey de poursuivre leur ascension. Le film a vieilli à la fois en mal et en bien. Il est ouvertement antiraciste et n’essaie pas d’humaniser ses méchants racistes. Le film, classé R et destiné aux adultes, est au moins quelque peu conscient de l’endroit et de l’époque où il se déroule, tant au niveau du monologue de Samuel L. Jackson en prison « vous et moi ne sommes pas amis » que de la plaidoirie de McConaughey, dramatique mais pas inexacte, « imaginez qu’elle est blanche ». Le rôle de Samuel L. Jackson, en tant qu’accusé enragé, reste un autre moment fort de l’histoire.


Une journée en enfer (1995)

Recettes nationales : 100 millions de dollars

Chiffre d’affaires corrigé de l’inflation : 211 millions de dollars

Autre film conscient de son époque et de son lieu, John McTiernan a « récupéré » de Last Action Hero en revenant à la franchise John McClane. Initialement conçu comme un thriller sur les poseurs de bombes fous, le film a subi une certaine pression avant sa sortie en raison de sa sortie un mois après l’explosion du bâtiment fédéral d’Oklahoma City par une milice raciste, qui a tué 166 personnes. Bruce Willis avait alors demandé à ne pas être interrogé sur les parallèles potentiels, car il ne voulait pas banaliser cette tragédie en l’abordant sous l’angle d’un blockbuster d’action pop-corn apolitique, ce qui, franchement, devrait être la façon dont ce genre de situations malheureuses se déroulent régulièrement.
Son succès, 100 millions de dollars sur le marché intérieur et 366 millions de dollars dans le monde entier, a été une nouvelle preuve que les tragédies de la vie réelle n’affectent pas le sort des films que le public veut déjà voir. Le film oppose John McClane à Simon (Jeremy Irons, tout juste sorti du Roi Lion), qui utilise une série de bombardements pour détourner l’attention. Malheureusement, Samuel L. Jackson se retrouve impliqué dans le plan et devient le partenaire involontaire de McLane (le film est tiré d’un scénario original, Simon Sez, initialement développé comme une suite de Lethal Weapon).
Ce film bavard n’évite pas les implications raciales d’un homme noir innocent risquant la mort pour une querelle familiale entre deux Blancs. L’ouverture du film ne passerait probablement pas aujourd’hui, et on peut imaginer que les flirts du film avec le racisme inversé mériteraient quelques réflexions. Mais Une journée en enfer date d’une époque où les films d’action classés R n’étaient pas censés se substituer au discours moral. 

 

 

Django Unchained (2012)

Recettes nationales : 162 millions de dollars

Chiffre d’affaires corrigé de l’inflation : 186 millions de dollars

Le deuxième des deux films de Tarantino à avoir remporté le prix du meilleur scénario original, ce film de vengeance historique, violent et vertueux, met en scène Samuel L. Jackson contre-type dans le rôle de l’homme de main profondément dévoué au méchant esclavagiste du film (Leonardo DiCaprio). Ce n’est pas tout à fait un film de stars, car le rôle principal est celui de Jamie Foxx, esclave évadé devenu chasseur de primes, DiCaprio lui vole la plupart de ses scènes et Christoph Waltz a remporté l’Oscar. Néanmoins, Jackson livre l’une de ses meilleures performances et prend la vedette dans le troisième acte du film. C’est suffisamment bon et satisfaisant pour que l’on ne remarque même pas qu’il s’agit essentiellement d’un remake du Masque de Zorro jusqu’à son apogée dans le deuxième acte. Il s’agit du « chapitre central » officieux de la trilogie de révisionnisme historique de Tarantino, qui offre à la fois des lignes temporelles alternatives qui plaisent au public et qui montre précisément à quel point nous voyons l’histoire du monde réel à travers un filtre cinématographique.

 

 

S.W.A.T. unité d’élite (2003)

Recettes nationales : 117 millions de dollars

Chiffre d’affaires corrigé de l’inflation : 178 millions de dollars

Ce film d’action réalisé par Clark Johnson comporte un caméo amusant de Reed Diamond, le partenaire de Johnson à la crim’. Plus important encore, il a été considéré par la plupart des gens comme un film d’action « flics et voleurs » avec Colin Ferrell, Samuel L. Jackson, LL Cool J, Michelle Rodriguez et (dans un premier rôle) Jeremy Renner, plutôt que comme une adaptation de la télévision au cinéma. Dans ce film à suspense, nos héros du S.W.A.T. tentent de faire arrêter un baron de la drogue qui offre une récompense de 100 millions de dollars pour sa liberté. Ce thriller s’est distingué, même en 2003, par son action relativement pratique et réaliste, notamment par une violence qui minimisait le nombre de cadavres à l’écran au profit de niveaux de carnage plausibles. Malgré les accusations de copagande (il est sorti un mois après Bad Boys II), c’est un bon divertissement qui a couronné une saison estivale robuste qui, rétrospectivement, a été la dernière où l’action dans le monde réel a pu dominer le box-office.

 

 

Kong : Skull Island (2017)

Recettes national : 168 millions de dollars

Chiffre d’affaires corrigé de l’inflation : 171 millions de dollars

Godzilla II : Roi des monstres de Michael Dougherty, le préquel de King Kong de Jordan Vogt-Roberts, qui se déroule dans les années 1970, est le meilleur des récents films du MonsterVerse. Les superbes prises de vue en plein jour de Larry Fong sont à tomber par terre, et le casting d’aventuriers (dont John Goodman, Tom Hiddleston, Brie Larson et John C. Reilly) serait convaincant même sans le personnage principal. Samuel L. Jackson est formidable dans le rôle de l’éventuel Capitaine Achab du film, et c’est le film de monstre non-Jurassien qui a rapporté le plus de recettes avec 568 millions de dollars dans le monde. De plus, en tant que succès commercial et critique, c’était un exemple critique pré-Aquaman de la façon dont Warner Bros. était en train de battre des records commerciaux et artistiques partout sauf dans l’univers de D.C. Films.

 

 

Incassable (2000)

Recettes nationales : 95 millions de dollars

Chiffre d’affaires corrigé de l’inflation : 162 millions de dollars    

La déconstruction des super-héros de M. Night Shyamalan était en avance sur son temps, ce qui explique en grande partie son attrait pour ceux qui l’aiment toujours autant. Il s’agit d’une étude de caractère et d’un thriller incroyablement attachants. C’est peut-être le film le plus impressionnant de Shyamalan à ce jour. Il s’est également distingué à une époque pré-Spider-Man comme une tentative honnête de créer un film d’horreur/de suspense fantastique prestigieux autour du monde des super-héros de bandes dessinées. Le marketing cryptique a caché l’angle des super-héros, se contentant d’évoquer Bruce Willis, sorti miraculeusement indemne d’un accident de train cataclysmique, et Jackson, qui offre des réponses. Les spectateurs n’étaient donc pas préparés à la révélation du premier acte : « David, tu es un super-héros ». Le bouche-à-oreille divisé et les faibles retombées post-début ont suivi, de sorte que Solide comme un roc a été un thriller plus grand public. Incassable tient la route parce qu’il traite ses tropes et ses rebondissements comme un assaisonnement plutôt que comme le plat principal.

 

 

Kingsman : Services secrets (2015)

Recettes nationales : 128 millions de dollars

Chiffre d’affaires corrigé de l’inflation : 141 millions de dollars

Samuel L. Jackson incarne un Blofeld des plus modernes dans la comédie d’action de Matthew Vaughn et Jane Goldman, qui se demande « Et si un film de Roger Moore sur 007 était ridiculement violent et vulgaire ? » Colin Firth est un agent vieillissant d’une organisation d’espionnage britannique super secrète, avec Taron Egerton dans le rôle de son futur protégé. Le film souligne à quel point toute la mythologie de James Bond est, au moins partiellement, un fantasme de classe. Jackson est hilarant dans le rôle d’un énième super-vilain qui veut détruire le monde pour lutter contre le changement climatique, mais au moins ce film pousse ce genre de thèmes jusqu’à leur époustouflante conclusion naturelle. Grâce à ses acteurs (dont Jackson) et à son attrait extraordinaire, Kingsman a été l’un des rares films pour geeks à connaître un grand succès auprès du grand public. Il reste le dernier film de bande dessinée à succès issu d’une série de bande dessinée autre que DC/Marvel.

 

 

Tarzan (2016)

Recettes nationales : 126 millions de dollars

Chiffre d’affaires corrigé de l’inflation : 133 millions de dollars

L’un de ces tentpoles frustrants, l’histoire coûteuse (180 millions de dollars) de Tarzan de David Yates sert d’antidote partiel aux plaintes concernant les films de super-héros sans sexe. Le film a d’ailleurs eu un peu plus de succès que prévu (356 millions de dollars, ce n’est pas génial, mais c’est mieux que Pan et Robin des Bois). Alexander Skarsgård est un étalon vêtu d’une écharpe. Margot Robbie est une demoiselle de compagnie, et le film s’adresse à ceux qui veulent un peu de Fifty Shades en passant par Les Périls de Pauline dans leurs tentpoles super-héroïques. Jackson joue le rôle de George Washington Williams, un vrai dur à cuire qui incarne les tentatives du film de créer un Tarzan moderne, progressiste et anticolonialiste. À l’inverse, The Lone Ranger de Gore Verbinski se moquait des tentatives d’Hollywood de moderniser l’ancien P.I. au profit de la consommation actuelle.

 

 

Peur bleue (1999)

Recettes nationales : 77 millions de dollars

Chiffre d’affaires corrigé de l’inflation : 133 millions de dollars

Si le film, qui raconte l’histoire de scientifiques créant des requins plus intelligents pour combattre la maladie d’Alzheimer, a démarré avec 19 millions de dollars et a atteint 77 millions de dollars, c’est en grande partie grâce à sa vedette. Après avoir revu ce film classé R, on peut confirmer que A) il est très amusant et B) son passage central est toujours considéré comme l’une des meilleures frayeurs du cinéma moderne. Si vous avez vu le film, vous savez de quoi il est question.

 

 

Shaft (2000)

Recettes nationales : 70 millions de dollars

Chiffre d’affaires corrigé de l’inflation : 120 millions de dollars

Shaft, de John Singleton, est sans conteste le meilleur film de cette franchise vaguement définie. Il est rempli d’une juste colère, d’un optimisme déformé et de moments occasionnels d’autodestruction « des deux côtés ». Le meurtrier raciste et BCBG de Christian Bale pourrait aussi bien s’appeler White Privilege Man. La victime critique du film (Mekhi Phifer) a des amis blancs et bénéficie d’un moment de vengeance qui plaît à la foule. Pour le meilleur ou pour le pire, l’un des deux flics corrompus du film est noir, et il a des sentiments compliqués sur le maintien de l’ordre institutionnel. C’est un film qui vit et respire, avec des performances de Toni Collette, Jeffrey Wright et Bale qui sont aussi bonnes que celles que l’on peut attendre d’une épopée policière de Sidney Lumet. Le scénario crépitant de Richard Price est si bon que Jackson se fait parfois remarquer lorsqu’il est obligé de faire le « Shaft shtick ». Et l’action du film a fait de Singleton un grand spécialiste des fusillades du cinéma moderne.

 

 

Glass (2019)

Box-office national : 111 millions de dollars

Chiffre d’affaires corrigé de l’inflation : 111 millions de dollars.

Beaucoup soutenaient qu’Incassable n’avait pas besoin d’une suite, qu’il s’agissait d’un film autonome idéalisé sur un gars ordinaire embrassant son destin de super-héros justicier dans le monde réel. On pouvait penser qu’une suite nous offrirait, de par sa conception, tous les tropes génériques et les clichés spécifiques au genre qu’Incassable s’est efforcé d’éviter, et qu’un tel film existant dans un univers saturé de super-héros serait voué à l’échec. Quoi qu’il en soit, cette suite admirable dans l’esprit d’Incassable et de Split n’est pas à la hauteur de ses ambitions. Elle s’enferme dans une narration autodestructrice) et semble déconnectée des 20 dernières années de culture BD/geek. Quoi qu’il en soit, je suis prêt à ce qu’Old m’épate le mois prochain.

 

 

Dérapages incontrôlés (2002)

Recettes nationales : 67 millions de dollars

Chiffre d’affaires corrigé de l’inflation : 105 millions de dollars

La performance de Ben Affleck est incroyable dans ce film, tout comme celle de Samuel L. Jackson. Cette étude de caractère dynamique et ce thriller du monde réel concernent deux hommes imparfaits qui s’affrontent dans un combat mesquin et vindicatif sur les conséquences d’un accident de voiture commun. La distribution (Tony Collette, William Hurt, Kim Staunton, etc.) est excellente, et le scénario savoure les nuances et la spécificité de son scénario à fort potentiel. C’est également un film sage et réfléchi, qui refuse de détourner le regard des inégalités systémiques présentes dans son conflit central tout en exposant les compromis moraux de la vie quotidienne. C’est l’un des meilleurs joyaux « oubliés » des studios des années 2000, et le fait qu’il ait connu un tel succès à l’époque (105 millions de dollars pour un budget de 45 millions de dollars) est un rappel d’une époque où le public affluait vers les « films-films » de la vieille école, sans franchise et destinés aux adultes.

 

Epilogue :

xXx : Reactivated (142 millions de dollars en 2002/220 millions de dollars après ajustement) a été une omission difficile, mais il s’agissait d’un véhicule de Vin Diesel tandis que Jackson était un méchant assez générique dans Jumper (80 millions de dollars en 2008/102 millions de dollars après ajustement). Le thriller de procès militaire Rules of Engagement (61 millions de dollars en 2000/104 millions de dollars ajustés) était le « 14ème » et un exemple défini comme tout du genre de film qui était autrefois un succès solide pour un studio comme Paramount. De même, le formidable Coach Carter de Jackson (67 millions de dollars en 2005/96 millions de dollars après ajustement) mérite un clin d’œil, ne serait-ce que parce qu’il est l’un des rares films grand public à faire subir un avortement à ses jeunes personnages. Et comme il est sorti il y a seulement quatre ans, Hitman & Bodyguard (76 millions de dollars en 2017) n’a pas été retenu pour l’ajustement à l’inflation.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Scott Mendelson

<<< À lire également : Oscars : Netflix passe une fois de plus à côté du prix du meilleur film >>>