TB Alliance, une organisation à but non lucratif, cherche actuellement un moyen de résilier son bail au 40 Wall Street, le gratte-ciel du président américain Donald Trump, dans le centre de Manhattan.

Un représentant de l’organisation, qui se concentre sur le développement de médicaments contre la tuberculose, a laissé entendre que la décision pourrait être liée à l’émeute de la semaine dernière au Capitole américain, sans donner plus d’explications.

En réponse à un courriel demandant si l’organisation envisageait de modifier son bail dans le bâtiment compte tenu de l’actualité politique, un porte-parole a répondu : « Oui, nous explorons toutes les options pour nous relocaliser en dehors du 40 Wall Street ».

Le porte-parole a demandé si l’organisation envisageait de quitter l’immeuble uniquement en raison des événements au Capitole, ou en raison de la politique du président en général. « Je n’ai rien à ajouter », a-t-il déclaré. Lorsqu’on lui a demandé à nouveau si la décision avait un rapport avec la politique de Donald Trump, celui-ci n’a pas répondu.

TB Alliance paie un loyer annuel estimé à 900 000 dollars (746 000 euros), un bien parmi tant d’autres que Trump n’a pas cédé lors de son entrée en fonction.

La nouvelle fait suite à un article paru mercredi dans Business Insider, selon lequel un autre locataire, les Girl Scouts of Greater New York, tente également de quitter le Trump Building. Cette organisation est liée par un bail de 15 ans qui a débuté en 2014 et qui prévoit un loyer annuel moyen de 644 000 dollars (534 000 euros).

Perdre ces deux locataires serait quelque peu embarrassant pour Trump, mais ce ne serait certainement pas déstabilisant, à moins que des locataires plus importants prennent également la décision de partir. Le président perçoit chaque année environ 191 millions de dollars (158 millions d’euros) grâce à ses avoirs en immobilier commercial.

Heureusement pour Trump, beaucoup de ses locataires sont liés par des baux de longue durée. La Walgreens Boots Alliance dépense environ 3,2 millions de dollars (2,6 millions d’euros) pour le loyer du 40 Wall Street, ce qui semble être plus que pour tout autre locataire. Ses deux baux dans l’immeuble expirent en 2028 et 2032, selon un prospectus de dette lié à la propriété. Gucci paie plus de 20 millions de dollars (16 millions d’euros) par an pour l’espace à l’intérieur de la Trump Tower, ce qui en fait le locataire le plus lucratif de tout le portefeuille du président, mais son bail ne s’achève pas avant 2026.

Il existe un autre facteur de complication pour les locataires de la Trump Tower, qui peuvent vouloir prendre leurs distances avec le président. Beaucoup des plus grandes sociétés, dont Bank of America, JPMorgan Chase et Goldman Sachs, sont situées au 555 California Street à San Francisco et au 1290 Avenue of the Americas à New York. Trump détient 30 % des parts de ces immeubles, dont la valeur totale est estimée à 784 millions de dollars (650 millions d’euros), mais la société Vornado Realty Trust, cotée en bourse, possède les 70 % restants et gère les propriétés au quotidien.

Article traduit de Forbes US – Auteur : Dan Alexander

<<< À lire également : Facebook et Instagram bloquent temporairement les comptes de Donald Trump >>>