EXCLUSIF | Cette année, le classement Forbes des 100 femmes les plus puissantes du monde comprend 40 PDG, 19 dirigeantes politiques de haut rang, une immunologiste et, pour la première fois en plus de dix ans, une nouvelle no 1 !


 

À l’instar de nombreux domaines en 2021, le classement des femmes de pouvoir dans le monde semble un peu différent cette année. Dans le milieu des affaires, les femmes ont gagné du terrain. Le classement reflète ce constat avec 40 femmes PDG présentes dans le top 100 : une première depuis 2015 ! Cependant, ce que les femmes ont gagné dans les affaires, elles l’ont perdu ailleurs. Ainsi, il y a deux dirigeantes politiques en moins dans le classement cette année.

Rien n’illustre mieux cette nouvelle dynamique au sein du classement 2021 que les changements en tête de liste. Pour la troisième fois seulement depuis la création de ce classement (soit 18 ans), la chancelière allemande Angela Merkel n’est pas no 1. Cette année, la première place du classement revient à la milliardaire philanthrope MacKenzie Scott. Troisième femme la plus riche au monde, MacKenzie Scott dispose de ressources quasi illimitées et d’une détermination sans faille à faire don de sa fortune. « Nous essayons tous de faire don d’une fortune qui a été rendue possible par des systèmes qui ont besoin de changer », a déclaré MacKenzie Scott cet été.

À la deuxième place du classement, l’on trouve la vice-présidente des États-Unis, Kamala Harris, qui gagne une place maintenant qu’elle a prêté serment. Christine Lagarde, la présidente de la Banque centrale européenne, descend à la troisième place.

Le podium cette année montre bien qu’il ne suffit pas d’avoir de l’argent ou une position de pouvoir pour figurer sur les plus hautes marches du classement des 100 femmes les plus puissantes au monde. Il faut utiliser sa fortune, sa voix ou sa position pour le bien commun. C’est le cas notamment de Rosalind Brewer, ancienne directrice de l’exploitation de Starbucks, qui a pris la tête de Walgreens en mars dernier et qui est actuellement la seule femme noire à diriger une entreprise du S&P 500. Championne de longue date de la diversité sur le lieu de travail, Rosalind Brewer a gagné 15 places pour se retrouver 17e du classement cette année. Quant à Özlem Türeci, cofondatrice de BioNTech et immunologiste, elle fait son entrée à la 48e place du classement, non seulement parce qu’elle a cofondé une entreprise de biotechnologie, mais aussi en raison de son rôle dans le développement du vaccin à ARNm contre le covid-19, en collaboration avec le géant pharmaceutique Pfizer.

 

« Nous essayons tous de faire don d’une fortune qui a été rendue possible par des systèmes qui ont besoin de changer », MacKenzie Scott

 

La nouvelle présidente de la Tanzanie, Samia Suluhu Hassan, fait également son entrée dans le classement, à la 94e place. Elle a joué un rôle déterminant dans la mise en œuvre des protocoles covid-19 en Tanzanie. La présidente de Taïwan, Tsai Ing-wen passe de la 28e à la 9e place du classement grâce à son discours permanent en faveur de la liberté et de la démocratie face à la pression croissante de la Chine. « Nous devons préserver nos valeurs communes pour garantir notre mode de vie libre et démocratique », a déclaré Tsai Ing-wen fin novembre.

Certaines femmes figurant dans ce classement ont vu leur pouvoir s’éroder l’année dernière, notamment en Chine où la répression de Xi Jinping contre le secteur des technologies et des activités commerciales a entraîné une perte d’autonomie et, par conséquent, une perte de places au classement cette année. C’est le cas de Dong Mingzhu (11 places en moins, 58e) et de Joey Watt (39 places en moins, 73e). Même la reine Elizabeth n’est pas à l’abri : désormais 70e du classement Forbes des 100 femmes les plus puissantes au monde, la monarque britannique a perdu 24 places en raison de la diminution de ses apparitions publiques et des nombreuses crises qui ont frappé la Couronne cette année.

Cette année, les personnalités figurant sur le classement Forbes des 100 femmes les plus puissantes au monde viennent de 30 pays et territoires différents. Elles travaillent dans les domaines de la finance, des technologies, de la politique, de la philanthropie et du divertissement, entre autres. Toutes ces femmes sont unies par le sens du devoir. Frances Haugen, ancienne employée de Facebook et lanceuse d’alerte, fait son entrée à la 100e place du classement. Frances Haugen n’avait pas l’intention de divulguer toutes ces données sur son ancien employeur, mais elle a déclaré qu’elle ne pouvait pas rester sans rien faire alors que l’entreprise faisait passer les profits avant les utilisateurs. Taylor Swift (78e place) n’a pas réalisé ses premiers albums dans le but de les réenregistrer dix ans plus tard, mais c’est ce qu’elle a dû faire pour conserver ses droits d’auteur et pour prouver aux autres artistes que leur travail a de la valeur. « Notre expérience ne peut pas être dictée par ce que l’on nous permet de faire ou ce que l’on nous autorise à faire », a déclaré la réalisatrice Ava Duvernay (80e place).

S’il y a bien un enseignement à retenir du classement cette année, c’est celui-ci : ce sont les femmes qui réécrivent les règles du monde des affaires, de la finance et de la politique. Leur travail est plus nécessaire que jamais.

 

 ➡ TOP 10 DU CLASSEMENT DES 100 FEMMES LES PLUS PUISSANTES DU MONDE EN 2021

 

Classement Forbes
MacKenzie Scott. | Source : Getty Images

 

#1 MacKenzie Scott

Philanthrope

Âge : 51 ans

Origine de la fortune : Amazon

Score self-made : 3

Score philanthropie : 4

Résidence : Seattle, Washington, États-Unis

Pays : États-Unis

Vie privée : Mariée

Enfant(s) : 4

Études : Bachelor en Arts/Science, Princeton University

  • MacKenzie Scott est une philanthrope et une auteure à succès. Elle est l’ex-femme du fondateur d’Amazon, Jeff Bezos, avec qui elle a été mariée pendant 25 ans. Le couple a divorcé en 2019 et MacKenzie Scott a reçu 25 % de la participation de son mari dans Amazon.
  • En mai 2019, peu après avoir annoncé son divorce sur Twitter, MacKenzie Scott a signé le Giving Pledge, promettant de donner au moins la moitié de sa fortune de son vivant.
  • En 2020, elle a fait don d’un peu plus de 5,8 milliards de dollars à quelque 500 organisations à but non lucratif. En juin 2021, elle a déclaré avoir donné 2,74 milliards de dollars supplémentaires à 286 autres organisations.
  • MacKenzie Scott a recours au don « sans condition » qui permet aux organisations donataires d’avoir le plein contrôle sur la meilleure manière de déployer ces nouveaux fonds.
  • MacKenzie Scott a publié deux romans. Par ailleurs, elle a étudié l’auteure Toni Morrison lorsqu’elle était à Princeton et elle a ensuite travaillé comme assistante de recherche pour elle.

Le saviez-vous ?

MacKenzie Scott et Jeff Bezos se sont rencontrés en 1992 alors qu’ils travaillaient tous deux dans le fonds spéculatif D.E. Shaw. Ils se sont mariés l’année suivante et se sont installés à Seattle en 1994.


Classement Forbes
Kamala Harris. | Source : Getty Images

 

#2 Kamala Harris

Vice-présidente des États-Unis

Âge : 57 ans

Résidence : Californie

Pays : États-Unis

Vie privée : Mariée

  • Le 20 janvier 2021, Kamala Harris est devenue la première femme noire avec des origines sud asiatiques à accéder au poste de vice-présidente des États-Unis.
  • Kamala Harris n’est pas étrangère aux premières fois : en 2016, elle a été la première femme indienne américaine à être élue au Sénat des États-Unis.
  • En 2010, elle est devenue la première afro-américaine et la première femme à occuper le poste de procureur général de Californie.
  • Kamala Harris est originaire de Californie. Elle est née à Oakland d’une mère indienne et d’un père jamaïcain.

Classement Forbes
Christine Lagarde. | Source : Getty Images

 

#3 Christine Lagarde

Présidente de la Banque centrale européenne

Âge : 65 ans

Résidence : Washington D.C., États-Unis

Pays : France

Vie privée : Célibataire

Enfant(s) : 2

Études : Maîtrise de droit commercial, DESS de droit commercial et de droit du travail, faculté de droit de l’Université Paris X ; Maîtrise spécialité économie et finance, Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence ; Maîtrise de littérature américaine, école d’art d’Avignon

  • Christine Lagarde est devenue la première femme à accéder au poste de présidente de la Banque centrale européenne, le 1er novembre 2019.
  • À la tête de la politique monétaire européenne, Christine Lagarde doit faire face à une épreuve cruciale : veiller à ce que la pandémie de covid-19 ne fasse pas de nouveaux ravages dans la zone euro.
  • De 2011 à mi-2019, Christine Lagarde a dirigé le Fonds monétaire international, organisme veillant à la stabilité du système monétaire mondial. Elle a été la première femme à occuper ce poste.
  • Dans son analyse de la crise financière de 2008, Christine Lagarde a pointé du doigt la « pensée de groupe » dans ce secteur dominé par les hommes et a appelé à une réforme.

Le saviez-vous ?

Durant son adolescence, Christine Lagarde était nageuse et membre de l’équipe française de natation synchronisée.

Elle a été la première femme à occuper le poste de présidente de l’un des plus grands cabinets d’avocats du monde : Baker McKenzie.

➡ RELIRE  SON INTERVIEW EXCLUSIVE POUR FORBES : Christine Lagarde : “Les Réformes entreprises par Emmanuel Macron vont dans le bon sens”


Classement Forbes
Mary Barra. | Source : Getty Images

 

#4 Mary Barra

PDG General Motors (GM)

Âge : 59 ans

Résidence : Novi, Michigan, États-Unis

Pays : États-Unis

Vie privée : Mariée

Enfant(s) : 2

Études : Bachelor en Arts/Science, Kettering University ; Master en Business Administration, Stanford Graduate School of Business

 

  • PDG de GM depuis 2014, Mary Barra est la première femme à diriger l’un des trois grands constructeurs automobiles américains.
  • Mary Barra a investi plusieurs milliards de dollars dans les véhicules électriques, les voitures à conduite autonome et un service de covoiturage baptisé Maven.
  • Au printemps 2020, elle a transformé les lignes de production de GM pour aider Ventec Life systems à fabriquer des ventilateurs pour les patients en réanimation atteints du covid-19.
  • GM a toujours obtenu d’excellents résultats dans les rapports sur l’équité entre les genres. En 2018, GM était l’une des deux seules entreprises mondiales à n’avoir aucun écart de rémunération entre les genres.

Le saviez-vous ?

Mary Barra est la première femme PDG de GM et la première femme à diriger un grand constructeur automobile.

Barra est la première femme PDG de GM, et la première femme à diriger un grand constructeur automobile.


Classement Forbes
Melinda French Gates. | Source : Getty Images

 

#5 Melinda French Gates

Coprésidente de la Fondation Bill & Melinda Gates

Âge : 57 ans

Origine de la fortune : Microsoft

Score self-Made : 2

Score philanthropie : 4

Résidence : Medina, Washington, États-Unis

Pays : États-Unis

Vie privée : Divorcée

Enfant(s) : 3

Études : Bachelor en Arts/Science, Duke University ; Master en Business Administration, Fuqua School of Business

 

  • Melinda French Gates est l’une des femmes les plus influentes dans le milieu de la philanthropie en tant que coprésidente de la Fondation Bill & Melinda Gates.
  • Début mai 2021, Bill et Melinda Gates ont annoncé leur divorce. Toutefois, le couple a que cela n’aurait aucune répercussion sur la fondation.
  • Melinda Gates est également devenue milliardaire à part entière après que Bill Gates lui a cédé des actions d’une valeur de 2,4 milliards de dollars début mai 2021.
  • Dans le cadre de la mission de la fondation, qui consiste à aider le plus grand nombre à mener une vie saine et productive, Melinda Gates a consacré une grande partie de son travail aux droits des femmes et des filles.
  • La prochaine mission de Melinda Gates est de combler le manque de financement pour les femmes qui créent des entreprises, par l’intermédiaire de sa société d’investissement, Pivotal Ventures.

Classement Forbes
Abigail Johnson. | Source : Getty Images

 

#6 Abigail Johnson

Présidente et PDG de Fidelity Investments

Âge : 59 ans

Origine de la fortune : Gestion financière

Score self-Made : 4

Score philanthropie : 1

Résidence : Milton, Massachusetts, États-Unis

Pays : États-Unis

Vie privée : Mariée

Enfant(s) : 2

Études : Master en Business Administration, Harvard Business School ; Bachelor en Arts/Science, Hobart and William Smith

  • Abigail Johnson est la PDG de Fidelity Investments depuis 2014, date à laquelle elle a succédé à son père. Elle en est la présidente depuis 2016.
  • Son grand-père, Edward Johnson II, a fondé le géant des fonds communs de placement basé à Boston en 1946.
  • Elle détient une participation estimée à 24,5 % dans Fidelity Investments, qui gère 4200 milliards de dollars d’actifs.
  • Abigail Johnson s’intéresse à la cryptomonnaie et, en 2018, Fidelity Investments a lancé une plateforme qui permet aux investisseurs institutionnels de négocier du bitcoin et de l’éther.
  • Durant ses études, elle a travaillé chez Fidelity Investments et a rejoint l’entreprise à temps plein en tant qu’analyste en 1988 après avoir obtenu un MBA de Harvard.

Le saviez-vous ?

La famille Johnson donne fréquemment à des organisations à but non lucratif dans la région de boston. Elle fait également partie des donateurs de Harvard, de l’Insitute of Contemporary Art and Historic New England.


Classement Forbes
Ana Patricia Botin. | Source : Getty Images

 

#7 Ana Patricia Botín

Présidente exécutive de Santander

Âge : 61 ans

Résidence : Madrid, Espagne

Pays : Espagne

Vie privée : Mariée

Enfant(s) : 3

Études : Bachelor en Arts/Science, Bryn Mawr College

  • Ana Patricia Botín est devenue la présidente de Santander en 2014, après le décès de son père.
  • En 2017, elle réussit un coup d’éclat lorsque Banco Santander rachète Banco Popular (BP) en difficulté pour 1 euro symbolique. Santander devient ainsi la plus grande banque d’Espagne.
  • Face à l’agitation politique, elle a défendu la fintech et s’est concentrée sur les entrepreneurs, soutenant les petites entreprises et les entreprises détenues par des femmes.
  • Ana Patricia Botín lance Santander X pour soutenir l’entrepreneuriat universitaire et a contribué à la création de la première plateforme multisectorielle d’Espagne fondée sur la blockchain.
  • Elle a déclaré penser que les cryptomonnaies étaient la « nouvelle grande tendance » sur les marchés. Ana Patricia Botín est curieuse de voir comment les banques centrales vont réguler les cryptomonnaies.

Classement Forbes
Ursula von der Leyen. | Source : Getty Images

 

#8 Ursula von der Leyen

Présidente de la Commission européenne

Âge : 63 ans

Résidence : Belgique

Pays : Allemagne

  • Ursula von der Leyen a été nommée présidente de la Commission européenne, l’organe exécutif de l’Union européenne, en juillet 2019. Elle est la première femme à occuper ce poste.
  • De 2005 à 2019, Ursula von der Leyen a fait partie du cabinet d’Angela Merkel, le plus long mandat pour un membre de cabinet.
  • Durant les six dernières années de son mandat, elle a été ministre de la Défense de l’Allemagne.
  • En septembre 2020, dans son premier discours sur l’état de l’Union en tant que présidente de la Commission européenne, elle s’est clairement positionnée contre les politiques anti-LGBTQ en Pologne.

Classement Forbes
Tsai Ing-wen. | Source : Getty Images

 

#9 Tsai Ing-wen

Présidente de la République de Chine (nom officiel de Taïwan)

Âge : 65 ans

Résidence : Taipei, Taïwan

Pays : Taïwan

Vie privée : Célibataire

Études : LLM, Cornell University ; Ph.D, London School of Economics

  • Tsai Ing-wen est devenue la première femme dirigeante de Taïwan en 2016.
  • Depuis son entrée en fonction, elle a brisé le protocole en tendant la main aux États-Unis, créant ainsi des tensions avec la Chine continentale.
  • En 2020, Tsai Ing-wen a été réélue avec de 57 % des voix. Sa victoire a été perçue comme la réponse des Taïwanais face aux efforts de Pékin pour contrôler l’île.
  • La gestion de la crise du covid-19 par Tsai Ing-wen est considérée comme un modèle mondial. En 2020, Taïwan a institué un programme rigoureux de suivi et de traçabilité pour prévenir la contagion de masse.
  • Elle a promis de faire de Taïwan un membre indispensable de la scène internationale en stimulant l’économie par le biais d’initiatives dans les domaines de la biotechnologie, de la défense et de l’énergie verte.

#10 Julie Sweet

Présidente et PDG de Accenture

Âge : 54 ans

Résidence : Bethesda, Maryland, États-Unis

Pays : États-Unis

  • Julie Sweet est devenue la directrice générale de l’entreprise mondiale de services Accenture en septembre 2019.
  • Avant de devenir PDG, Julie Sweet a occupé le poste d’avocate générale et de responsable de la zone Amérique du Nord (le plus grand marché de l’entreprise) chez Accenture.
  • Elle est également membre de la Business Roundtable, du Conseil international des affaires du Forum économique mondial et du conseil d’administration de Catalyst.
  • La diversité est une priorité pour Julie Sweet. « Une culture de l’égalité est bénéfique pour tous », a-t-elle déclaré à Forbes.

 

CLASSEMENT DES 100 FEMMES LES PLUS PUISSANTES DU MONDE EN 2021 (11e À LA 50e PLACE)

#11 Karen Lynch

#12 Carol Tomé

#13 Emma Walmsley

#14 Jane Fraser

#15 Nancy Pelosi

#16 Bail Boudreaux

#17 Rosalind Brewer

#18 Susan Wojcicki

#19 Safra Catz

#20 Ruth Porat

#21 Martina Merz

#22 Kristalina Georgieva

#23 Oprah Winfrey

#24 Shemara Wikramanayake

#25 Judith McKenna

#26 Amanda Blanc

#27 Nicke Widyawati

#28 Amy Hood

#29 Catherine MacGregor

#30 Phebe Novakovic

#31 Shari Redstone

#32 Laurence Powell Jobs & sa famille

#33 Ho Ching

#34 Jacinda Ardern

#35 Jessica Uhl

#36 Sheryl Sandberg

#37 Nirmala Sitharaman

#38 Gwynne Shotwell

#39 Janet Yellen

#40 Kathy Warden

#41 Adena Friedman

#42 Marianne Lake & Jennifer Piepszak

#43 Sheikh Hasina Wajed

#44 Gina Rinehart

#45 Thasunda Brown Duckett

#46 Vicki Hollub

#47 Mary Callahan

#48 Özlem Türeci

#49 Lisa Su

#50 Dana Walden

 

Article traduit de Forbes US – Auteure : Maggie McGrath, Moira Forbes, Nicolette Jones et Erika Burho

<<< À lire également : Classement 2021 des self-made-women les plus riches d’Amérique >>>