Les années 2010 ont vu se multiplier plusieurs réflexions et prédictions économiques autour de l’impact des nouvelles technologies dans le tourisme. A l’entrée de cette nouvelle décennie, quel sera donc l’avenir du voyage ? Les prédictions se construisent surtout autour de la personnalisation de l’expérience voyageur pour les prochaines générations. Par Abhijit Pal, Head of Research, Travel Partners Group, Expedia Group.

 

Les transitions générationnelles et géo-économiques

Même s’il semble quelque peu extrême, le mème « OK Boomer » illustre bien le fossé grandissant entre des générations qui se distinguent entre elles par des perspectives, des centres d’intérêt et des valeurs uniques, obligeant ainsi les professionnels du voyage à se transformer pour interagir avec chacune d’elles.

Selon une étude réalisée par Expedia Group Media Solutions, les jeunes voyageurs sont en quête d’expériences uniques et d’aventure, totalement dans l’esprit #YOLO. Et voici qu’émerge la génération Alpha. La bonne nouvelle, c’est que ces enfants Alpha sont les enfants des Millenials dont l’appétence pour les voyages ne semble pas près de ralentir. Aussi jeunes et petits qu’ils soient, ces enfants exercent déjà une forte influence sur les décisions familiales concernant les voyages.

Au terme de la nouvelle décennie, les représentants de cette nouvelle génération, dont on prédit qu’elle sera la plus éduquée et la plus riche, fêteront leurs vingt ans. Qu’ils soient étudiants ou sur le marché du travail, ils prendront alors leurs propres décisions pour tracer leur propre culture de voyageurs. Ce seront des voyageurs avides d’expériences de voyages entièrement numérisées et sans friction. Ces jeunes exploreront de nouvelles destinations directement de chez eux, avec leurs proches, grâce à des consoles de réalité virtuelle, et s’appuieront sur des bots de réalité augmentée pour réserver instantanément, en un clic, des voyages personnalisés de bout-en-bout. Cette génération voyagera beaucoup, physiquement et virtuellement.

Au cours de cette nouvelle année, de nombreux facteurs tels que les conflits syndicaux et les calendriers électoraux devraient continuer d’alimenter le caractère imprévisible de nombreuses régions du monde. Si ces incertitudes ne manqueront pas d’impacter une nouvelle fois le secteur du voyage, elles devraient être contrebalancées par la croissance globale des classes moyennes, en particulier dans des régions telles que l’Afrique. Ces nouvelles classes moyennes sont autant de voyageurs qui, forts de leur nouveau pouvoir d’achat, feront leur entrée sur le marché des voyages dans les années à venir.

 

L’évolution du monde du travail

Si la journée de travail type (« 9-17 h ») devrait rester la norme pour beaucoup, elle n’en perdra pas moins du terrain dans les prochaines années. Cette évolution sera favorisée par le désir des entreprises d’investir davantage de ressources dans le bien-être de leurs employés, en les autorisant à travailler de n’importe quel lieu, pour améliorer leur satisfaction et leur productivité. Les employés regagneront ainsi du temps libre et de l’argent qu’ils pourront utiliser afin de partir en voyage.

La décennie ne marquera en aucun cas la fin des voyages d’affaires, qui deviendront de fait plus importants pour des entreprises en croissance et en quête de compétitivité. La politique voyages, véritable reflet de la culture d’une entreprise et de son engagement vis-à-vis de ses équipes, va véritablement se transformer pour devenir une offre visant à séduire les talents.

La décennie devrait également voir se démultiplier les possibilités de voyages combinant travail et loisirs, pour des employés qui pourront planifier des déplacements personnalisés grâce à l’IA. « Vos prochains congés sont proches, peut-être est-ce le moment de planifier un voyage ? » « Souhaitez-vous prolonger votre voyage d’affaires du mois prochain, à Londres, pour profiter d’une petite pause en famille ? » Ces simples notifications leur permettront, en un simple clic, d’élaborer un itinéraire balisé, personnalisé sur la base de leurs besoins et préférences.

 

Diversité des hébergements

Le « bleisure » (ajout de temps de loisirs à un voyage d’affaires) et le tourisme de santé font partie de ces tendances qui entraînent la diversification des modes d’hébergement. Alors que la demande pour des péniches, yachts, véhicules de loisirs et caravanes augmente de manière exponentielle sur les plateformes telles qu’Abritel – HomeAway, voilà que l’on voit émerger la prochaine vague d’hébergements uniques. Si les hôtels indépendants et de chaîne devraient rester des éléments essentiels de l’écosystème, il sera important pour le secteur de l’hébergement de se diversifier en vue de proposer à chaque voyageur ce qui répond le mieux à ses besoins.

En faisant appel à l’IA, les entreprises peuvent déjà prédire aujourd’hui ce que les consommateurs achèteront, sur la base de leurs achats précédents… Il en est de même pour le secteur de l’hébergement. Imaginez une expérience de réservation qui recommanderait un établissement spécifique en se basant sur vos précédentes réservations de voyages. Nous n’en sommes qu’au tout début de notre exploration des moyens que nous pouvons mettre en place pour offrir des expériences plus personnalisées, plus rapidement que jamais.

 

Redéfinir l’expérience aéroportuaire à l’âge du « voyageur changeant » 

Nous sommes entrés de plain-pied dans l’âge du voyageur changeant : ce voyageur privilégie les meilleurs tarifs et des services aéroportuaires spécifiques (files d’attente raccourcies pour les contrôles de sécurité, meilleures options de restauration), même si cela implique de changer d’aéroport de départ. Pour séduire ces voyageurs, les aéroports seront de plus en plus amenés à réévaluer leurs offres, pour offrir plus d’itinéraires et d’options de stationnement, de restauration, de shopping… et ainsi redéfinir intégralement l’expérience aéroportuaire.

 

L’achat d’expériences hyper-personnalisées

En devenant eux-mêmes des destinations, les aéroports gagneront également à renforcer la personnalisation de leurs offres en proposant des services semblables aux hôtels. Dans la prochaine décennie, les voyageurs devraient pouvoir acheter des options via des applications mobiles qui tiendront compte de leurs préférences et de leurs moyens : accès VIP à des files d’attente réservées, transport de l’arrivée à l’aéroport jusqu’à la porte d’embarquement, livraison de plats préparés avant l’embarquement, offre de contenus personnalisée pendant le vol, Wi-Fi en vol, transport pré-organisé depuis le tarmac… Si beaucoup de ces services sont déjà disponibles actuellement, ils doivent être achetés séparément. Les rassembler sur une seule plateforme permettrait d’apporter plus de valeur aux voyageurs comme aux fournisseurs.

L’hyper personnalisation ne se limitera pas à l’aéroport. Bien que les services soient des à-côtés traditionnels de l’expérience hôtelière, ceux-ci devront aussi se réinventer dans cette tradition : les profils de voyage contiendront bientôt des détails sur lesquels les hôtels pourront s’appuyer pour véritablement devenir de nouveaux foyers dans lesquels les clients pourront accéder à leur compte Netflix pour regarder leurs programmes depuis leur chambre, régler la température de la pièce ou encore commander des repas et boissons devant leur être livrés à leur arrivée.

La croissance globale du secteur du voyage, l’un des plus grands secteurs au monde, s’accélère à un rythme rapide, générant de grandes opportunités pour les acteurs capables d’offrir des expériences extraordinaires aux voyageurs.

La collaboration est la clé pour donner vie à ces moments, comme la prise de risques. Dans notre engagement vis-à-vis de nos fournisseurs, nous continuerons de privilégier une approche collaborative et d’investir dans la recherche, le développement et l’évaluation de nouvelles technologies, afin qu’ils n’aient pas à le faire eux-mêmes.

En 2019, nous avons investi plus de 1,7 milliard de dollars dans les technologies et la production de contenus. Nous continuerons de renforcer ces investissements, car nous sommes convaincus qu’ils nous permettront de réduire considérablement nos risques, et celui de nos fournisseurs dans la décennie à venir, tout en offrant de meilleures opportunités de croissance.