En raison des coûts croissants liés à la crise du Covid-19 et qui menacent de paralyser son empire, le milliardaire Richard Branson s’apprête à vendre pas moins de 400 millions de dollars de ses actions dans Virgin Galactic.

Lundi, le groupe Virgin de Branson a révélé dans une déclaration à la Bourse de New York, que sa filiale « Vieco 10 Limited », dont Branson détient près de 81% des parts, pourrait vendre des actions ordinaires de Virgin Galactic à hauteur de 25 millions de dollars (23 millions d’euros). Selon l’annonce, plutôt que d’être mises en vente en une seule fois, les actions « devraient être vendues de temps à autre ».


La décision de vendre intervient alors que Virgin Atlantic, la compagnie aérienne appartenant à Branson et dont il est l’actionnaire majoritaire, fait face à un risque de faillite en raison de la pandémie qui entraîne l’interdiction des vols et l’annulation des vacances dans le monde entier.

Sir Richard Branson via Getty Images

 


La vente pourrait générer 400 millions de dollars (368 millions d’euros) en raison de la chute du prix de l’action, qui avait atteint un sommet de 37 dollars en février de cette année, et qui a donc enregistré une baisse d’environ 20 dollars. Le groupe Virgin a affirmé dans sa déclaration qu’il « utilisera tout produit afin d’alimenter son portefeuille d’entreprises mondiales de loisirs, de vacances et de voyages qui ont été touchées par les répercussions sans précédent du COVID-19 ». 

Virgin Galactic, la société de vols spatiaux de Branson, a pour objectif de faire découvrir le tourisme spatial aux masses dans un avenir pas si lointain. La société a été introduite en bourse en octobre dernier, ce qui a fait de Branson le concurrent direct des milliardaires Elon Musk et Jeff Bezos sur le marché naissant du tourisme spatial. Virgin Galactic affiche actuellement une capitalisation boursière de 4,1 milliards de dollars. La société a perdu 210 millions de dollars sur un chiffre d’affaires d’à peine 3,8 millions l’année dernière.

Reuters a annoncé que l’acteur Leonardo DiCaprio et la star de la pop Justin Bieber seront parmi les premiers à rejoindre Branson sur le premier vol suborbital de Virgin.

Les risques

Branson a pris des mesures pour protéger la compagnie aérienne Virgin Atlantic, qui s’est avérée être la plus vulnérable des actifs de Virgin. La situation critique de la compagnie aérienne a fait la une des journaux pour toutes les bonnes et mauvaises raisons depuis le début de la pandémie à la mi-mars.

La semaine dernière, Virgin Atlantic a annoncé qu’elle supprimerait 3 150 emplois et mettrait fin aux vols au départ de Londres-Gatwick. Son PDG, Shai Weiss, a déclaré que bien que la compagnie aérienne ait « surmonté de nombreuses tempêtes », rien « n’a été aussi dévastateur que le COVID-19 en terme de pertes de vies et de moyens de subsistance pour un si grand nombre de personnes. »

Au cours du week-end, Sky News a rapporté que Branson avait engagé la banque d’investissement Houlihan Lokey afin de trouver des investisseurs prêts à injecter des fonds d’urgence dans la compagnie aérienne transatlantique.

 

Richard Branson via Getty Images

La recherche d’investissements extérieurs a fait suite à l’échec de Branson à obtenir des fonds du gouvernement pour soutenir Virgin Atlantic.

A la mi-avril, le gouvernement britannique a demandé à Virgin Atlantic de soumettre à nouveau sa candidature pour un plan de sauvetage de 622 millions de dollars (573 millions d’euros) pour les coronavirus.

Le Financial Times a rapporté que le gouvernement britannique n’avait pas été impressionné par son offre initiale, qui comprenait un ensemble de prêts commerciaux et de garanties d’un montant de 622 millions de dollars (573 millions d’euros).

Dans un article sur le site web de Virgin, Branson a affirmé : « Nous ferons tout notre possible pour assurer la continuité de la compagnie aérienne. Pour y parvenir nous aurons besoin du soutien du gouvernement, compte tenu de la grande incertitude qui entoure les voyages aujourd’hui et du fait que nous ne savons pas pendant combien de temps les avions seront immobilisés au sol. Cette aide prendrait la forme d’un prêt commercial. Il ne s’agirait donc pas d’argent gratuit et la compagnie aérienne le rembourserait. »

« La dure réalité de cette crise sans précédent est que de nombreuses compagnies aériennes dans le monde ont besoin de l’aide des gouvernements et beaucoup l’ont déjà reçue. Sans cette aide, il n’y aura plus de concurrence et des centaines de milliers d’emplois supplémentaires seront perdus, ainsi que la connectivité essentielle et la valeur économique énorme », a expliqué M. Branson dans son article.

 

<<< À lire également : Pourquoi Richard Branson Se Démène Pour Sauver Virgin Atlantic>>>