Plus d’un milliard d’enfants dans le monde sont actuellement confinés chez eux, disposant, pour la plupart, de peu de visibilité sur une éventuelle date de retour en classe. En cette sixième semaine de confinement, privés d’établissements scolaires, il apparaît de plus en plus évident que l’épidémie de Covid-19 a le potentiel de changer à jamais non seulement notre façon d’apprendre, mais aussi notre façon de concevoir l’apprentissage. Par Geoffrey Alphonso.

Car si les écoles, les collèges et les universités du monde entier restent fermés, l’apprentissage, lui, doit continuer. Ce défi sans précédent représente aujourd’hui l’occasion d’exploiter les capacités humaines d’apprentissage mais aussi de développer davantage nos outils pédagogiques.


Dans cet environnement, les systèmes en ligne, les bases de ou encore l’intelligence artificielle offrent désormais d’importantes ressources pour les enseignants, les élèves ainsi que leurs parents. Or, pour tirer pleinement parti de ces outils, il est temps de repenser la manière dont nos systèmes éducatifs interagissent avec la technologie, en traçant une nouvelle voie et en intégrant la technologie dans tous les aspects de l’apprentissage.

Depuis plusieurs années maintenant, le secteur de l’enseignement affiche une forte évolution technologique. Selon HolonIQ, plateforme mondiale de renseignement et services pour l’éducation, le secteur « EdTech » devrait représenter 341 milliards de dollars d’ici 2025.

Cela n’a rien d’étonnant au vue du potentiel évident que représente le secteur aujourd’hui pour les villes de demain, qui devront être suffisamment agiles pour s’adapter au changement et bouleversements futurs. Celles qui prospéreront seront celles qui investissent dès aujourd’hui dans les infrastructures stratégiques permettant de soutenir l’apprentissage en ligne.

Les pays du monde entier se sont heurtés à la nécessité de maintenir l’apprentissage et le soutien scolaire de leurs élèves tout au long des périodes de confinement imposées par la crise sanitaire. Lors de la fermeture des établissements scolaires et universitaires à Abu Dhabi le 9 mars, l’émirat a immédiatement activé son modèle « à la maison », permettant aux élèves et étudiants de continuer à apprendre et à progresser dans leur cursus grâce aux plateformes en ligne.

En ces temps de confinement et de distanciation sociale, les élèves peuvent ainsi continuer leur apprentissage et maintenir les échanges avec leurs camarades et leurs enseignants. Ces relations humaines sont d’autant plus essentielles pour notre santé mentale et émotionnelle en cette période de crise difficile.

Bien que ces systèmes ne puissent remplacer la convivialité d’une salle de classe et de ses interactions humaines, ils représentent aujourd’hui des alternatives efficaces pour favoriser et maintenir les liens dans la sphère éducative.

La crise sanitaire actuelle doit, dans certains domaines, nous pousser à nous interroger sur la manière de conserver certaines de ces technologies dans un monde post-Covid-19. L’apprentissage en ligne permet aux élèves de progresser à leur propre rythme, grâce à des systèmes personnalisés qui placent chaque élève au centre de la classe. Les évaluations instantanées et continues permettent également aux enseignants de suivre les progrès individuels, leur donnant ainsi la possibilité de s’adapter, de corriger et de consacrer plus de temps aux contenus grâce à un enseignement personnalisé.

Les vidéos, les jeux et l’interactivité permettent également de maintenir le rythme des cours, grâce à une approche connue sous le nom de « gamification de l’apprentissage ». Une démarche permettant aux élèves d’apprendre, de mettre en pratique et ainsi de maîtriser pleinement les contenus pédagogiques. Les plateformes les plus performantes permettent également de dispenser les leçons de manière rationnelle et cohérente, libérant davantage de temps pour la création de nouveaux contenus. Les enseignant et les parents peuvent ainsi se concentrer sur l’enseignement, en maximisant leurs échanges directs avec les élèves.

Il ne s’agit pas seulement de continuer à enseigner, mais aussi d’apporter un changement qualitatif à nos systèmes d’éducation. Cela ne veut pas dire que l’adoption de l’EdTech est sans défi. Par exemple, les écoles doivent être dotées de l’infrastructure et du matériel informatique nécessaires, tandis que les systèmes externes doivent être capables de traiter les demandes d’accès à distance.

De même, les outils utilisés doivent être basés sur des principes d’apprentissage solides et être correctement alignés sur les programmes nationaux, en pensant avant tout aux enseignants et aux élèves. Ces derniers y apporteront des défis infiniment variés et les systèmes EdTech devront être conçus en tenant compte de cette diversité, notamment pour les étudiants ayant des besoins éducatifs particuliers.

Néanmoins, les enseignants et parents ne pourront pas simplement être « parachutés » dans ces systèmes EdTech. Les concepteurs de logiciels auront peut-être la certitude que leurs outils sont parfaitement intuitifs or, en réalité, le déploiement de ces solutions nécessitera de former nos étudiants et nos enfants, en les aidant à tirer le meilleur parti de ces technologies.

Il s’agit là d’un réel défi. Celui-ci mobilisera du temps, des investissements mais aussi l’engagement des gouvernements à déployer des systèmes innovants dans un secteur qui peine à s’adapter au changement. Au fil des années, Abu Dhabi a investi massivement, directement et indirectement, afin de soutenir la EdTech. En garantissant au secteur une infrastructure stable, l’émirat et ses étudiants bénéficient aujourd’hui d’une certaine flexibilité et d’un chemin à suivre.

A terme, les prestataires les plus efficaces seront ceux qui placent enseignants et élèves au cœur de leurs systèmes, en offrant une expérience d’apprentissage globale qui garantit l’accompagnement personnalisé de chaque élève, en classe ou à distance.

Enfin, les systèmes éducatifs les mieux placés pour prospérer dans un monde post-Covid-19 seront ceux qui continueront à capitaliser sur les technologies et outils testés pendant cette épidémie.

Geoffrey Alphonso est le CEO de la société Alef Education, basée à Abu Dhabi. Fondée en 2015, Alef Education est une entreprise mondiale leader dans le domaine des technologies de l’éducation, de la maternelle au lycée.