Netflix ne se contente pas de dépenser plus que tous ses concurrents pour créer de nouveaux contenus : le service de vidéo à la demande travaille également plus dur que tous les autres au moment de faire la promotion de ceux-ci. Le géant du streaming a diffusé de la publicité pour 100 séries et films sur 279 sites internet, 78 chaînes télévisées et 25 journaux et magazines, selon une étude récente de MediaRadar. Tout cela avec 940 publicités différentes.

C’est presque quatre fois les chiffres de son son concurrent le plus proche, Hulu, qui a fait diffuser 225 publicités pour 22 films et séries. HBONow, de son côté, n’a choisi de faire la publicité que d’une seule de ses créations. Mais de qui Netflix fait-il le plus la promotion ?

Les grands favoris sont Désenchantée, son nouveau dessin animé visant un public adulte, la saison 2 de Glow, et son film original Petits Coups Montés.

« Nous avons remarqué la présence de différentes stratégies lors de notre analyse » indique Todd Krizelman, PDG de MediaRadar, dans un communiqué. « Par exemple, Amazon Prime Video a plutôt mis en avant Jack Ryan, sa nouvelle série, qui a bénéficié de publicités sur les trois canaux de communication de l’étude. De son côté, HBONow s’est moins concentré sur le contenu de ses séries que sur son produit lui-même, et a choisi de faire la promotion de l’intégration de son application dans les produits Apple, Android, Amazon Firestick, et Chromecast. Nous suivons également les publicités diffusées sur Snapchat, et avons remarqué la présence de campagnes marketing encourageant les utilisateurs à profiter d’un mois d’essai gratuit ».

Le total des dépenses des différents services de vidéo à la demande ont augmenté de 46 % depuis l’été dernier, selon MediaRadar.

En revanche, les dépenses d’Hulu ont baissé, ce qui est sans doute dû au fait que ses lancements saisonniers aient démarrés juste après la fin de l’étude.

Les plus grands services de vidéo à la demande ont collectivement dépensé 55 millions de dollars cet été, avec Netflix en tête. L’an dernier, les dépenses réalisées pendant l’hiver représentaient le double de celles de l’été : on peut donc s’attendre à voir continuer l’avalanche de publicités.

Facebook Watch et YouTube Premium sont, bien sûr, de nouveaux arrivants sur le marché de la vidéo en ligne. Ils seront bientôt rejoints par de sérieux concurrents, parmi lesquel Disney, Apple, et beaucoup d’autres médias et entreprises technologiques cherchant à remplacer les chaînes de télévision payantes.