De la récente fusion entre FCA et Peugeot est né un géant, STELLANTIS. Au sein de ce groupe il y a des généralistes mais également des marques de ‘niche’. Autant pour Peugeot ou Fiat nous pouvons imaginer l’avenir avec un certain optimisme, autant pour Maserati des doutes, voir des peurs ont émergées. L’annonce de l’abandon du thermique laissait imaginer une petite mort parmi les plus pessimistes. L’arrivée de la nouvelle MC20 et son moteur NETUNO a levé un vent d’optimisme, Maserati poursuit son chemin sportif. La gamme TROFEO enfonce le clou et se sont désormais tous les modèles de la gamme qui revêtent leur tenue de sport, avec en bonus un cœur rouge, bouillonnant !

 

La Maserati Ghibli TROFEO vidéo, c’est ici :

Les belles italiennes
Quand on les voit arriver il n’y a aucun doute possible, la Ghibli, la Levante ou la Quattroporte sont bien des enfants de la famille Maserati. Avec ce gros trident apposé sur la calandre concave, cerné d’un regard aiguisé, les voitures affirment leur caractère. La version Trofeo conforte encore plus la position sportive, la face avant spécifique est dotée de grandes entrées d’air et d’une lame aérodynamique. Sur chaque côté, des jupes viennent rabaisser l’aspect général des voitures, elles paraissent être beaucoup plus proche du bitume. On retrouve les trois ouïes sur les ailes, avec une signature rouge pour affirmer leur appartenance à la branche la plus sportive, leur caractère flamboyant ! Les lignes générales restent très actuelles et malgré un physique imposant le caractère sportif est très affirmé. Sur la face arrière, une mention spéciale pour le retour des feux ‘boomerang’, désormais les Maserati sont belles sous chaque angle.

Maserati TROFEO (7) Un V8 en provenance de Maranello

Quand on démarre une Trofeo, le bruit rauque et puissant qu’elle dégage démontre que l’on n’a pas affaire à une version électrifiée. Sous le capot se niche un sublime moteur venu tout droit des cousins de chez Ferrari. Ce même bloc qui équipe la Portofino, un V8 bi-turbo de 580cv, la barre est placée haute. De plus il est accouplé à une boite séquentielle à 8 rapports qui s’enchainent à vitesse supersonique, pas de doute c’est une version sportive ultime qui est présentée ici. Les performances sont folles pour des voitures avoisinant les 2 tonnes, le 0 à 100 est avalé en 4 secondes et la Vmax est de 300 km/h. La consommation sera en conséquence et il ne faudra pas espérer descendre en dessous la barre des 15 litres si on adopte un pilotage dynamique. En mode ‘normal’, la conduite est souple, les accélérations sont contenues, les rapports passent rapidement (aux environs de 3000 tours). Mais attention ces Trofeo peuvent en découdre, et une simple pression sur le bouton ‘Sport’ permet de basculer dans un autre monde. Le V8 se montre plus rageur, la plage d’utilisation du moteur est plus large et permet de frôler la zone rouge. Heureusement l’électronique embarquée veille et les quelques petites dérives du train arrière sont vite rattrapées. Attention aux excès d’optimisme cependant, un appui trop long sur le mode Sport passe la Maserati en mode ‘Corsa’ et diminue d’autant les interventions de l’électronique, à n’utiliser que sur circuit. C’est d’ailleurs ce qui fait leur intérêt, les TROFEO seront aussi à l’aise sur route que sur circuit.

Maserati TROFEO (1) Bienvenu à bord, le luxe et la sportivité

Pour tous les modèles, l’habitacle offre un espace tendu de cuir et les garnitures en carbone confirment la personnalité de la version Trofeo. Sur Ghibli et Levante quelques plastiques de moyenne qualité déçoivent un peu dans cet environnement prémium. La QattroPorte est à part concernant le traitement intérieur, en effet elle se doit d’être la vitrine du savoir-faire du constructeur, le summum du luxe. C’est l’habitacle le plus raffiné qu’une voiture italienne puisse aujourd’hui proposer, le design est unique, les matériaux sont nobles.
Derrière le volant l’instrumentation est moderne, un écran digital, entre les compteurs analogiques, permet d’afficher toutes les informations nécessaires à la conduite. Malheureusement l’affichage tête haute n’est pas disponible. L’info-divertissement est complet, ainsi que les aides à la conduite (Adas 2), ces Maserati sont sportive mais n’en oublie pas d’être moderne. Attention tout de même, elles ne s’adressent pas forcément aux plus ‘Geek’, mais séduiront un public plus conservateur.

AUTO - TEST PRESSE MASERATI TROFEO 2021 L’âme du trident

Avec cette ultime déclinaison de sa gamme, Maserati rassure et prouve que son ADN reste la sportivité et le luxe. N’en oubliant pas la qualité et le confort, ces voitures rares sont d’une rare polyvalence, capable de se montrer douce et paisible, elles peuvent aussi faire éclater leur fougue, voir leur rage. Des italiennes dans toute leur splendeur, capable d’envolées lyriques qui, espérons-le, n’annonce pas la fin de ces belles autos de caractère.

Les versions TROFEO en quelques chiffres :
Maserati Ghibli Trofeo :
• Dimensions : Long 4,97m – Larg 1,94m – Haut 1,46m – Coffre 500 Litres
• Motorisation : V8 Bi Turbo 3,8L 580cv
• Performances : 0 à 100 km/h 4,3sec – Vmax 326 km/h
Tarif : 136500 Euros (+ malus 30000)
Maserati Levante Trofeo :
• Dimensions : Long 5,02m – Larg 1,97m – Haut 1,68m – Coffre 580 Litres
• Motorisation : V8 Bi Turbo 3,8L 580cv, 4 roues motrices
• Performances : 0 à 100 km/h 4,1sec – Vmax 300 km/h
• Tarif : 163950 Euros (+ malus 30000)
Maserati QuattroPorte Trofeo :
• Dimensions : Long 5,26m – Larg 1,95m – Haut 1,48m – Coffre 530 Litres
• Motorisation : V8 Bi Turbo 3,8L 580cv
• Performances : 0 à 100 km/h 4,5sec – Vmax 326 km/h
• Tarif : 170900 Euros (+ malus 30000)

 

<<< À lire également : Maserati Levante Hybrid : Premier SUV électrifié de la marque italienne >>>