L’explosion des introductions en bourse de réseaux sociaux au cours de la dernière décennie – Facebook, LinkedIn, Snapchat et bien d’autres – a donné naissance à une nouvelle classe de milliardaires de la technologie capitalisant sur les connexions personnelles et professionnelles par le biais de plateformes numériques. Mais le dernier membre du club a adopté une approche plus ciblée en développant un réseau social pour le secteur de la santé. Cette société, Doximity, basée à San Francisco, en Californie, est souvent décrite comme un « LinkedIn pour les médecins ». Doximity a clôturé son premier jour de cotation à 53 dollars par action jeudi dernier, soit plus du double du prix de 26 dollars par action fixé lors de son introduction en bourse. Cette entrée en bourse a propulsé le cofondateur et PDG Jeff Tangney, 48 ans, qui a lancé la société en 2010, au statut de milliardaire grâce à sa participation de 32,9%, qui valait 2,8 milliards de dollars à la clôture de mardi.

 

Doximity ne fait pas payer ses plus de 1,8 million de membres, parmi lesquels des médecins, des infirmières praticiennes, des assistants médicaux et des étudiants en médecine, pour utiliser sa plateforme afin d’afficher leurs titres professionnels et de se mettre en réseau. La société tire la majorité de ses revenus des entreprises pharmaceutiques et des systèmes de santé qui souhaitent cibler leurs campagnes de marketing sur ce groupe spécialisé. Elle propose également des services de recrutement numérique et des services de télésanté pour les entreprises. Doximity a déclaré un bénéfice net de 50,2 millions de dollars pour un chiffre d’affaires de 206,9 millions de dollars au cours de l’exercice financier se terminant le 31 mars 2021. Ses revenus ont augmenté de 78% d’une année sur l’autre, contre 116,4 millions de dollars à la même période l’an dernier.

Le nom Doximity est une combinaison de « doctors » et de « proximity », selon une note de Jeff Tangney et de ses cofondateurs Nate Gross et Shari Buck incluse dans le prospectus. « Nous travaillons à apporter une proximité numérique à la médecine par le biais d’une plateforme sécurisée, à nom réel, accessible à tout médecin à tout moment sur son smartphone », ont écrit les cofondateurs dans la lettre. « En bref, nous nous efforçons d’alléger les tracas liés à la profession de médecin ». L’une des caractéristiques uniques de l’introduction en bourse est que 15% des actions sont réservées aux médecins membres de Doximity. Le ticker NYSE de la société est « DOCS ». Un porte-parole a déclaré que Jeff Tangney n’était pas en mesure de faire des commentaires en raison de la période de silence de 25 jours pour l’introduction en bourse.

La plateforme de Doximity comprend des fonctionnalités sécurisées de voix, de messagerie et de fax numérique. En 2020, elle a lancé une solution de télésanté vocale et vidéo d’entreprise, qui a été rapidement adoptée pendant la pandémie de Covid-19. Plus de 150 systèmes de santé ont souscrit des abonnements et plus de 63 millions de visites de télésanté ont été effectuées jusqu’au 31 mars 2021.

Alors que le financement et les évaluations de la santé numérique ont grimpé en flèche pendant la pandémie de Covid-19, Doximity est restée relativement discrète, puisqu’elle n’a pas levé de fonds de capital-risque depuis 2014. Ce tour de 54 millions de dollars de série C a donné à Doximity une évaluation de 355,3 millions de dollars, selon PitchBook.

Jeff Tangney était auparavant cofondateur d’Epocrates, une société d’applications de référence médicale lancée pendant la bulle Internet en 1999. Il a quitté l’entreprise en 2010, avant son introduction en bourse et sa vente ultérieure à Athenahealth pour 293 millions de dollars en 2013. « J’ai appris deux choses d’Epocrates – ne pas perdre l’attention sur les médecins et célébrer le voyage », a déclaré Jeff Tangney à Peter Cohen, contributeur de Forbes, la semaine dernière. « Chez Doximity, nous mettons les médecins au premier plan. Nous les aidons à être plus productifs. Nous apprécions également le voyage ».

 

Article traduit de Forbes US – Auteure : Katie Jennings

 

<<< À lire également : Izikare : une assurance santé digitale pour vos proches en Afrique >>>