En vigueur pendant certaines périodes et sur des zones montagneuses bien définies, la loi Montagne impose l’usage d’équipements spéciaux pour rouler dans les conditions difficiles. Il s’agit de pneus adaptés et d’accessoires de sécurité dont le rôle est d’améliorer l’adhérence sur chaussée verglacée ou enneigée.


 

Cette réglementation a des impacts économiques pour les automobilistes et les collectivités concernés. Elle implique, en effet, un budget dédié à l’achat des équipements préconisés ou à l’installation de panneaux de signalisation (B58 et B59).

 

Les équipements spéciaux à prévoir

La loi Montagne exige l’utilisation des équipements spéciaux sur certaines portions de route pendant une période définie. Pour se conformer à cette réglementation, vous avez la possibilité d’opter pour le pneu hiver. Ce dernier est parfaitement adapté aux conditions hivernales, dès que la température est inférieure à 7 °C. Il bénéficie du label 3PMSF (Three Peak Mountain SnowFlake) ou du marquage M+S (Mud and Snow).

Les pneus hiver sont déclinés dans de nombreuses dimensions et conviennent à différents modèles de véhicules. Pour respecter la loi Montagne, vous pouvez également mettre en place sur vos pneus 4 saisons des chaînes ou des chaussettes à neige.

“Afin d’acquérir cet équipement à un meilleur prix, il ne faut pas attendre le mois de novembre, car à cette période, leur prix peuvent parfois connaître une hausse significative, le marché étant en tension et la demande au plus haut.” précise un responsable de 1001Pneus, une filiale de CDiscount.

Loi Montagne : achat et installation des panneaux B58 et B59

En plus des automobilistes, l’État et les collectivités doivent également prévoir un budget spécifique dans le cadre de la mise en application de la loi Montagne. Cette réglementation impose, en effet, l’installation de signalétiques spécifiques pour délimiter la zone où cette loi est en vigueur.

Il s’agit là des panneaux B58 (entrée de zone d’obligation d’équipements en période hivernale) et B59 (sortie de zone d’obligation d’équipements en période hivernale). Les dépenses nécessaires à l’achat et la pose de ces signalisations sont imputées à l’État ou aux collectivités concernés. Le coût d’un tel projet dépend de plusieurs facteurs : le transport, les équipements et supports de fixation, etc.

Les départements concernés par la loi Montagne en 2021

Cette réglementation s’applique surtout dans les zones montagneuses. Elle entre en vigueur dans 48 départements à partir du 1er novembre 2021. Son objectif est d’améliorer la sécurité des utilisateurs tout en fluidifiant le trafic pendant la période hivernale.

Voici une liste non exhaustive des départements concernés par la loi montagne : l’Ain, l’Allier, les Alpes-de-Haute-Provence, les Hautes-Alpes, les Alpes-Maritimes, l’Ardèche, l’Ariège, l’Aude, l’Aveyron, le Cantal, la Corrèze, la Côte-d’Or, la Creuse, le Doubs, la Drôme, le Gard, la Haute-Garonne, l’Hérault, l’Isère, le Jura, la Loire, la Haute-Loire, le Lot, la Lozère, la Meurthe-et-Moselle, la Moselle, la Nièvre, le Puy-de-Dôme, les Pyrénées-Atlantiques, les Hautes-Pyrénées, les Pyrénées-Orientales, le Bas-Rhin, le Haut-Rhin, le Rhône, la Haute-Saône, la Saône-et-Loire, la Savoie, la Haute-Savoie, le Tarn, le Tarn-et-Garonne, le Var, le Vaucluse, la Haute-Vienne, les Vosges, l’Yonne, le Territoire de Belfort, la Corse-du-Sud et la Haute-Corse.

 

<<< À lire également : Immobilier de montagne : les meilleures façons de s’offrir les sommets >>>