Avec son chiffre d’affaires multiplié par 12 en cinq ans et son carnet d’adresses réunissant la fine fleur de la French Tech et les décideurs digitaux du CAC 40, l’entrepreneur Hervé Bloch était forcément courtisé des fonds d’investissement. Le fondateur de l’événement affinitaire 2.0, les Big Boss, vient d’annoncer son rapprochement avec Montefiore Investment qui devient actionnaire majoritaire de sa maison mère Digilinx. En ligne de mire, l’ambition de devenir un leader européen de l’événementiel BtoB. Et plus si affinités. Interview.

Vous venez de lever 18 millions d’euros auprès de Montefiore Investment qui prend une part majoritaire au sein de Digilinx, maison mère des Big Boss. Il est notamment question d’alimenter votre croissance externe, quelles sont les prochaines étapes ?


Hervé Bloch : Nous avons de fortes ambitions à l’international notamment. Nous allons identifier des acteurs en Europe et à l’International, tout en regardant du côté des acteurs français qui sont sur des territoires événementiels business que nous ne maîtrisons pas encore. Pour réussir, nous avons conscience qu’il faut une ‘aura’ sur un pays ou une industrie, donc effectivement la croissance externe est pertinente pour anticiper cette étape et gagner du temps. 

Entre 2013 et 2018, vous avez multiplié votre chiffre d’affaires par 12. Comment maintient-on ce niveau de croissance, passé l’effet « nouveauté » ? 

HB : Nos événements sont résolument tournés vers le business de nos clients et nous cherchons à maximiser leur ROI en permanence. Nos clients, fidélisés d’année en année, et le recrutement continu de nouveaux prestataires permettent de maintenir cette croissance effrénée. Attention : nous ne pourrons pas continuer à doubler chaque année mais nous maintiendrons un tendance de croissance organique associée à une croissance externe. 

Le concept du « Linkedin du réel » s’affiche donc comme un secteur plein d’avenir en alliant événementiel BtoB convivial et culture ROIste. Parlez-nous des domaines les plus demandeurs. Et pourquoi.  

HB : Notre cœur de business est l’accélération digitale. De fait, tous les secteurs et toutes les fonctions en sont donc demandeurs. D’autant plus que les usages et technologies changent très vite, il convient alors de se mettre à la page et d’ouvrir ses chakras ! 

Dans la nouvelle configuration de son entreprise Digilinx, l’entrepreneur Hervé Bloch a souhaité associer ses proches collaborateurs devenus actionnaires pour certains.

Vous avez développé très tôt un outil de matchmaking business fondé sur une Intelligence Artificielle, comment comptez-vous faire évoluer cet algorithme ? Quid des dernières innovations ? 

HB : La technologie est déterminante dans nos événements et évolue en permanence. L’algorithme de matchmaking fonctionne aussi bien pour les datings, le placement aérien, les déjeuners affinitaires… Nous fournissons également une plate-forme privée à nos participants via une application mobile et un extranet. L’idée est de développer de plus en plus l’engagement de la communauté entre deux formats et ainsi arriver à un networking phygitalisé. 

L’événement affinitaire à succès les Big Boss est intrinsèquement lié à vous. Aujourd’hui, vous évoquez la nécessaire transition vers la « désincarnation ». Pari risqué ou challenge profitable ? 

HB : Lorsqu’on créé une entreprise, il est nécessaire de l’incarner, mais ensuite cette collusion entre la figure fondatrice et l’entreprise peut être un frein à la croissance. Si bien qu’il faut rapidement que les équipes prennent en main les fonctions névralgiques. Dans le cadre de cette prise de participation de Montefiore, j’ai décidé d’associer les cadres de l’entreprise au capital de la société. C’est donc une aventure collégiale qui se met en place désormais pour être du côté ‘challenge profitable’ et non du côté ‘pari risqué’. Nous avons d’ailleurs mis en place un « management package » qui permet aux cadres de démultiplier leur plus-value en cas d’atteinte des objectifs. On parle d’un effet multiplicateur très important… Je vais également recruter un directeur général et lui confier progressivement les rennes opérationnelles pour me concentrer sur la stratégie et les acquisitions. 

La génération ‘Z’, qui est la plus en rupture avec les précédentes, se prépare à investir le marché du travail. Comment appréhendez-vous ces décideurs digitaux de demain ? 

HB : J’ai peur !
Cette génération est très volatile et n’a pas la même notion d’engagement que leurs aînés. Il faut un minimum d’implication pour s’investir et même s’épanouir dans une entreprise, donc mes équipes et moi serons vigilants pour identifier des bons candidats culturellement proches de nous. J’espère d’ailleurs que parmi nos participants nous ne vivrons pas des turnovers trop fréquents.

Et je me réjouis !
Cette génération est en quête de sens et de relations humaines plus fortes. Or, c’est notre credo : notre signature est le cœur de notre manifeste ; alors à l’évidence certains ‘Z’ devraient nous plaire.

Enfin, quels sont vos prochains temps forts 2019-2020 ?

HB : 14 beaux formats nous attendent d’ici la fin de l’année :

  • Les journées qui vont réunir les décideurs Communication & Marketing, des fonctions Finance & Gestion et des Ressources Humaines à Paris.
  • La verticale Mode Beauté & Retail au Mama Shelter de Lille
  • La Winter Edition au Club Med Arcs Panorama flambant neuf.
  • Ainsi que des dîners VIP à Paris par secteur ou fonction : Bancassurance, Pharma & Santé, Data, Tourisme & Loisirs, Sports, Ecommerce, Industries, Automobile & Transports.
  • Sans oublier le dîner M&A qui réunit les fonds emblématiques de la Place et les entrepreneurs souhaitant lever entre 10 et 100M€ co-organisé en partenariat avec Samuel Bokobza co-fondateur et dirigeant de Victoria Advisory conseil M&A dédié MidCap à l’origine de la prise de participation de Montefiore dans Digilinx.

40 événements Big Boss sont d’ores et déjà planifiés en 2020 : 2 opus, 3 verticales, 12 journées et 23 dîners VIP. Parmi les nouveautés : une verticale dédiée IT, des journées et des dîners autour du Fooding, de l’Exerience Client, de la Supply Chain, du Legal et de l’Immobilier.

Pour aller plus loin : www.lesbigboss.fr

Une machine bien huilée entre tractations business et interactions conviviales