La Legal Tech est en plein essor et les métiers du droit, traditionnellement conservateurs, sont sur le point de vivre une mutation profonde. Les besoins des justiciables en termes d’aides et de soutiens juridiques ont bien évolué au cours de ces dernières années. L’émergence des nouvelles technologies est en partie responsable de ces changements. Régler les problématiques courantes du secteur juridique sans l’intervention de professionnels du droit est la nouvelle tendance.

 

Aujourd’hui, les avocats ne peuvent plus ignorer les bouleversements qui touchent les nouvelles pratiques du marché, l’évolution des habitudes des clients et de la société en général. La Legal Tech présente plusieurs avantages pour les professionnels :

Alléger la charge de travail des professionnels 

Le traitement automatisé permet de bénéficier d’une technologie supplétive destinée à alléger la charge de travail des professionnels (avocats) en déléguant au maximum : la facturation, le recouvrement, la rédaction d’actes, les informations clients ou le travail collaboratif.

Trouver de nouveaux clients 

Il est aujourd’hui impossible de se passer des technologies associées au marketing pour gagner en visibilité. Les plateformes B2B offrent un tremplin incomparable aux professionnels qui peuvent ainsi bénéficier d’un flux de visiteurs important, remplir leur carnet de contacts et renforcer leur présence sur la toile. Ce système de mise en relation est également appelé de la « prévente ».

Fidéliser la clientèle 

La clientèle des avocats est souvent difficile à fidéliser puisqu’il faut rassurer les clients en fournissant des conseils juridiques de qualité ainsi que des documents régulièrement mis à jour. Dans les faits, il s’agit de conforter le client dans son choix d’avoir fait appel à vos services en se construisant une e-réputation. Faire valoir son domaine d’expertise par une présence régulière sur les réseaux sociaux et médias est donc la stratégie à adopter.

Gagner du temps 

Le temps de traitement des demandes des justiciables varie en fonction de la nature de la demande, mais aussi de la fréquentation du professionnel. Les technologies permettent de réduire les heures de travail. L’enjeu de la LegalTech en 2018 est de pouvoir étendre l’usage de la technologie à d’autres tâches inhérentes aux métiers juridiques.

Réduire les coûts 

Le fait de passer par une consultation à distance permet de mieux maîtriser les coûts. Les professionnels peuvent en effet adopter une nouvelle façon de travailler et gérer leur planning comme ils le souhaitent, ce qui leur permet de devenir plus performants. De même, la dématérialisation permet de créer des supports plus fiables que le papier et de bénéficier de récentes technologies de stockage de données comme le big data qui résout les problèmes liés au rangement et classement des archives physiques.

Être compétitif 

Les technologies au service du droit permettent des marquer des points sur la concurrence en améliorant ses relations clients. La mise à disposition d’outil de comparaison, d’outil de facturation en ligne accessible aux clients, d’outil d’évaluation (note de satisfaction et avis des clients) ou de blockchain (renforcer la sécurité des transmissions de données juridiques confidentielles) sont quelques exemples des applications possibles.

 

 

Les avantages de la LegalTech pour les particuliers 

La Legal Tech rend le droit plus accessible et plus simple aux particuliers également.

Simplification du droit et des procédures

L’automatisation permet d’accomplir aisément des tâches juridiques qui incombent aux particuliers tels que l’élaboration d’un contrat de bail par exemple. La Legal Tech aujourd’hui permet de commander ou de générer automatiquement des contrats sur mesure et personnalisés.

Désormais, on n’aura plus besoin de passer par la case notaire pour pouvoir signer son testament ou créer une entreprise. La technologie permet effectivement de proposer la signature en ligne ou « signature digitale ». Plus besoin de se déplacer physiquement au cabinet de l’avocat pour bénéficier d’une consultation. Jurifiable.com est d’ailleurs une des premières plateformes à proposer des « avocats en ligne », nomades et collaboratifs.

Gestion des contentieux 

En tant que particulier, avoir recours à un avocat pour recouvrir des factures impayées devient facile grâce à l’intelligence artificielle. Elle programme automatiquement en fonction des dates d’émission des factures, des courriers électroniques de rappel aux éventuels retardataires.

Une procédure simplifiée pour les dépôts administratifs 

Vous souhaitez déclarer la naissance de votre enfant ou réaliser un acte d’état civil ? Il est désormais possible de déposer la demande en ligne. La disponibilité du service est également un sérieux atout puisqu’il fonctionne 24h/24.

 

L’avenir de la Legal Tech 

Parfois perçu comme une menace, la Legal Tech pourrait pourtant régler bien des problèmes. Les métiers classiques du droit ne doivent pas craindre la Legal Tech.

« Il n’y a aucune raison éthique pour que les métiers du juridique ne bénéficient pas des outils les plus novateurs pour repenser leurs manières de travailler au quotidien, à condition de ne pas oublier que la valeur ajoutée des professionnels du droit, c’est leur expertise et non la productivité ! »

En effet, un contrat intelligent n’apporte rien en termes de stratégie et n’aidera pas une entreprise à prendre des décisions politiques et économiques importantes. L’intelligence artificielle ne peut pas encore remplacer le conseil juridique.

Par ailleurs, le cabinet d’avocat de demain sera sans nul doute un « hybride », pensé pour rendre le droit accessible, compréhensible de tous, plus rapide et moins coûteux.

En Europe, l’émergence des technologies du droit connaît un fort taux de croissance de 20 % par an. Toutefois, le marché européen de la Legal Tech est nettement moins avancé en raison des cultures juridiques largement différentes d’un pays à l’autre et nécessitant donc des technologies différentes.

En France, la Legal Tech est parfaitement présent dans quelques branches : la création d’entreprises, la protection de marque, la création automatisée de contrats de bail en conformité avec la législation française, le recrutement d’un salarié, la modification de statuts, la recherche juridique ou Google du droit ou la résolution de litiges par procédure à l’amiable.

L’avenir de la Légal Tech s’oriente vers des domaines diverses comme l’exportation de solutions de contrats intelligents (déjà en projet de lancement avec Dragon Law), le conseil juridique à distance, les procédures judiciaires entièrement digitalisées, les contrats immobiliers, l’analyse automatique de contrats et autres documents juridiques, la classification automatique des fichiers, mais les services juridiques des entreprises de petite taille.

L’étendue des possibilités est infinie. Il reste beaucoup de niches à exploiter par les technologies dans le droit. Certes, les robots ne vont pas remplacer les avocats même si certains sont déjà expérimentés dans d’autres secteurs (la santé ou l’éducation) pour permettre à des professionnels de ces domaines d’être à deux endroits à la fois. Le sujet doit être abordé pour les nombreux avantages qu’il apporte sur le plan organisationnel, financier et d’un point de vue pratique.