L’ESSENTIEL DE L’ÉCONOMIE ➡ Retrouvez chaque jour des informations sélectionnées d’un monde en pleine transformation


LE CHIFFRE4 000 milliards de dollars | C’est l’estimation de la perte pour le secteur du tourisme au niveau mondial depuis le début de la pandémie de Covid-19. “Au niveau mondial, le coup porté au tourisme international par le COVID-19 a entraîné une perte de PIB de plus de 4 000 milliards de dollars uniquement pour les années 2020 et 2021″, estime le rapport de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (Cnuced). L’organisation onusienne rappelle que cela a déjà entraîné des centaines de milliers de suppression d’emplois.

https://twitter.com/Mediavenir/status/1410157408119255040


L’INFO EXPORTER OUI, EN EUROPE DE PREFERENCE | Selon le  baromètre OpinionWay pour Capital Export, près de deux PME et ETI sur trois envisagent d’accélérer leur activité internationale et privilégient l’Europe. 
Parmi les dirigeants des entreprises exportatrices, plus d’un entrepreneur sur deux (55 %) considère que la crise sanitaire a impacté le développement à l’international, avec pour principale conséquence le report de projets à plus ou moins long terme. Qu’ils soient déjà exportateurs ou non, les chefs d’entreprises ont une perception contrastée de l’international, paradoxalement perçu autant positivement que négativement. Pour 68 % d’entre eux, c’est une stratégie motivante, rentable et fédératrice,  tandis que pour 63 %, le pari apparait comme complexe, risqué et coûteux.
Parmi les éléments facilitant le développement d’une entreprise à l’international, les interviewés citent dans le trio de tête la volonté de l’équipe dirigeante (96 %), puis la maîtrise des langues et codes étrangers (95 %) et celle des outils digitaux (94 %). Juste après, dans un mouchoir de poche, viennent les compétences techniques et l’offre (qualité ou différentiation du produit ou du service), et l’expérience des équipes dédiées à l’export.
L’international représente un axe stratégique fort à court et moyen terme pour les entreprises qui y sont déjà présentes : 60 % d’entre elles veulent s’y renforcer et 39 % conserver leur niveau actuel. Objectif : diviser les risques et trouver des relais de croissance.

 

<<< À lire également : Découvrez les 42 milliardaires français en 2021 >>>