Avec un chiffre d’affaires consolidé de 2 367 milliards d’euros sur le troisième trimestre, Hermès signe une performance remarquable. Preuve, s’il en fallait, que le luxe se porte à merveille en sortie de crise.


Croissance à deux chiffres dans toutes les zones géographiques

La dynamique observée des ventes en 2021 semble bien décidée à se poursuivre. Au troisième trimestre, le chiffre d’affaires consolidé atteint 2 367 milliards d’euros. La croissance « exceptionnelle » des ventes, selon les termes du communiqué de la Maison Hermès, est de 31 % à taux de change constants par rapport à 2020 et atteint 40 % sur deux ans. De bons résultats rendus possibles par un redressement des ventes en Europe, une nette accélération en Amérique, tandis que l’Asie conserve « une belle dynamique ». En effet, à fin septembre 2021, toutes les zones géographiques confirment une forte progression, avec un troisième trimestre en croissance à deux chiffres dans toutes les zones géographiques par rapport à 2019. A regarder de plus près l’activité par zone géographique, la reprise constatée par tous aux États-Unis est sans équivoque : +85 % et +30 % sur deux ans avec une excellente performance au 3e trimestre (+48 % et +40 % sur deux ans). L’Asie hors Japon poursuit sur sa lancée (+63 % et +69 % sur deux ans) « en dépit des nouvelles restrictions en Australie, en Thaïlande et en Malaisie au troisième trimestre ». Sur neuf mois, les ventes dans les magasins du groupe sont en hausse de 60 % par rapport à l’année dernière, et de 43 % sur deux ans. Une tendance qui confirme Hermès dans sa stratégie de développement de son réseau retail. Sur la période, le groupe a ouvert un deuxième magasin à Shenzhen (28e adresse de la maison en Chine continentale), une nouvelle adresse en Floride, tandis que le flagship de Milan a rouvert ses portes après d’importants travaux de rénovation. C’est toutefois Paris que la Maison a choisi pour faire dialoguer durabilité et création, en donnant à petit h un espace de choix au sein de la boutique de la rue de Sèvres.

 

Forte progression des métiers vêtements et accessoires, et Horlogerie

À fin septembre 2021, tous les métiers enregistrent une croissance à deux chiffres, tant par rapport à 2019 que 2020, avec une forte progression des métiers suivants : Vêtements et Accessoires (+71 % et +43 % sur deux ans), Horlogerie (+92 % et +77 % sur deux ans) et Autres métiers Hermès (Bijouterie et produits de la Maison). La demande est toujours soutenue sur la division Maroquinerie-Sellerie (+46 % et +27 % sur deux ans) qui a accueilli sa 19e maroquinerie en septembre. Réaffirmant son ancrage local, Hermès poursuit l’augmentaiton de sa capacité de production « avec la maroquinerie de Louviers (Eure) prévue en 2022, celle de la Sormonne (Ardennes) à l’horizon 2023 et un nouveau site à Riom (Puy-de-Dôme) pour 2024 ». Quant aux résultats du métier Parfum & Beauté (+51 % et +18 % sur deux ans), ils témoignent du succès des derniers lancements parfum (H24 et Twilly Eau Ginger), et du développement de la Beauté avec le déploiement de l’univers des mains cet automne. Interrogé quant aux perspectives, Axel Dumas, Gérant d’Hermès, a déclaré : « La performance du 3e trimestre s’inscrit dans une année atypique, au cours de laquelle nous poursuivons nos investissements stratégiques et accélérons la création d’emplois. Dans un monde qui demeure instable, l’équilibre entre nos seize métiers, et entre nos implantations dans le monde, nous permet d’avancer avec optimisme et prudence, tout en continuant à créer des objets de qualité, beaux et durables ». A noter que la durabilité fait partie des engagements phares du groupe, qui a d’ailleurs été identifié comme le deuxième meilleur acteur du secteur Textiles et Habillement sur 174 sociétés dans le classement Sustainalytics, avec une exposition « faible » aux risques ESG.

 

À lire également <<< Privé Porter : l’avenir du retail du luxe >>>