Après plusieurs jours de silence de la part des dirigeants de Facebook concernant les révélations selon lesquelles Cambridge Analytica aurait collecté les informations personnelles de millions d’utilisateurs du réseau social sans leur accord, Mark Zuckerberg s’est finalement exprimé.

Mark Zuckerberg a déclaré dans une publication sur Facebook ce mercredi, qu’il est responsable de la protection des données des utilisateurs et qu’il essaie actuellement de comprendre ce qu’il s’est passé afin de garantir que des fuites similaires ne se reproduiront pas. Il a également listé les mesures prises par Facebook pour faire face à ces fuites de données ainsi que les objectifs de l’entreprise en matière de protection de la vie privée : « Il s’agit d’un abus de confiance entre Aleksandr Kogan, Cambridge Analytica et Facebook, explique Mark Zuckerberg dans sa publication. Mais il y a également un abus de confiance entre Facebook et ses utilisateurs qui partagent leurs données et attendent en retour que nous les protégions. Nous devons trouver une solution à cela ».

Mark Zuckerberg a confirmé qu’en 2013, un chercheur de l’université de Cambridge, Aleksandr Kogan, a crée un test de personnalité qui a été téléchargé par plus de 300 000 personnes qui ont partagé certaines de leurs données ainsi que celles de leurs amis. Aleksandr Kogan a ainsi pu avoir accès aux données de dizaines de millions d’utilisateurs de Facebook. En 2014, Mark Zuckerberg affirmait avoir changé la politique de Facebook en matière de protection des données en empêchant aux créateurs d’applications de pouvoir accéder aux données des amis des utilisateurs, si les amis en question n’ont pas également installé l’application. En 2015, Facebook apprenait dans le Guardian qu’Aleksandr Kogan avait enfreint les termes mis en place par Facebook, en partageant les données recueillies sur le réseau social avec une société d’analyse de données, Cambridge Analytica. Facebook a ensuite interdit d’accès Aleksandr Kogan et a exigé que lui et Cambridge Analytica « certifient formellement » qu’ils avaient effacé ces données. Selon Mark Zuckerberg, les deux parties ont fourni ces certificats.

Il a ensuite confirmé que, la semaine dernière, Facebook a été informé par le Guardian, le New York Times et Channel 4 que Cambridge Analytica n’aurait pas effacé ces données, contrairement à ce que la société affirmait. Facebook a bloqué l’accès à tous ses services à Cambridge Analytica et a demandé à une société extérieure de procéder à une vérification judiciaire. Marl Zuckerberg a déclaré que cette société « mène une enquête avec les régulateurs ». En effet, la commission fédérale américaine du commerce a ouvert une enquête sur la gestion des données de la part de Facebook, et la Commission européenne demande aux autorités de protection des données d’ouvrir une enquête sur les fuites de données.

Mark Zuckerberg a ensuite affirmé que Facebook examinera toutes les applications qui ont eu accès à de gros volumes de données avant 2014, ainsi que toutes les applications présentant des activités suspectes et radiera tous les développeurs qui refuseraient d’être examinés. Si Facebook découvre que des développeurs ont utilisé des informations illégalement, alors l’entreprise bloquera l’accès à ces développeurs et préviendra tous les utilisateurs des applications en question.

Facebook ajoute que l’accès aux données utilisateurs sera réduit de manière générale pour les développeurs. L’entreprise bloquera l’accès aux données des utilisateurs n’utilisant pas l’application durant plus de trois mois. De plus, les développeurs auront seulement accès au nom de l’utilisateur, à sa photo de profil et à son adresse mail. Les développeurs devront obtenir l’accord des utilisateurs et signer un contrat avec Facebook s’ils souhaitent obtenir davantage d’informations privées ou accéder à leurs publications.

Afin de faciliter la gestion des données pour ses utilisateurs, Facebook ajoutera un nouvel outil au dessus du fil d’actualités, montrant quelles applications peuvent avoir accès à leurs données et offrant la possibilité d’interdire l’accès (cette fonctionnalité est déjà disponible dans les paramétrages de confidentialité, mais son nouvel emplacement la rendra plus facile d’accès). Mark Zuckerberg a ajouté que Facebook annoncera d’autres mesures concernant la protection des données dans les jours à venir.

« J’ai créé Facebook, je suis donc responsable de ce qui ce passe sur la plateforme, écrivait Mark Zuckerberg dans sa publication mercredi. Je veux réellement faire ce qu’il faut pour protéger notre communauté. Même si ce problème impliquant Cambridge Analytica ne se reproduira pas, cela n’efface pas le passé. Grâce à cette expérience, nous savons maintenant que nous devons davantage protéger notre plateforme et notre communauté ». 

Mercredi, Sheryl Sandberg, la directrice d’exploitation de Facebook s’est également exprimée pour la première fois, faisant écho à la déclaration de Mark Zuckerberg : « Comme l’a dit Mark Zuckerberg, nous savons qu’il s’agit d’un énorme abus de confiance pour nos utilisateurs, et je regrette profondément que nous n’ayons pas pris davantage de mesures pour y remédier ».