L’ESSENTIEL DE L’ÉCONOMIE ➡ Retrouvez chaque jour des informations sélectionnées d’un monde en pleine transformation


LE CHIFFRE540 millions d’euros | Ce sont les sommes qui devraient être pariées en France pendant l’Euro 2021, selon une étude de Tipstop, l’application française qui coache les parieurs.
L’attrait pour les paris sportifs en ligne ne cesse de croître. Le marché évolue depuis l’arrivée des plateformes en 2010. Le nombre de joueurs, les sommes misées, la part d’utilisation des appareils mobiles… tous ces curseurs sont à la hausse. Les sommes misées sur les dernières compétitions internationales reflètent bien la tendance : pour l’Euro 2012, moins de 30% des mises étaient enregistrées en ligne, lors de l’Euro 2016 c’était un peu moins de 50%. Enfin, lors du Mondial 2018, les sommes misées en ligne ont dépassé celles des points de vente physique avec 381 millions d’euros de mises en ligne contre 309 millions d’euro. Et cette tendance va encore s’accélérer sur l’Euro 2021 avec la démocratisation du pari sur mobile et l’arrivée de quatre nouveaux acteurs agréés depuis 2019. Malgré une année 2020 compliquée par la situation sanitaire, le football reste la star des paris en France. Pour cette nouvelle édition de l’Euro, Tipstop  prévoit 300 millions d’euros de mises en ligne par les parieurs français, et 240 millions dans les points de ventes, soit un total de 540 millions d’euros. Aujourd’hui, ce sont 4,5 millions de comptes de joueurs qui sont actifs sur les plateformes de paris en ligne en France, à l’aune du prochain Euro de football. Et les compétitions internationales plaisent énormément. Pour les matchs de football en club, la ligue des Champions est la favorite des parieurs. Mais le Graal reste bien sûr l’Euro de football et la Coupe du Monde.

 

Sportifs les mieux payés au monde
Cristiano Ronaldo à l’échauffement avant la rencontre Juventus – Inter, le 15 mai 2021. | Source : Getty Images

 

En 2018, ce sont plus de 382 millions d’euro qui ont été misés sur la compétition remportée par l’équipe de France. L’augmentation du nombre de parieurs va de pair avec la croissance des sommes moyennes misées par ces derniers. En effet, lorsque 10% des plus gros parieurs représentaient 89% des mises en 2012, ils n’en représentent plus que 73% aujourd’hui. On constate également une évolution (pour ne pas dire inversion) des usages via les nouveaux outils technologiques disponibles. Si 88% des utilisateurs pariaient depuis leur ordinateur en 2011, ils sont aujourd’hui 90% à le faire depuis leur smartphone.

 


IL A DITEMMANUEL MACRON | Le chef de l’Etat n’a pas boudé son plaisir : “Pour la deuxième année consécutive, la France reste le pays européen qui attire le plus d’investisseurs étrangers”, jubile-t-il dans un tweet.

Selon le baromètre annuel du cabinet EY, la France est restée pour la seconde année consécutive le pays le plus attractif pour les investisseurs, en Europe. Le nombre d’investissements directs étrangers a pourtant chuté de 18% par rapport à 2019 en France, à 985 projets. Le Royaume-Uni se classe juste derrière la France avec 975 projets ;  l’Allemagne monte sur le podium avec 930 projets.

 

L’INFO LE TELETRAVAIL ENCORE, ENCORE, ENCORE | Pour 70% des Français, un site marchand en langue étrangère constitue un frein à l’achat. 53% des Français se disent curieux de consulter des sites marchands internationaux et seuls 1/3 des Français consultent ou achètent sur des sites marchands transfrontaliers, selon un sondage Opinion Way. Alors que les achats par internet ont explosé en 2020, notamment en raison du contexte sanitaire, la fréquentation des sites marchands transfrontaliers se développe en France mais reste encore minoritaire : 1/3 des Français (35%) déclarent consulter ou acheter souvent ou parfois sur des sites marchands étrangers (en dehors des plus connus comme Amazon).

64% des Français déclarent consulter ou acheter rarement/jamais sur les e-boutiques étrangères. Un chiffre élevé à considérer avec précaution puisqu’un site international bien localisé et traduit peut sembler être basé en France. Génération digitale, les Français âgés de moins de 35 ans déclarent être des utilisateurs bien plus fréquents : 54% d’entre eux se rendent sur ces sites souvent ou parfois.
En dépit de ces obstacles, les sites de commerces internationaux suscitent l’intérêt des Français : 53% d’entre eux déclarent être curieux de consulter des sites marchands étrangers dans les domaines qui les intéressent. Ils envisagent même de commander un produit en ligne sur un site web étranger dans les 6 prochains mois (40%). Les sites proposant du textile (36%), du matériel informatique ou de l’électroménager (34%) sont les plus consultés. Plus d’un quart des Français qui se rendent sur des sites étrangers déclarent consulter fréquemment des sites proposant de la décoration (28%). Le manque d’information sur les sites marchands internationaux apparaît comme le principal frein à leur utilisation : sans véritable connaissance sur ces sites, près de 8/10 Français craignent qu’ils ne vendent des produits de contrefaçon (81%) ou de mauvaise qualité (79%). Pouvant être en partie à l’origine de ces problèmes d’information, la barrière de la langue constitue elle aussi un obstacle à l’achat : 70% des interviewés déclarent ainsi considérer le fait que le site soit en langue étrangère comme un frein, et même 74% si cela concerne son service client ou après-vente.
De surcroît, 60% des Français auraient déjà renoncé à acheter un produit parce que le site marchand n’était pas disponible en français.

 

<<< À lire également : Découvrez les 42 milliardaires français en 2021 >>>