Début juillet, une annonce importante d’Apple est passée relativement inaperçue : la société transférait l’assemblage de son iPhone 11, alors le modèle le plus avancé de sa gamme de produits, de la Chine à Chennai en Inde.

Quelques semaines plus tard, Samsung, ainsi que plusieurs autres fournisseurs d’Apple (Foxconn, Pegatron et Wistron), les fabricants indiens Micromax et Lava, et jusqu’à 18 autres entreprises ont demandé à bénéficier d’un programme d’incitation du gouvernement indien pour la fabrication à grande échelle de produits électroniques, qui allait voir une partie importante de la fabrication de ces entreprises transférée sur le sous-continent.

 

D’une part, cela leur permettra d’éviter le prélèvement de 20% que l’Inde, l’un des marchés les plus importants du monde en termes quantitatifs, impose sur les produits électroniques importés, dans le cadre de sa politique commerciale de plus en plus protectrice. Peut-être plus important encore, cela reflète des problèmes macroéconomiques plus profonds liés aux coûts plus élevés de la Chine, ainsi qu’à la mécanisation de la production, qui signifie une moindre dépendance à l’égard de la main-d’œuvre.

 

Dans le même temps, l’administration Biden devrait maintenir la pression sur la Chine, et exhortera ses alliés à faire de même, afin de forcer Pékin à ouvrir le pays à la concurrence et, espérons-le, à respecter les droits humains de ses citoyens.

 

De même, le transfert d’une partie de l’assemblage d’Apple au Vietnam a aidé l’économie locale du voisin chinois.

 

Assistons-nous à un changement dans le cycle économique ? Dans la seconde moitié du siècle dernier, la Chine a entrepris de créer un scénario dans lequel le Made in China serait remplacé par le Engineered in China : le pays ne serait plus l’usine du monde, un endroit bon marché où le monde pourrait externaliser la fabrication, mais plutôt une source de technologie avancée. Dans le même temps, les entreprises chinoises ont accru l’automatisation, ce qui a amené certaines d’entre elles à envoyer jusqu’à 80% de leurs travailleurs chez eux et à utiliser des robots à la place. Le niveau de spécialisation plus élevé des travailleurs de la chaîne de production – généralement des experts en maintenance des machines et en apprentissage automatique – génère des salaires plus élevés, tandis que les usines mécanisées à haut rendement, avec moins d’erreurs et d’accidents, signifient également que les coûts salariaux ne sont plus aussi importants.

 

Dans le secteur de l’électronique grand public, le fait de rester sur le sol chinois a toujours ses avantages, principalement en termes de maintien de la proximité avec les fournisseurs. Mais de plus en plus, ces entreprises se mondialisent et peuvent envisager d’offrir des services et de résoudre des problèmes presque partout dans le monde, ce qui pourrait conduire à des pressions pour délocaliser progressivement la production.

 

Les coûts de la main-d’œuvre n’étant plus un problème, la mécanisation s’accentuant ainsi qu’une tendance à délocaliser la production, les entreprises occidentales pourraient-elles à l’avenir faire davantage pression sur la Chine pour éviter d’éventuelles sanctions et blocus, et tenter de rapprocher la valeur des pays qui conçoivent ou consomment leurs produits ? Et si oui, dans quel délai ?

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Enrique Dans

 

<<< À lire également : Pourquoi La Chine Compte Un Nombre Record De Milliardaires >>>