Il était l’une des icônes de la lutte pour les droits civiques outre-Atlantique. Vernon Jordan est décédé lundi 1er mars à l’âge de 85 ans. Avocat de renom, confident et partenaire de golf de Bill Clinton, Vernon Jordan était une personne influente dans la vie politique de Washington.

 

La nouvelle a été annoncée par la famille de Vernon Jordan dans un communiqué envoyé à Associated Press. Selon ses proches, le défenseur des droits humains est décédé dans son sommeil, bien que les causes officielles du décès n’aient pas encore été révélées. « Mon père s’est éteint la nuit dernière [lundi 1er mars, NDLR] vers 22 heures, entouré de ses proches. Nous sommes touchés par tous les messages d’amour et d’affection que nous recevons », a déclaré la fille de l’ancien avocat, Vickee Jordan Adams.

Vernon Eulion Jordan Jr. est né le 15 août 1935 à Atlanta, dans l’État de Géorgie. Adolescent, il a suivi sa scolarité dans un lycée surpeuplé et ségrégué. En 1952, il obtient son diplôme avec mention, mais tous les établissements de l’État de Géorgie étaient soumis à la ségrégation raciale. Vernon Jordan s’est donc inscrit à la DePauw University dans l’Indiana, où il était le seul étudiant noir de sa classe. Après son diplôme, il travaille pour un cabinet d’avocat d’Atlanta spécialisé dans les droits civiques. À cet égard, il a fait partie de l’équipe juridique qui a permis aux deux premiers étudiants noirs d’entrer à la University of Georgia en 1961.

En 1980, il est gravement blessé à la suite d’une tentative d’assassinat perpétrée par un suprémaciste blanc

Par la suite, il rejoint la National Association for the Advancement of Colored People (NAACP, une organisation américaine de défense des droits civiques) en tant que directeur de l’association. Il participe également au Voter Education Project (VEP, Projet d’éducation des électeurs).

En 1970, Vernon Jordan devient directeur général du United Negro College Fund, une organisation philanthropique américaine qui lève des fonds pour les frais de scolarité et pour les frais généraux universitaires des étudiants noirs inscrits dans 39 universités privées. De 1971 à 1981, il devient le président de la National Urban League, une grande organisation de défense des droits des Afro-Américains. En 1980, il est gravement blessé à la suite d’une tentative d’assassinat perpétrée par un suprémaciste blanc.

Ami de longue date et conseiller de Bill Clinton, Vernon Jordan rejoint l’équipe de transition du gouvernement Clinton en tant que coprésident en 1992. Il reste proche des Clinton en soutenant notamment les deux campagnes présidentielles d’Hillary Clinton. Pendant près d’une décennie, il fournit de nombreux conseils aux décideurs politiques à Washington.

En 2017, l’ancien avocat déclare : « Quoi que vous fassiez, poursuivez la justice, courez dans les flammes, car le combat pour la justice n’est pas sprint ou même un marathon, mais une course de relais dans laquelle votre génération tient le bâton. C’est à votre tour de protéger les progrès que nous avons réalisés et de les faire prospérer dans le futur ».

Durant ses années à l’université, Vernon Jordan travaillait comme chauffeur pour l’ancien maire d’Atlanta, Robert Maddox. Un jour, le maire surprend son chauffeur en train de lire un livre pendant sa pause et s’exclame : « Je n’ai jamais eu quelqu’un comme vous sachant lire ». Plus tard, Robert Maddox affirmera à ses proches que « Vernon sait lire ! ». En 2001, Vernon Jordan, publie ses mémoires sous le titre de Vernon Can Read! : A Memoir (littéralement, « Vernon sait lire ! : Mémoires »).

Les réactions outre-Atlantique ne se sont pas fait attendre, notamment celles de Barack Obama, Bill Clinton ou Jaime Harrison (président du parti démocrate, NDLR).

 

 

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Tommy Beer

<<< À lire également : USA “Spéciale Investiture” | Cinq choses à savoir sur Kamala Harris, une vice-présidente historique