Au cours de la dernière décennie, Bill Gates a mis en garde contre le manque de préparation et de systèmes en place pour faire face aux menaces de maladies contagieuses qui pourraient conduire à une pandémie. Maintenant que le monde est en plein milieu de la pandémie de COVID-19, certaines personnes sur les réseaux sociaux ont accusé Bill Gates d’avoir déclenché la crise sanitaire.

Ces accusations sont venues après que Gates, le cofondateur milliardaire de Microsoft devenu philanthrope, a passé une grande partie du deuxième acte de sa carrière à initier et soutenir les efforts de prévention et de contrôle des maladies contagieuses via la Fondation Bill et Melinda Gates. Une fondation qui a financé une partie des efforts de recherche en modélisation informatique de l’équipe PHICOR pour améliorer la distribution des produits et le contrôle des maladies.


C’est aussi après que Gates a, à de multiples reprises, insisté pour que l’on prenne davantage conscience de la possibilité d’une pandémie et que l’on redouble d’efforts pour empêcher cette éventualité, comme dans ce discours sur TED en 2015 :


Pourtant, les spécialistes de la théorie du complot prétendent maintenant que Gates a créé cette pandémie d’une manière ou d’une autre. N’est-ce pas comme blâmer quelqu’un d’avoir provoqué une crise cardiaque après vous avoir averti pendant des années d’une telle possibilité ?

Il suffit de voir ce qui s’est passé après que Gates a publié une photo sur Instagram. Cette photo était accompagnée de cette déclaration : « Merci à tout le personnel de santé. Leurs efforts pour tester et traiter les patients à travers les États-Unis et le monde sont héroïques. »

C’est une déclaration à la fois belle et nécessaire, remerciant le personnel de santé pour tous les sacrifices qu’ils font pour s’occuper des patients de COVID-19 et aider tout le monde.

Mais ensuite sont venus les commentaires. Par exemple, @realcandaceowens a déclaré : « On dirait que votre réputation de #coronavirus s’est retournée contre vous, hardcore. Je vais me passer de tous vaccins que vous préparez mais je vous souhaite le meilleur quand même. »

Puis @thedorianyates a écrit : « Un jour, vous devrez répondre de vos crimes… Si vous souhaitez réduire la population, pourquoi ne pas commencer par vous et vos enfants qui ne sont pas vaccinés. » Il y a eu divers messages anti-vaccination et même des suggestions selon lesquelles Gates veut mettre des puces électroniques dans les populations pour les traquer. Encore une fois, tout cela après que Gates n’a affiché qu’un simple message de remerciements aux professionnels de la santé.

En outre, les messages n’ont pas vraiment fourni de preuves à l’appui de leurs affirmations. Où sont les preuves que Gates « souhaite » une réduction de la population ou qu’il n’a pas vacciné ses enfants ? Gates a contribué de manière importante au développement et à la fourniture de vaccins dans le monde entier. Ces vaccins permettent de continuer à lutter contre des maladies potentiellement mortelles telles que la rougeole et la polio, ce qui serait le contraire de la « réduction de la population ». Après tout, sans ces vaccins, comment pourrait-on éviter la propagation de ces maladies contagieuses ? En mettant en place des mesures de distanciation sociale pour toujours ? En disant : « restez à la maison indéfiniment, afin de pouvoir aplatir ces cinq courbes » ? La pandémie de COVID-19 montre ce qui se passe lorsqu’un virus contagieux se propage sans qu’un vaccin soit disponible.

Certains des commentaires faisaient référence au soutien de Gates au financement de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Par exemple, un commentaire disait : « Les États-Unis ont suspendu leurs paiements à l’OMS et la Fondation Bill et Melinda Gates sont les plus grands donateurs. »

Ces commentaires peuvent suggérer que Gates a d’autres raisons de soutenir l’OMS dans le tweet suivant du 15 avril :

Gates n’a pas fait référence au président américain Donald Trump dans le tweet. Mais à moins que quelqu’un d’autre n’ait maintenant pris en charge de telles décisions pour les États-Unis, cela fait probablement référence à Trump et à son annonce récente que les paiements de son pays à l’OMS seront interrompus. Trump a accusé l’OMS de « mal gérer et de cacher la propagation du coronavirus », et a indiqué que les paiements seraient suspendus jusqu’à ce qu’un « bilan » de l’OMS soit établi.

Ce serait une chose si Gates était la seule personne à critiquer une telle décision, mais un grand nombre de personnes ont condamné la déclaration de Trump et la décision de suspendre le financement également. Par exemple, Trevor Noah a fait part de ses préoccupations à l’émission The Daily Social Distancing Show :

La critique de la décision de Trump tourne autour du fait que l’OMS est la seule organisation qui peut aider à coordonner la réponse mondiale à la pandémie. Si l’OMS ne dispose pas des ressources nécessaires, qui d’autre pourra remplir le rôle consistant à rassembler les efforts des différents pays et à fournir des informations scientifiques dans le monde entier ?

Une autre revendication qui circule sur les réseaux sociaux déclare que Gates détient le « brevet » pour le SRAS-CoV2, un virus qui n’a été découvert qu’en janvier 2020. La théorie veut que toute cette histoire de pandémie ne vise qu’à créer un besoin pour un vaccin dont Gates bénéficiera par la suite. Cela comprend une variété de publications sur Facebook qui sont maintenant étiquetées par Facebook comme « de fausses informations, examinées par des vérificateurs de faits indépendants ». Ces publications prétendent que le Pirbright Institute, qui est basé dans le Surrey, en Angleterre, et a reçu des fonds de la Fondation Bill et Melinda Gates, détient le brevet pour ce nouveau coronavirus qui est à l’origine de la pandémie actuelle.

Mais le brevet que détient le Pirbright Institute porte sur un coronavirus différent, qui affecte principalement les poulets, et non le SRAS-CoV2. Les différents coronavirus sont très distincts. Détenir un brevet pour l’un ne veut pas dire que l’institut possède le brevet pour un autre. En outre, il existe des moyens beaucoup plus faciles de gagner de l’argent que la vente de vaccins, qui doivent faire l’objet de tests et d’exigences réglementaires très poussés. Les vaccins n’ont pas les marges de profit que d’autres médicaments tels que le Viagra ou des articles moins chers comme les additifs.

Gardez à l’esprit que Gates est loin d’avoir été le seul à exprimer ses préoccupations concernant les pandémies potentielles et à insister pour que des mesures supplémentaires soient prises avant cette pandémie de coronavirus. En réalité, il ne fait que partager les préoccupations de très nombreux scientifiques et responsables de la santé publique dans le domaine des maladies contagieuses. Tout le monde a vu comment un nouveau microbe comme un virus ou même un vieux microbe qui a soudainement pris un peu plus d’ampleur, peut émerger et se propager rapidement. Cela s’est produit lors de l’épidémie de SRAS de 2002, de la pandémie de grippe H1N1 de 2009, des épidémies d’Ebola de 2014-2016 et de l’épidémie de Zika de 2016. Toutes ces situations étaient en fait des éléments préalables à la pandémie actuelle.

Le problème est que trop peu ont fini par tenir compte de ces avertissements, et maintenant tout le monde est coincé à la maison. En plus de cela, des personnes meurent chaque jour de cette pandémie. Gates a réellement écouté et compris les préoccupations relatives à la pandémie, soulevées par de vrais scientifiques. Ces théories du complot sur l’origine du virus ne font rien pour contrôler la pandémie. En fait, elles nuisent aux efforts des scientifiques, des personnels de santé et des autorités, qui prennent des mesures contre le virus. Comme l’a dit Bruce Willis dans le film Die Hard : “si vous ne faites pas partie de la solution, vous faites partie du problème ».

 

<<< À lire également : Les Fantasmes Du “Patient Zéro” Au Coeur De La Crise Sanitaire >>>