Le coronavirus, officiellement nommé « Covid-19 » par l’OMS, continue de préoccuper la population et les autorités du monde entier. Des experts estiment que la croissance mondiale devrait en pâtir, avec 0,2 à 0,3 % de moins par rapport aux prévisions.

Plus de 45 000 personnes ont désormais été contaminées par le coronavirus, et le nombre de morts s’élève à 1 115. C’est plus que pendant l’épidémie due au virus SARS-CoV en 2002.


La propagation du virus aura très certainement des répercussions sur la croissance du PIB chinois, aussi bien au premier trimestre 2020 que tout au long de l’année. Les estimations pour le premier trimestre se situent entre 0 et 5,5 %, soit bien moins que le taux de croissance annuel du pays prévu à 5,9 %. En 2002, l’épidémie avait fait perdre 2 % de sa croissance annuelle à la Chine et 0,3 % à la planète.

Alors qu’aujourd’hui l’économie chinoise représente 17 % du PIB mondial, nombreux sont ceux qui s’interrogent sur les conséquences d’un potentiel ralentissement dû au coronavirus. En effet, les autorités et entreprises de plusieurs pays ont momentanément interrompu leurs activités avec la Chine.

Outre-Atlantique, les économistes de la Maison-Blanche tablent sur de faibles conséquences pour l’économie américaine. Ils prévoient une baisse de 0,2 % de la croissance au premier trimestre en moyenne. Lors de son bilan semestriel devant le Congrès, Jerome Powell (président de la Réserve fédérale des États-Unis) a déclaré que la banque centrale « surveille étroitement » la situation et fait en sorte que le coronavirus n’affecte pas l’économie américaine. Il a tout de même concédé qu’il était « un peu tôt pour le savoir ».

Certains experts estiment pourtant que les conséquences du coronavirus pourraient être bien plus graves. Selon une étude de la Banque mondiale, une grave épidémie pourrait entraîner des pertes à hauteur de 5 % du PIB mondial, soit plus de 3 000 milliards de dollars. Larry Kudlow, conseiller économique à la Maison-Blanche, affirme pour sa part que cette crise sanitaire devrait avoir un impact « minimal » sur l’économie américaine. Les données nous montrent que par le passé, tout ralentissement causé par une crise temporaire était suivi d’une hausse des actions, avant que le marché ne se stabilise à nouveau.

Bien que les effets du coronavirus sur l’économie américaine soient encore invisibles, Wilbur Ross, secrétaire au Commerce des États-Unis, a récemment déclaré que l’épidémie pourrait avoir des conséquences positives pour l’emploi. Selon lui, la situation pourrait encourager des entreprises à venir s’installer en Amérique du Nord. Pour Ray Dalio, investisseur milliardaire dont la fortune est estimée par Forbes à 18,7 milliards de dollars, l’impact du coronavirus sur les marchés a été exagéré et sera de courte durée.

 

<<< À lire également : Coronavirus : Quand Une IA Fait Des Prévisions Alarmantes >>>