Alors que le monde entier s’interroge et s’inquiète sur l’évolution du coronavirus, QAPA, la plateforme de recrutement par l’intérim, a voulu savoir comment les entreprises françaises s’organisent contre cette épidémie. Et ce n’est pas forcément leur priorité. 

Même si la France est pour le moment (encore ?) peu touchée par l’épidémie de coronavirus, le Covid-19 affole gouvernements et organisations internationales. Mais qu’en est-il des entreprises françaises ? C’est ce que s’est demandé l’agence d’interim en ligne QAPA. Le bilan ? 77 % des sociétés françaises n’ont encore pris aucune mesure contre le coronavirus, alors que 78 % des femmes et 59 % des hommes ressentent une sorte de tension sur leur lieu de travail et que 63% des Français ont peur d’attraper le coronavirus au travail.

« Chez QAPA, nous ne prenons pas à la légère ce qui se passe actuellement dans le monde, assure Stéphanie Delestre, fondatrice et Présidente de QAPA. La propagation du coronavirus doit être prise au sérieux, sans évidemment tomber dans la panique ou la psychose. Il est surprenant de constater qu’un grand nombre d’entreprises françaises ne sont pas encore proactives dans leurs démarches internes afin de communiquer auprès  de leurs employés et collaborateurs sur les bonnes pratiques. »

Peu d’action

Malgré les signes alarmants de la propagation de l’épidémie de coronavirus dans le monde, les sociétés françaises ne semblent pas encore s’être beaucoup sensibilisées au problème. En effet, seulement 10% ont mis en place des actions concrètes de façon formelle par communication interne, affichage ou email et 13 % de manière informelle. Ainsi, plus de 77 % des entreprises n’ont encore rien fait pour éviter toute contamination sur le lieu de travail.

Interdiction de se toucher, de voyager ou de tousser…

Pour les sociétés qui se sont lancées dans la lutte contre le virus, des consignes ou règles sont d’ores et déjà mises en place. Ainsi, les contacts physiques sont à éviter pour 81 % et arrivent en première place. Beaucoup d’entreprises (64%) ont également annulé leurs séminaires ou voyages professionnels ou demandent des arrêts maladie dès qu’une personne commence à tousser et à avoir de la fièvre (61 %).

Ambiance tendue

Globalement, le climat semble de plus en plus pesant dans les entreprises françaises. Ainsi, plus de 78 % des femmes et 59 % des hommes interrogés déclarent ressentir une sorte de crainte ou de tension sur leur lieu de travail.

Hormis cette morosité ambiante, 74 % des Français ont également peur que l’épidémie de coronavirus ait un impact néfaste sur l’activité même de leur entreprise. Cette crainte est plus forte chez les femmes (79 %) que chez les hommes (68 %).

Enfin, plus de 63 % des personnes interrogés avouent avoir relativement peur de contracter le coronavirus sur leur lieu de travail. Une très forte crainte qui semble beaucoup plus présente chez les femmes (71 %) que chez les hommes (56 %). A voir si la propagation à venir du virus va changer la donne.

Méthodologie :

Sondage réalisé entre le 26 et 28 février 2020 auprès de 4,5 millions de candidats et 135 000 recruteurs sur QAPA. Parmi ces personnes interrogées, 52 % d’entre eux sont des non-cadres et 48 % sont des cadres. Toutes les informations mises en avant par les candidats sont déclaratives.