L’Allemagne, la France et l’Italie suspendent temporairement l’administration du vaccin AstraZeneca, se joignant ainsi aux autres pays qui ont pris cette décision en réponse aux inquiétudes soulevées par les cas de thrombose observés chez certains patients vaccinés.

 

La décision de l’Allemagne, de la France et de l’Italie est une mesure de précaution en attendant les résultats de l’enquête menée par les autorités compétentes sur les cas de thrombose observés chez un petit nombre de patients ayant reçu le vaccin AstraZeneca. « Pour préserver la confiance du public en ce vaccin, nous devons laisser le temps aux experts allemands et européens d’examiner les derniers incidents », a déclaré le ministre de la Santé allemand, Jens Spahn, lors d’une conférence de presse.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) et l’Agence européenne des médicaments (EMA) ont demandé aux pays de continuer d’administrer le vaccin AstraZeneca. Les deux organisations ont tout de même annoncé des réunions (mardi 16 mars pour l’OMS et jeudi 18 mars pour l’EMA) afin de décider si des mesures à l’encontre du vaccin sont nécessaires. Pour l’instant, aucun lien avéré n’a été détecté entre la formation de caillots sanguins et le vaccin AstraZeneca.

Cet argument est repris également par le groupe pharmaceutique anglo-suédois. Dans une déclaration publiée dimanche 14 mars, le groupe affirme qu’il n’existe aucune preuve que le vaccin a provoqué la formation de caillots sanguins. Selon AstraZeneca, le nombre de cas de thrombose enregistré est « beaucoup plus faible que ce que l’on pourrait observer naturellement dans une population générale. » Sur les 17 millions de patients ayant reçu le vaccin AstraZeneca au sein de l’Union européenne et au Royaume-Uni, 37 cas de thrombose ont été enregistrés.

Jeudi dernier, le Danemark a été le premier pays à annoncer la suspension du vaccin AstraZeneca pendant deux semaines, alors que des cas de thrombose ont été observés chez certains patients vaccinés, dont un homme décédé dix jours après avoir reçu le vaccin. L’Irlande, la Norvège, les Pays-Bas et d’autres pays ont également interrompu l’utilisation du vaccin AstraZenea ces derniers jours.s

L’EMA devrait annoncer ses recommandations pour le vaccin AstraZeneca mardi dans l’après-midi.

 

Article traduit de Forbes US – Auteure : Gina Heeb

<<< À lire également : Covid-19 : la réticence à la vaccination est plus forte en Europe qu’aux États-Unis