Selon les médias, la fortune du cofondateur du supermarché Aldi, Theo Albrecht, devrait être contestée devant un tribunal allemand après que son petit-fils Nicolay Albrecht ait accusé sa mère, Babette, et ses trois sœurs d’avoir détourné des fonds de la fortune familiale.

Le journal allemand Süddeutsche Zeitung, The Guardian et The London Times ont rapporté que Nicolay Albrecht, l’un des petits-fils du cofondateur d’Aldi, Theo Albrecht, accuse sa mère et ses sœurs d’avoir détourné des fonds et retiré des millions d’un trust familial.

La plainte pénale aurait été déposée en août par Nicolay, qui allègue un abus de confiance de l’un des trusts familiaux qui détient les actions héritées du groupe Aldi de son grand-père, Theo. La mère de Nicolay, Babette, est la veuve de Berthold Albrecht. Le père de Berthold, Theo Albrecht, est mort en 2010, laissant une fortune estimée à 16,7 milliards de dollars à ses fils Theo Jr. et Berthold, décédé en 2012.


Sur les cinq enfants de Babette, un fils et trois filles sont nés quadruplés et ont maintenant 30 ans, tandis qu’une fille plus jeune a 28 ans, selon les médias. Le fils, Nicolay, affirme que sa mère et ses sœurs ont utilisé leur supériorité numérique dans la salle du conseil d’administration pour encaisser des millions de dollars de la fortune familiale.

Le conflit, qui a traversé de nombreux chapitres, oppose les anciens, conscients des coûts, qui ont construit Aldi, à la jeune génération qui a hérité de la richesse.
En mai 2016, une interview dans le magazine allemand Stern a choqué le pays lorsque Theo Albrecht Jr. a accusé Babette, la femme de son frère et ses enfants, de se servir « des biens familiaux ». Cet extrait a été tiré du Times, car l’interview originale n’est pas disponible en ligne.

“Je suis très triste que Babette et ses enfants contestent le testament et le statut de fondation de son mari », a-t-il déclaré. Stern a également affirmé que 88 millions de dollars (75 millions d’euros) ont été retirés de la fondation en 2013, 2014 et 2015.

De plus, en 2019, la famille a nié tout acte répréhensible dans une déclaration à The Guardian. La controverse sur les trusts familiaux et les diverses tentatives de renoncer aux cordons de la bourse qui les entourent s’est intensifiée en 2018, car la matriarche de la famille, Cäcilie Albrecht, épouse de Theo Sr. a accusé dans son testament les héritiers de mener un style de vie somptueux plutôt que de suivre les habitudes frugales d’Aldi et d’Albrecht. Cäcilie aurait interdit à la progéniture de Berthold et à sa belle-fille Babette d’occuper de futurs postes au sein du conseil. Dans son testament, rapporté par The Guardian en avril 2019, elle aurait écrit : « Par ce document, je m’engage à assurer la préservation de la philosophie de notre famille, qui est de servir le consortium Aldi et de l’encourager, tout en mettant de côté ses intérêts personnels et en pratiquant un mode de vie modeste et abstrait ». À la lecture du testament, Babette et la famille ont nié toute faute. C’est pourquoi en 2019, Andreas Urban, l’avocat de Babette et ses enfants, a déclaré à The Guardian : « La piété et la décence imposent que ce testament ne soit pas évalué publiquement. De plus, les héritiers de Berthold Albrecht ont toujours été soucieux du bien-être d’Aldi ! ».

Fortune de la famille Aldi :
Aldi est aujourd’hui connu pour être un supermarché populaire à bas prix, avec plus de 10 000 magasins dans 20 pays. La famille derrière Aldi et Trader Joe’s, les Albrechts, est bien connue comme l’une des familles les plus riches d’Europe.

Les magasins Aldi se sont vantés d’avoir réalisé un chiffre d’affaires de plus de 30 milliards de dollars en 2018 en Allemagne, tandis que le Royaume-Uni est devenu un autre marché important pour Aldi, avec un chiffre d’affaires de 12 milliards de dollars.

La fortune familiale a été construite par Theo et son frère aîné Karl après leur libération d’un camp de prisonniers de guerre. Ils avaient combattu sous les ordres du général Erwin Rommel en Afrique du Nord avant d’être capturés par les troupes italiennes en 1945, selon la nécrologie de Theo parue dans The Guardian en 2010.

Alors que leur père travaillait dans une mine de charbon, leur mère avait tenu une petite épicerie où les frères travaillaient après l’école dans les années d’avant guerre.

Après la guerre, les frères sont retournés chez eux à Essen, en Allemagne de l’Ouest, et ont retrouvé leur petite boutique intacte. C’est ainsi qu’a commencé l’ascension et l’essor de la dynastie Albrecht, où les aliments des magasins Aldi étaient vendus directement à la caisse, empilés en hauteur sans commercialisation et à bas prix, par rapport aux magasins concurrents qui vendaient des produits frais. Le terme Aldi est l’abréviation du nom de famille « Albrecht » et de « Discount » et l’éthique est retrouvée dans ses magasins jusqu’aujourd’hui.

Enfin, en juin 2019, Aldi a ouvert deux magasins en Chine, et The Financial Times a rapporté depuis Shanghai que des centaines de personnes faisaient la queue pour y entrer. Zhou Youhua, un médecin à la retraite, a déclaré au Financial Times que, comme de nombreux clients d’Aldi dans le monde, il allait chez Aldi pour les produits allemands et la bière bon marché.

Article traduit de Forbes US – Auteur : David Dawkins

<<< À lire également : Avec Coyote Business, Coyote Propose Une Offre Dédiée Aux Entreprises Et Au Marché De La Télématique >>>