Le président américain Joe Biden a déclaré qu’il était impossible d’envisager un retrait des troupes américaines d’Afghanistan sans qu’un « chaos s’ensuive », alors qu’il avait prédit le mois dernier que le gouvernement afghan saurait repousser les talibans et que les États-Unis quitteraient le pays de manière ordonnée.

 

Dans une interview publiée mercredi 18 août, Joe Biden a déclaré au journaliste George Stephanopoulos qu’il ne voyait pas comment les États-Unis auraient pu éviter un retrait chaotique. Toutefois, les prédictions du président américain étaient moins pessimistes le mois dernier. Début juillet, Joe Biden avait en effet déclaré aux journalistes que la prise de pouvoir par les talibans n’était « pas inévitable » et que le gouvernement afghan avait un avantage considérable. Le week-end dernier, le président américain a déclaré que les États-Unis avaient pour objectif une évacuation « ordonnée et sûre » des Américains et des Afghans.
Après que George Stephanopoulos l’a interrogé sur d’éventuels échecs de planification ou d’exécution au cours de la semaine écoulée, Joe Biden a insisté sur le fait que le plan de retrait n’avait pas échoué, rejetant plutôt la responsabilité sur l’effondrement rapide de l’armée afghane soutenue par les États-Unis et sur la fuite du président afghan, Ashraf Ghani.
Joe Biden a également déclaré que face aux images déchirantes de vols d’évacuation bondés et d’Afghans désespérés s’accrochant à des avions militaires, « nous devons prendre le contrôle » de l’aéroport. Selon le président américain, cet objectif a été largement atteint (l’aéroport est sous le contrôle de l’armée américaine, mais les talibans empêcheraient certaines personnes d’y entrer).

Dans un discours prononcé lundi 16 août, Joe Biden a reconnu que le retrait des États-Unis était « difficile et désordonné » et « loin d’être parfait ». Il a par ailleurs affirmé que les talibans avaient repris le pouvoir plus rapidement que prévu. En outre, le président américain a indiqué que les États-Unis n’avaient pas commencé les évacuations massives plus tôt, car le gouvernement afghan craignait qu’un exode ébranle la confiance de la population.
En avril dernier, Joe Biden a promis de retirer toutes les troupes américaines restantes d’Afghanistan d’ici le 11 septembre, un choix motivé à la fois par un accord de retrait conclu sous l’ère Trump et par le propre scepticisme de Joe Biden concernant la guerre. À l’époque, le président américain avait prédit que le gouvernement afghan « continuerait à se battre vaillamment. » Cependant, les talibans ont rapidement gagné du terrain en Afghanistan ces dernières semaines, prenant certaines villes sans presque aucune résistance. La capitale Kaboul est tombée dimanche 15 août. Cet effondrement a mis en péril les efforts des États-Unis pour évacuer les milliers d’Américains et d’Afghans en danger qui ont participé à l’effort de guerre. Le Pentagone a commencé à renvoyer des milliers de soldats à Kaboul la semaine dernière pour garder l’aéroport de la ville ouvert, mais le tarmac a été envahi par des Afghans espérant quitter le pays. Les talibans refuseraient désormais de garantir à certaines personnes un passage sûr vers l’aéroport. Joe Biden a fait l’objet de vives critiques pour ce chaos, mais il a toujours défendu son choix de retirer les troupes américaines d’Afghanistan.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Joe Walsh

<<< À lire également : Plusieurs décès signalés à l’aéroport de Kaboul alors que des Afghans tentent de s’accrocher à un avion américain en partance >>>