Dans ces temps difficiles et imprévisibles, il peut être salvateur de prendre l’initiative pour élargir son champ des possibles ou développer son projet personnel. Nous avons interrogé deux anciens participants du programme Executive MBA d’emlyon business school : Pierre-Laurent DELCASSO, fondateur et Président de Tott up (GPS pédagogique dédié aux conducteurs de bus) et Aline BSAIBES, CEO de ITK (pionnier des services connectés pour l’agriculture). Après leur MBA, ils ont vu leur vie professionnelle s’ouvrir vers de nouveaux horizons et mieux correspondre à leurs valeurs. Enfin, Alexander Bell (PhD MBA) nous en dit plus sur la conception de ce nouveau programme exploratoire.

 

Quelle a été votre motivation première pour suivre le cursus MBA ?

Aline : – Je suis une scientifique, j’ai intégré l’entreprise ITK (Intelligence Technology Knowledge) par ce profil, puis j’ai pivoté et je me suis intéressée à la clientèle et au Business. Le fondateur de cette PME (120 personnes) voulant se recentrer sur un rôle de Président, le poste de CEO se présentait. Il me manquait des connaissances dans le domaine financier, RH, marketing, développement international et sur les outils du leadership. Le MBA était donc un atout de plus pour prétendre à ce poste très convoité et me donner une plus forte légitimité.

Pierre Laurent : – Au démarrage de mon du MBA, je n’avais pas l’idée de créer une entreprise, je voulais prendre des responsabilités plus importantes dans la Direction financière d’un Groupe. Le MBA a été une occasion de prise de recul sur le sens que je souhaitais donner à ma carrière, mieux discerner mes besoins. La conjonction de cette réflexion et du MBA m’a amené à revoir mes ambitions et à leur donner plus de sens.

 

 

 

Comment avez-vous fait le pont entre les connaissances acquises en cours et votre vie professionnelle ?

Aline : Je savais pourquoi je venais donc j’ai toujours raccroché la théorie en l’appliquant à l’entreprise, j’ai monté mon plan d’affaires pour lever des fonds par exemple. Le temps partagé de cette formation permet cette prise de recul. 

Pierre Laurent : – En effet, le cursus dure 2 ans, avec 3 jours de cours par mois, donc nous pouvons faire facilement des parallèles entre la classe et la vie professionnelle. Pour moi, cela m’a conduit à la concrétisation de la création d’entreprise, avec la définition d’un business  plan, la recherche d’associés (dont un fait partie de ma promotion MBA), la levée de fonds. J’ai choisi comme tuteur le responsable du programme Bridge et de l’incubateur. C’est à ce moment clairement que j’ai compris mon ambition de créer mon entreprise.

 

Le programme Makers’ Bridge comprend plusieurs spécialisations et options, laquelle vous a le plus marquée ?

Aline :  – Pour moi, le module Développement personnel et leadership a été déterminant, il y a vraiment un avant et un après, j’ai vu plus clair, j’ai pu pointer du doigt des lacunes et les travailler par ailleurs. Avec Pierre Laurent, nous faisions également partie du même module  de coaching en petit groupe. Nous nous souvenons tous les deux du module qui nous faisait réfléchir au sens en nous invitant à nous projeter dans 20 ans pour faire le bilan de ce que nous avions fait de notre vie !

Pierre Laurent : Ce module m’a également marqué, car j’ai compris que l’effet « plafond de verre », n’était pas seulement valable pour Aline, en tant que femme, mais qu’il touchait tout le monde. Pour ma part, devenir entrepreneur, n’était ni imaginable ni atteignable, cela s’explique par mon entourage familial et le fait que j’ai travaillé dans des grands groupes où la culture entrepreneuriale n’était pas mise en avant. En tout cas, j’ai revu mes croyances personnelles et j’ai pu  me libérer de mes barrières psychologiques. 

Aline : – Durant ce module, j’ai brisé presque physiquement « le plafond de verre ». Pendant ce MBA, j’ai compris que l’impossible, c’était surtout dans notre tête. On se met nos propres barrières. Alors au-delà des compétences techniques indispensables, le MBA m’a fait franchir une belle étape pour devenir CEO. 

Pierre Laurent : – Trois ans après ma formation, je peux dire que j’ai vécu une libération en bâtissant un environnement professionnel qui me correspond, aligné sur mes valeurs. Et je suis fier d’avoir mené Tott up au rang de leader en France dans une niche de logiciels.

Aline : – Les participants d’un MBA sont souvent à un tournant de leur vie, et les échanges avec les autres, leurs questions, leurs expériences nous font avancer, les interactions sont très fortes.

Pierre Laurent : Dans le monde du MBA tout me semblait possible, c’est tout un écosystème dynamique qui ouvre des horizons !

 


Alexander Bell, (PhD MBA), pouvez-vous nous dire pourquoi emlyon a créé un nouveau MBA ?

Alexander Bell : – Nous avons conçu le Makers’ Bridge Entrepreneurs afin de répondre à une attente de plus en plus prégnante du public Executive MBA. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, ce public, que l’on pense majoritairement destiné à prendre des fonctions de direction générale ou à occuper des postes dans des comités de direction, s’oriente de plus en plus vers la création d’entreprise. La perte de sens dans leur emploi actuel, le désalignement avec la stratégie ou les valeurs de leur employeur ou tout simplement l’envie de piloter leur propre projet leur fait franchir le pas ou a minima se questionner sur cette trajectoire professionnelle alternative.

 

Quelle vision différente propose ce programme Makers’ Bridge ?

Au sein de notre parcours, les Executive MBA sont confrontés à une approche à l’opposé de ce qu’ils ont appris sur les bancs d’école en formation initiale ou pratiqué et mis en œuvre dans leurs organisations. La plupart ont exercé des métiers de gestion, ou comment faire mieux ou être plus performant sur ce que l’on fait déjà, ce que l’on appelle l’exploitation. Dans notre parcours, ils vont à l’inverse développer des compétences d’exploration dans l’objectif de répondre de manière innovante à des besoins mal ou non satisfaits par les solutions actuelles. L’application des outils et méthodes proposés, la réflexion sur les facteurs clés de succès de leur marché et la structuration de leur entreprise au travers d’une plateforme de ressources adaptée ainsi que le développement d’un « mindset de maker » (esprit entrepreneur) contribueront à la maximisation des chances de succès de leur nouvelle entreprise ».

 

L’Executive MBA Makers’ Brigde propose 4 parcours différents selon le projet de chacun :

  • Corporate Executive pour évoluer dans un contexte de multinationale/grande entreprise.
  • Intrapreneur  pour générer l’innovation dans votre entreprise.
  • Dirigeant de PME/ETI pour renforcer votre posture de dirigeant ou orienter votre parcours pour devenir membre d’un Comité exécutif.
  • Entrepreneur pour créer votre propre projet