Alors que le contrat s’inscrit au cœur de l’entreprise, Icertis permet aux sociétés de mieux les négocier et les gérer. L’entreprise est aujourd’hui leader mondial sur ce marché. Maarten de Bruijn, directeur général clients Europe, répond à nos questions.

 

Pouvez-vous présenter Icertis ?

Maarten de Bruijn : Icertis est une société qui commercialise des logiciels de gestion de contrat. Fondée en 2009, nous sommes aujourd’hui leaders dans ce domaine. Notre siège social est basé à Seattle (USA) et nous sommes présents dans le monde avec 12 bureaux, notamment à Pune en Inde, à Paris, Londres, Stuttgart, Sofia, Francfort, Zurich… Notre premier client était Microsoft et actuellement nous en comptons 200 comme L’Oréal, Porsche, Sanofi… Soit 10 millions de contrats stockés sur notre plateforme. Notre entreprise emploie plus de 1 500 salariés, dont les deux tiers sont des ingénieurs qui ont développé ce logiciel. Notre marché enregistre une hyper croissance et demande une grande spécialité. C’est pourquoi nous avons une stratégie de partenariat avec de grandes sociétés de conseil comme Deloitte, qui apportent une expertise sur la partie contrat. Nos experts juridiques proposent également du contenu pertinent pour le système. 

 

Quels avantages apporte votre solution aux entreprises ?

Maarten de Bruijn : Un contrat entre deux entreprises contient des milliers d’informations. Il faut définir le cadre de cet échange, en fonction des attentes de chacun, du format, des clauses, des points importants et des risques. Cela prend donc du temps et peut se révéler fastidieux. Notre logiciel établit le contrat grâce à des informations standardisées. En amont il y a la partie requête, c’est-à-dire l’élaboration et la validation du contrat. Puis en aval, la signature, le pilotage des engagements et ensuite le renouvellement ou bien l’archivage. Ce contrat peut traiter des services achats, ventes, RH. Concrètement, Icertis simplifie la vie des entreprises.

 

 

Quels sont les principaux défis de votre domaine ?

Maarten de Bruijn : Le principal enjeu est de « prévoir l’imprévisible », c’est-à-dire réagir rapidement en fonction de l’actualité et du marché. Par exemple, au début de la pandémie de Covid-19, l’un de nos clients en Chine, qui travaillait avec beaucoup de fournisseurs, n’a plus eu de réponses du jour au lendemain ! Or, il avait des commandes à honorer, il fallait donc qu’il connaisse très rapidement les conditions de tous ses contrats pour les faire appliquer. Il faut comprendre que les grandes entreprises ont des milliers de contrats, plus ou moins anciens, avec une multitude de détails très complexes. Au moindre changement, elles doivent pouvoir répondre rapidement, ce que notre logiciel permet, en allant chercher les solutions. 

 

Le numérique et la digitalisation prennent de plus en plus de place dans notre monde. Quel impact cela représente pour Icertis ?

Maarten de Bruijn : La pandémie a poussé de nombreuses entreprises à se tourner vers le type de solution que nous proposons. Il y a eu la question du télétravail : comment signer des contrats si tous les collaborateurs sont chez eux ? Certaines entreprises ont aussi souhaité savoir précisément ce que contenaient leurs contrats, et comment rendre ces informations actionnables.  Notre logiciel concerne l’ensemble de l’entreprise et selon sa typologie, les enjeux sont très différents. Par exemple, l’industrie pharmaceutique fonctionne grâce à des partenariats de recherche et de développement. Les contrats vont donc définir ces obligations. Dans le secteur de l’hôtellerie, il s’agira davantage de contrats autour de la franchise et de la vente de services. Le maître mot finalement c’est de savoir s’adapter aux besoins bien spécifiques de nos clients.

 

 

Icertis utilise l’Intelligence Artificielle. Que permet cette technologie de pointe, de plus en plus utilisée ?  

Maarten de Bruijn : Depuis deux ans, l’Intelligence artificielle n’est plus une tendance mais une technologie à maturité. Cela veut dire que la technique en elle-même a progressé et  que le marché sait parfaitement s’en servir. En 2020, les deux tiers de nos clients ont ainsi acheté des modules dédiés à l’intelligence artificielle. Grâce à l’IA, nous pouvons lire de nombreux contrats, dans toutes les langues, normaliser des informations qui étaient déstructurées auparavant, telles que les noms, dates, chiffres et clauses etc… L’IA permet d’optimiser la négociation contractuelle, en proposant des clauses à appliquer notamment sur les pénalités. Enfin, elle est un atout pour simplifier les logiciels et les rendre plus accessibles aux utilisateurs. 

L’autre élément qui est en cours de développement c’est le Blockchain. Cette technologie de stockage et de transmission de données, permet aux entreprises de gérer les risques, en attachant à des contrats, des informations qui ne peuvent pas être modifiées. Par exemple, un client peut négocier un contrat avec un fournisseur, dans lequel il notifie qu’il refuse catégoriquement le travail effectué par des enfants, et ce dans toute la chaîne d’approvisionnement de son entreprise. Grâce au blockchain, tous les acteurs de cette chaîne peuvent déclarer anonymement qu’il n’y a pas eu de travail des enfants. 

 

Les entreprises de taille moyenne sont-elles concernées par les solutions que vous proposez ? 

Maarten de Bruijn : Notre priorité était de s’adresser aux très grandes entreprises telles que Microsoft. Or les ETI ont les mêmes problématiques, à plus petite échelle, concernant les ventes et achats, les finances, le juridique et les ressources humaines. Il fallait donc une stratégie pour aborder ce segment du marché. Nous avons créé un pack de démarrage pour permettre à ces sociétés d’installer cette solution le plus rapidement possible. Et cela fonctionne, puisqu’en général ces clients achètent notre logiciel pour l’ensemble de leur entreprise.