L’Azerbaïdjan est devenu le principal fournisseur de gaz de la Turquie. Cette déclaration, prononcée il y a 10 ans, aurait pu provoquer le sourire sceptique des experts et des principaux acteurs du marché du gaz.

Mais c’est précisément ce message du président azerbaïdjanais Ilham Aliyev qui montre le rôle accru du pays sur le marché mondial de l’énergie.


« S’il y a un an, le gaz azerbaïdjanais occupait la 4e, 5e place sur le marché turc, on est maintenant à la première place, ce qui est très important pour nous et pour la Turquie car le gaz assure la sécurité énergétique de n’importe quel pays. Aujourd’hui, le gaz est fourni à la Turquie d’un pays frère, et pour augmenter son volume des mesures supplémentaires seront prises », a déclaré Ilham Aliyev dans une interview accordée aux chaînes de télévision azerbaïdjanaises.

Mais il n’y a que 20 ans, le pays, étant un importateur de gaz, ne pensait même pas au rôle du principal exportateur de gaz vers l’un des plus grands marchés de gaz en Europe.

Bakou est connu comme l’un des centres de l’industrie pétrolière mondiale depuis la fin du XIXe siècle. Mais, faisant d’abord partie de l’Empire russe, puis de l’URSS, l’Azerbaïdjan ne pouvait pas gérer les revenus du pétrole. 

La première étape vers l’établissement de l’Azerbaïdjan comme l’un des centres pétroliers mondiaux a été la signature d’un contrat sur le développement du complexe de gisements pétroliers Azeri-Chirag-Guneshli le 20 septembre 1994. Cet accord, appelé le « Contrat du siècle », est devenu la base de la stratégie pétrolière de l’Azerbaïdjan définie par Heydar Aliyev et a ouvert la voie aux investisseurs étrangers sur les ressources pétrolières et gazières de la région de la mer Caspienne.

Mais le plus important c’est que ce contrat est devenu la base du miracle économique de l’Azerbaïdjan. Le produit de la mise en œuvre du contrat a dépassé 150 milliards de dollars.

«Les travaux se déroulent conformément au plan des projets Umid-Babek, auxquels SOCAR participe seule. Ce sont également des projets très prometteurs, et nous prévoyons d’augmenter la capacité d’investissement de ces projets, la production, car, je le répète, on a constamment besoin de ressources énergétiques pour les besoins nationaux, et en même temps, notre potentiel d’exportation sera assuré. Il existe d’autres projets très prometteurs. En général, je peux dire que bien que le « Contrat du siècle » ait été signé en 1994 et que de nombreux contrats aient été signés depuis ce temps, 26 ans se sont écoulés, l’intérêt pour le potentiel pétrolier de l’Azerbaïdjan dans le monde ne diminue pas, au contraire, il se développe », souligne Aliyev.

Si au milieu et à la fin des années 1990, SOCAR était exclusivement une compagnie azerbaïdjanaise avec un faible niveau de production mondiale, alors en quelques décennies, elle est devenue un acteur vénérable sur le marché mondial du pétrole. L’histoire des contrats pétroliers montre qu’au départ, SOCAR disposait d’un nominal de 10 % dans les contrats de partage de production afin de réduire, entre autres, les coûts financiers.

Aujourd’hui, SOCAR est prête à participer à parité dans le développement des champs – un exemple est les champs d’Absheron et du Karabakh, qui sont développés conjointement avec les sociétés Total et Equinor. De plus, SOCAR a démarré de manière indépendante le développement des champs gaziers d’Umid et Babek.

Au fil des ans, SOCAR est devenue une grande société pétrolière et gazière avec des activités dans plusieurs pays (la Suisse, la Roumanie, l’Ukraine, la Géorgie, la Turquie, les Emirats Arabes Unis, la Russie et autres pays).

La Turquie occupe une place particulière dans les projets d’investissement de SOCAR, où la société a acheté un grand complexe pétrochimique Petkim, a construit une raffinerie STAR et développe une direction du transport et de la logistique. Selon le dernier rapport de l’auditeur de la société, le chiffre d’affaires de la SOCAR en 2019 était de 50 milliards de dollars, 93% de ce chiffre d’affaires provenant d’opérations sur les marchés étrangers.

Outre les activités pétrolières et gazières, SOCAR travaille activement dans le complexe chimique, devenant le plus grand exportateur du secteur non pétrolier. Ceci est principalement facilité par les activités de SOCAR Methanol et SOCAR Polymer.

Devenue une marque mondiale, SOCAR est également active dans des industries connexes, finançant des initiatives dans les domaines culturels et sportifs. L’attitude envers les employés est également importante, dans ce domaine, SOCAR est l’un des emplois les plus désirables. Le salaire moyen à SOCAR dépasse 700 $, ce qui est deux fois plus élevé que la moyenne nationale. En outre, la direction de l’entreprise alloue des fonds pour répondre aux besoins sociaux des employés de l’entreprise et leur fournit des appartements.

«Les travailleurs jouent un rôle énorme dans le développement réussi de notre pays. Aujourd’hui, l’essentiel de l’économie du pays est associé au secteur pétrolier et gazier, et ce sera le cas pendant de nombreuses années par la suite. On ne parle pas du fait que d’autres secteurs ne se développent pas, ils se développent, mais peu importe comment ils se développent, ils ne pourront pas rapporter les mêmes revenus que le pétrole et le gaz dans un avenir proche », a noté Aliyev.

Il est clair que sans la volonté de mettre en œuvre le « Contrat du siècle » et la stratégie pétrolière en général, il serait difficile d’obtenir des résultats aussi impressionnants.