La demande en aluminium est forte. Le bâtiment, la production automobile haut de gamme, l’aéronautique et l’électroménager en sont consommateurs. Depuis plus de 120 ans, le procédé Bayer est utilisé pour extraire l’alumine, base de l’aluminium, à partir de la bauxite. Au prix de déchets encombrants – les boues rouges – et avec des gisements de bauxite de qualité qui se raréfient.

Romain Girbal, « Business Angel » et entrepreneur, décide de repenser la chaîne de valeur de l’alumine. Il cofonde l’Alliance Minière Responsable, une société indépendante française qui mise sur un modèle d’exploitation durable de bauxite en République de Guinée. Depuis 4 ans, il est aussi actionnaire et Managing Director de iB2, une solution innovante qui permet aux raffineries d’optimiser les rendements de bauxite de faible teneur tout en baissant fortement la production de boues rouges.


 

Romain Girbal participe activement au développement d’IB2,  une solution qui présente un intérêt environnemental 

 

Aujourd’hui les gisements de qualité se raréfient et la moitié de la production mondiale d’alumine est fournie par des raffineries qui utilisent de la bauxite basse teneur. Cette dernière est le plus souvent extraite de gisements locaux et en Chine principalement.

Si ces bauxites faiblement concentrées en alumine ne sont pas chères à l’achat, leur  rendement est malheureusement médiocre. Conséquence, les raffineurs voient augmenter leurs coûts de production et la pollution de boues rouges qui y est associée. Ils achètent davantage de bauxite et de produits nécessaires au procédé d’extraction Bayer, comme la soude caustique. Ils font également tourner leurs fours de calcination à haute température plus longtemps. Sur le plan environnemental, les émissions de CO2 sont élevées et les volumes de déchets – les boues rouges – peuvent atteindre 60%.

Romain Girbal connaît bien le marché de la bauxite et de l’alumine. Lorsqu’il rencontre Yves Occello – 40 ans d’expérience dans la production d’alumine et fondateur d’iB2-  il comprend qu’il a trouvé la solution d’enrichissement de la bauxite qui va révolutionner le secteur de l’alumine et de l’aluminium dans les prochaines années”. Il annonce : “C’est une technologie qui permet aux raffineries d’alumine de diminuer de 60% la production de boues rouges. Ça a un réel impact positif sur l’environnement.

En transformant radicalement l’utilisation et la rentabilité de la bauxite basse teneur, cette solution devient aussi une alternative vertueuse à l’importation de bauxite de qualité. En effet, le minerai transporté par bateau traverse les océans. Les camions qui le chargent à quai pour le livrer dans les raffineries parcourent des centaines voire des milliers de kilomètres produisant ainsi des tonnes de CO2. En bout de chaîne, le volume de boues rouges reste important et le bilan environnemental de l’importation s’avère lourd.

 

iB2 est une technologie qui attire les regards et les talents. Le Board réunit le fondateur Yves Occello, Laurent Musy, Chloé Matte ainsi qu’Anne Lauvergeon (par ailleurs membre du conseil d’administration de Rio Tinto, l’un des principaux groupes miniers internationaux), Thibault Launay et Romain Girbal. Les trois derniers membres cités participent, avec d’autres experts, au Conseil d’administration de l’Alliance Minière Responsable.

Avec iB2 et l’exploitation de la bauxite locale, de belles opportunités se profilent pour les raffineurs : une production d’alumine de qualité, un modèle économique attractif et une empreinte écologique minimisée.  

 

iB2 est une technologie innovante, rentable et intégrable aux raffineries existantes 

 

Grâce à nous, les raffineries d’alumine utilisant de la bauxite de basse teneur peuvent baisser de 40% leur coût de production. Baisser de 40% leurs coûts de production leur permet de devenir rentables.”affirme Romain Girbal. Les 10 spécialistes qui travaillent depuis 4 ans sur cette nouvelle technologie ont imaginé un procédé qui permet d‘extraire de l’alumine avec moins de bauxite, moins de soude caustique et 60% de boues rouges en moins.

Le procédé s’articule en 4 points.

1 : la bauxite basse teneur en alumine constitue le matériau de base.
2 : la bauxite est améliorée selon le procédé iB2.
3 : le procédé Bayer est optimisé pour ce minerai.
4 : l’alumine est produite.

L’un des atouts de cette chaîne d’innovation, et non des moindres, est qu’elle peut se juxtaposer aux installations de production existantes sans pour autant les modifier.

Le modèle financier proposé par Romain Girbal avec la solution iB2 permet un retour sur investissement en 1 an pour les raffineries. Résultat, nombre de raffineries, qui sont subventionnées (par l’Etat Chinois par exemple) ou dont la marge bénéficiaire est très faible ou nulle, vont devenir rentables, tout en proposant sur le marché une alumine à un prix concurrentiel.

La bauxite locale de faible qualité peut être exploitée sur place, minimisant les émissions de CO2 liées au transport. Le ratio bauxite/alumine est meilleur et sans gaspillage de minerai. En générant moins de déchets industriels et moins de boues rouges, l’activité augmente son niveau d’acceptabilité au regard des contraintes environnementales.

 

La bauxite boostée par iB2 fait coup double

 

L’équipe IB2 dirigée par Yves Occello a découvert en mettant au point le procédé que la technologie iB2 générait un « coproduit » : le CSH. Celui-ci apparaît au cours de la transformation de la bauxite.

La bauxite devient doublement rentable : “iB2 fait deux fois le job” explique Romain Girbal. Tandis que l’extraction d’alumine est optimisée, le CSH est généré par ce procédé unique, à coût zéro. Le principe d’économie circulaire est donc au cœur de ce procédé IB2.

Les silicates sont à la base de la fabrication du ciment. Dès lors, iB2 multiplie les contacts avec les industriels de la bauxite/alumine ainsi qu’avec les cimentiers pour explorer les potentiels des silicates de calcium hydratés issus de l’extraction d’alumine. Ce coproduit pourrait ainsi se substituer à certains ingrédients pour fabriquer ce matériau de construction, dans un modèle d’économie circulaire.  Si les résidus de bauxite – boues rouges – trouvent difficilement preneur, le CSH intéresse aujourd’hui de nombreux corps de métier.

 

Une bauxite guinéenne convoitée par les raffineries chinoises 

 

Les marchés de l’aluminium semblent devoir poursuivre leur croissance, notamment grâce à l‘essor de la classe moyenne chinoise. “La demande explose car en Chine , la classe moyenne est en train d’évoluer rapidement et les besoins en électroménager explosent. Le besoin en aluminium ne cesse de monter.” déclare Romain Girbal. Le marché chinois se présente comme le marché prioritaire d’IB2. Il représente aujourd’hui près de 70% de la clientèle potentielle de la société.

En tant qu’entrepreneur et « Business Angel » avisé, Romain Girbal mise sur les deux extrémités de la ressource.  D’un côté, l’exploitation d’un gisement de bauxite de haute qualité en République de Guinée. De l’autre iB2, un levier de croissance innovant pour les raffineries d’alumine utilisant de la bauxite à faible teneur. 

Romain Girbal particulièrement engagé voit un bel avenir pour IB2. Il conclut : “IB2, c’est vraiment une technologie révolutionnaire et unique. Cette technologie va révolutionner le secteur de l’alumine et de l’aluminium dans les 5 prochains années.”

<<< À lire également : Toute La Vérité Sur La Nouvelle Découverte De La NASA >>>