Le 5ème “Forum Mastercard de l’innovation”(MIF), s’est tenu le 26 novembre sur le plateau de BFM TV, thème choisi : “Time to accelerate”. Provocation médiatique ? “se sont demandé certains, qui, curieux, ont fait partie du bon millier d’inscrits à cet évènement dont Forbes France était partenaire.

Il fallait oser. En pleine crise sanitaire et économique, invoquer l’accélération… Fuite en avant ? Ou course à l’échalote pour coiffer ses concurrents au poteau ? « Accélérer ne signifie pas uniquement aller plus vite mais savoir faire des choix qui font sens et prendre des décisions au bon moment, sans attendre », a expliqué Solveig Honoré Hatton, DG de Mastercard France, interrogée par Fré- déric Simotel sur le plateau TV de BFM Business en ouverture de ce 5è forum. L’astrophysicien, et écrivain, Christophe Galfard a brillamment exposé la rela- tivité de toute accélération dans notre univers sans cesse en mouvement : « ll n’existe pas de vitesse absolue. En fait, toute vitesse est relative, en fonction des quatre forces fondamentales qui s’exercent et interagissent dans la nature dont la gravitation. Ces forces sont à l’origine de la transformation de la matière, de la formation des étoiles. Autre découverte, récente celle-là : depuis le Big bang, l’expansion de l’univers est en accélération, c’est-à-dire que les galaxies s’éloignent de plus en plus vite… ».

Mais revenons à notre « petit monde » en crise : «C’est le moment d’investir dans les infrastructures, les ressources, les logiciels», a résumé Eimear Creaven, présidente Europe de l’Ouest de Master- card. Selon elle, les nouveaux comporte- ments et dispositions adoptées durant le confinement sont des acquis qui vont perdurer.

Ancien astronaute de la Nasa, devenu conseiller d’Elon Musk dans le prodigieux programme Space X, Garret Reisman a expliqué que la différence essentielle entre ces deux organisations s’appelle agilité, réactivité, donc rapidité dans les prises de décisions.

Affichant un optimisme tout aussi raisonné, la futurologue Erica Orange (The Future Hunters) a, pour sa part, insisté sur la montée d’une anxiété liée à l’écologie. A propos de l’échelle de temps des projets qui se raccourcit, elle parle de « templosion » (implosion tem- porelle), où le temps est une nouvelle devise monétaire. Elle soulève aussi la question éthique du « blue leadership » orienté écologie.

Jeremy Lopes, analyste de la société ADN, a révélé une tension prévisible
sur les prix. ll a rebondi sur la question environnementale, a mentionné l’ère actuelle – irresponsable ? – de l’Antropo- cène, et la nécessité d’une revalorisation de l’humain face à des machines « surva- lorisées ».

Dans une table ronde, Solenne Marquet (Mastercard France), Maxime Garreta (CCI Paris-Ile de France) et Cédric Tessier (Finexkap), ont épinglé les difficultés à surmonter pour doper la transformation digitale des TPE et PME : compétences, temps, ressources…

Autre témoignage édifiant, celui de Martin Ajdari, DGA de l’Opéra de Paris, très enclin à l’innovation : plateforme ludique Aria proposant opéras et ballets – jusque dans les Ehpad, sur des casques de réalité virtuelle.

Enfin l’évènement s’est conclu par le témoignage de l’invité surprise : l’explo- rateur de l’extrême Jean-Louis Etienne. Il a confirmé les avancées du projet Polar Pod – non sans malice : « Il faut de l’audace, toujours de l’audace, y compris pour lever les objections des experts… »

Voir le replay <<< ICI>>>