Leur crédo ? Démocratiser l’investissement auprès des jeunes actifs. Rencontre avec les fondateurs Thomas Perret et Margaux Belhade qui comptent bien casser les codes des acteurs traditionnels.

 


Pourquoi avez-vous créé Mon Petit Placement ?

Thomas Perret : Nous sommes partis d’un constat simple : la majorité des épargnants sont systématiquement orientés vers des produits d’épargne classiques du type Livret A ou Fonds euros qui rapportent peu. Notre objectif est de donner un coup de fouet à leur épargne. Nous leur proposons donc un accompagnement personnalisé pour dynamiser et diversifier leur stratégie d’investissement via une interface simple et ludique.

 

En quoi l’offre de Mon Petit Placement se différencie-t-elle ?

Margaux Belhade : Nous offrons un accès à des produits d’investissement normalement réservés aux personnes les plus aisées, qui ont plusieurs dizaines de milliers d’euros à investir. Nous reproduisons et démocratisons l’offre mais aussi l’accompagnement que l’on peut trouver dans les banques privées. Désormais, la crème du placement est accessible dès 500€ !

 

Parlez-nous du modèle économique ?

 Thomas Perret : Nous cassons les codes en nous rémunérant uniquement à la performance et nous montrons ainsi aux clients que nous avons tout autant intérêt qu’eux à ce que nos placements rapportent ! Les frais de gestion de nos contrats sont également les moins chers du marché. Un vrai modèle gagnant-gagnant avec nos clients dont nous sommes fiers.

 

La crédibilité est un élément primordial dans votre domaine. Comment une jeune start-up se positionne auprès de ses clients ?

 Margaux Belhade : Au-delà de nos accréditations auprès des instances référentes qui sont un prérequis pour notre métier, les contrats et donc l’épargne de nos utilisateurs est logée chez deux grand groupes d’assurances européens – Generali et Apicil. De plus, les fonds que nous proposons sont parmi les plus renommés du marché. En trois mots : c’est du solide.

 

Qui sont vos clients ?

Thomas Perret : La plupart des personnes qui nous rejoignent sont des jeunes actifs de 25-30 ans, souvent peu initiés, qui cherchent à se faire accompagner dans les premiers pas de la gestion de leur épargne. Il y a également une cible plus âgée, les 30-40, qui souhaitent diversifier leur patrimoine et dynamiser leur épargne.

 

En quoi la démocratisation est centrale chez Mon Petit Placement ?

 Margaux Belhade : La majorité des français considèrent avoir une connaissance moyenne ou faible sur les questions financières. Pour eux comme pour nous, se lancer seul en Bourse est un défi. Grâce à Mon Petit Placement, chacun peut être guidé dans ses premiers pas en bénéficiant de l’accompagnement de notre équipe de conseillers avec qui il peut échanger à tout moment.

 

Comment arrivez-vous à allier service digital et accompagnement ?

 Thomas Perret : Il est essentiel pour nous de mettre le curseur entre service digital et accompagnement humain. Concrètement, le parcours administratif est digitalisé et simplifié au maximum, par contre, toutes les interactions sont faites avec nos équipes. Avant d’acter l’ouverture de son compte Mon Petit Placement, chaque client reçoit une vidéo de conseil personnalisée que nous faisons sur mesure, et à tout moment l’utilisateur peut communiquer via le chat avec nos experts.

 

 

Avez-vous un conseil de placement pour nos lecteurs ?

 Margaux Belhade : Oui, tout d’abord lancez-vous ! Il faut dédramatiser le fait d’investir. Une des bonnes pratiques pour dynamiser son épargne est de rentrer de manière fractionnée sur les marchés. Placer des petites sommes régulièrement, programmer des versements mensuels sont des pratiques que nous conseillons à nos clients et qui ont fait leurs preuves. L’essentiel réside aussi dans le fait de bien se faire accompagner, et Mon Petit Placement est là pour ça !

 

Curieux d’obtenir les conseils des équipes Mon Petit Placement gratuitement ? Inscrivez-vous avec le code FORBESMPP pour bénéficier d’une réduction des frais de 15% à vie. www.monpetitplacement.fr