Les énergies renouvelables reculent en 2017. On note selon un bilan du Syndicat des énergies renouvelables une consommation de 18,4% en France, un chiffre inférieur à celui des années précédentes. L’explication, la chute de la production hydroélectrique en raison d’une mauvaise année en termes de pluie.

Les énergies renouvelables reculent en 2017


Avec l’ouverture du secteur de l’électricité et du gaz à la concurrence, plusieurs fournisseurs d’énergies renouvelables comme ekWateur se sont retrouvés sur ce marché. On note pourtant pour le compte de l’année 2017 un recul de ses dernières. Explications sur cette baisse de la production en électricité.

Une chute non négligeable de la production hydroélectrique

Les énergies renouvelables s’agissant précisément de l’hydraulique ont fourni 18,4% de l’électricité qui a été consommée en France en 2017, un pourcentage inférieur à celui des années précédentes. En effet, en 2015 la production était de 18,7% de l’électricité consommée. En 2016 ce pourcentage était plus élevé, la production représentant 19,6%. On aurait pensé que ce pourcentage serait allé croissant pour le compte de l’année dernière, ce qui ne fut pas le cas.

Si comme on le démontre sur Nidouillet les énergies vertes présentent de nombreux avantages, ils restent en l’occurrence pour l’hydraulique qu’ils sont soumis au climat. L’hydroélectricité dépend fortement de l’eau provenant de la nature. Or selon le président du Syndicat des énergies renouvelables, 2017 fut une mauvaise année en termes de pluviométrie, ce qui a eu pour conséquence directe une baisse de la production, moins 18% pas rapport à l’année 2016. Pour l’éolien par contre l’année fut meilleure.

Hausse du parc des énergies renouvelables éoliennes

En ce qui concerne les énergies renouvelables il existe plusieurs autres familles à côté de l’hydraulique et du solaire. C’est le cas de l’énergie éolienne. Cette dernière provient du vent, des dispositifs permettant de transformer l’énergie cinétique de ce dernier en énergie mécanique, qui est par la suite transformée en énergie électrique servant à alimenter plusieurs foyers et même des entreprises.

Alors que l’hydroélectricité a connu une baisse de sa production, 2017 fut par contre meilleure pour l’éolien. Il semblerait d’ailleurs que ce soit la meilleure année jamais faite avec 1,797 MW, la hausse des raccordements d’installation de production d’électricité renouvelable ayant connu une augmentation qu’on doit principalement à l’éolien. Avec 65% des raccordements, son parc s’est vu grimper de 15,3% sur un an à 13.559 MW.

Une atteinte globale des objectifs de la programmation pluriannuelle de l’énergie

Malgré cette baisse de l’électricité fournie par les énergies renouvelables, pour le président du Syndicat des énergies renouvelables il n’y a pas de crainte à avoir quant à l’atteinte des objectifs de la programmation pluriannuelle de l’énergie pour le compte de 2018. Le niveau attendu par l’hydroélectricité et la biomasse a été atteint et dépassé, et l’éolien est à 90% de l’objectif fixé, ce qui laisse à penser qu’il pourra être atteint de justesse.

Le solaire par contre reste en comparaison de l’éolien éloigné des objectifs, car étant actuellement à 75%. Cependant, le photovoltaïque ayant contribué à 32% des nouveaux raccordements, il y a bon espoir que la courbe ira croissante cette année, ce d’autant plus que le solaire est l’énergie dont le boom conduira à l’essor des énergies renouvelables comme il en ressort de cet article.

Les énergies renouvelables ont effectivement reculées en 2017. Il n’y a cependant pas de réelles inquiétudes à avoir à ce sujet, et vous pouvez toujours vous abonner auprès d’un fournisseur d’énergie renouvelable en toute quiétude.