Google Explique Comment Prendre Une Photo De Qualité ‘Reflex’ Avec Un Smartphone

Si vous avez toujours pensé que les photos de nuit étaient forcément ratées avec un smartphone, préparez-vous à changer d’avis. Florian Kainz, un ingénieur en informatique travaillant pour Google, et photographe hors-pair, a récemment publié un ensemble de photographies épatantes prises en exposition longue, avec un Nexus 6P. Ces photos peuvent rivaliser avec les prises de vue réalisées au moyen de son reflex numérique haut de gamme.

En écrivant à ce sujet sur le Google Research Blog, Kainz explique comment, avec un peu de codage, il a pu pousser le Nexus 6P jusqu’aux limites de ses capacités afin de produire des photos nettes et vibrantes de nuit sans aucun signe du bruit qui habituellement marque les photos prises avec nos smartphones.


L’idée en elle-même n’a rien de nouveau : en fait, elle provient d’une théorie proche de l’excellent mode HDR de Google, lequel est la clé de la superbe qualité photographique que l’on peut obtenir des smartphones Google Pixel et Pixel XL, comme de multiples modèles Nexus sortis plus tôt.

Les deux techniques reposent sur le fait que l’on peut réduire le bruit de l’image en faisant plusieurs prises de la même scène puis en combinant les images et en équilibrant mathématiquement le moindre bruit sur l’image. L’idée est que chaque pixel qui change d’une image à une autre est peut être un pixel de bruit et devrait donc être éliminé, alors que ceux qui restent stables dans chacune des prises de vue sont les pixels qui forment l’image que l’on souhaite obtenir.

La grande différence entre la méthode de Kainz et le HDR mode est que ce dernier prend plusieurs photos en expostion longue (dix photos maximum) dans un laps de temps minime, et qu’il convient aux prises de vues faites appareil en main; Kainz, lui, a créé une application Android sur mesure qui prend jusqu’à 64 photos en exposition longue, de quatre secondes chacune, ce qui nécessite un trépied ou au moins un moyen de maintenir le téléphone de manière stable.

Après avoir capturé son lot de prises de vue, Kainz les reprend, mais cette fois avec la lentille masquée, ce qui donne une série d’images ne contenant rien d’autre que du bruit. D’après Kainz, la série d’images sombres comporte des sortes de quadrillages flous, causés par les variations perçues à la surface du capteur de l’appareil photo.

L’application de Kainz enregistre les prises de vue individuelles en tant que fichier raw DNG, fichier qu’il traite ensuite sur son PC. Les images “photo” sont équilibrées entre elles pour donner une image plus nette avec moins de bruit, puis les images sombres sont également équilibrées les unes avec les autres et soustraites du résultat afin d’éliminer les formes quadrillées.

La différence entre une prise de vue standard, appareil en main, et l’image calculée de Kainz est énorme.

Les expérimentations de Kainz sont entièrement consultables sur le Google Research Blog. Quant à ses photographies réalisées avec la technique qu’il a développée, un album est visible en cliquant ici.

Kainz a dû développer sa propre application pour parvenir à ces résultats, mais n’importe quelle application smartphone de prise de vue avec réglages permettant de contrôler la surexposition manuellement vous permettra de mener des expériences similaires.

Bien que des photos comme celles que Kainz a réalisées requièrent un peu plus de travail que de simplement viser et appuyer sur le bouton, elles montrent à quel point les photos de smartphone peuvent être réussies quand elles sont prises avec le bon procédé. C’est justement ce type de technologie qui détache Google du lot dans le domaine de la photo smartphone de qualité, et ce même si ses appareils ne présentent pas nécessairement les meilleures caractéristiques ou les meilleures optiques.

Google;photo