Facebook va bientôt permettre à ses utilisateurs d’envoyer des messages directs aux utilisateurs d’Instagram, et vice versa.

C’est ce que le réseau social a déclaré dans un article sur son blog, marquant la première étape du plan de l’entreprise visant à unifier les systèmes de messagerie sur toutes ses plateformes, qui comprennent également WhatsApp.


La messagerie instantanée intégrée d’Instagram sera également mise à jour pour inclure quelques ajouts, notamment des stickers, des arrière-plans personnalisés et des messages éphémères.

La fonctionnalité qui fait beaucoup parler sera ouverte à tous les utilisateurs par défaut, mais ceux qui souhaitent garder leurs chats Facebook et Instagram séparés pourront choisir de ne pas faire à la mise à jour, même si cela signifie qu’ils ne recevront pas toutes les autres nouvelles fonctionnalités.

À ce jour, on ne sait pas quand la messagerie multiplateforme sera disponible pour tous les utilisateurs, mais CNN indique que la fonctionnalité est actuellement « testée sur certains marchés et sera étendue à l’échelle mondiale dans les prochains mois ».

Pour l’instant, la fusion multiplateforme exclut le géant de la messagerie appartenant à Facebook, qui n’est autre que WhatsApp et qui compte plus de 2 milliards d’utilisateurs dans le monde.

Contrairement aux messages directs de Facebook Messenger et d’Instagram, WhatsApp est dotée d’un cryptage de bout en bout qui empêche les tiers, y compris les gouvernements et les forces de l’ordre, d’accéder aux messages en transit.

En 2019, Mark Zuckerberg, le PDG de Facebook, avait esquissé un plan qui verrait son entreprise s’éloigner des communications publiques pour se concentrer sur la messagerie privée cryptée.

En réponse à la question d’un internaute sur l’intégration de WhatsApp au projet, Alexandru Voica, responsable des communications technologiques de Facebook pour la région Europe Middle East & Africa, a déclaré : « Pour l’instant, nous nous concentrons sur les communications interapplications Messenger et Instagram. Nous sommes encore en train de déterminer comment les communications interapplications fonctionneront avec WhatsApp. WhatsApp restera pour l’instant une application distincte, cryptée de bout en bout ».

 

https://twitter.com/alexvoica/status/1311287329701724170

 

Lorsque Mark Zuckerberg avait annoncé son intention de fusionner ses services, le cofondateur de Facebook, Chris Hughes, avait écrit une tribune pour le New York Times, demandant le démantèlement de Facebook. Soutenant que le réseau social était devenu un monopole qui, à son tour, limitait la concurrence et freinait l’innovation, il a avait affirmé : « L’influence de Mark est stupéfiante, bien au-delà de celle de quiconque dans le secteur privé ou au sein du gouvernement. Il contrôle trois plateformes de communication principales (Facebook, Instagram et WhatsApp) que des milliards de personnes utilisent chaque jour ». Il avait ensuite appelé le gouvernement à agir rapidement pour séparer Facebook d’Instagram et de WhatsApp, ajoutant : « Jusqu’à peu, WhatsApp et Instagram étaient administrées comme des plateformes indépendantes au sein de la société mère, ce qui devrait faciliter le processus. Mais le temps presse : Facebook travaille rapidement à la fusion des trois, ce qui rendrait plus difficile leur séparation par la Federal Trade Commission ».

Mardi, Facebook a annoncé tester un « Centre de comptes » unifié qui permettrait de contrôler les connexions et autres activités sur Facebook, Instagram et Messenger à partir d’une seule plateforme. Une fois opérationnel, ce centre permettra aux utilisateurs de se connecter aux trois applications à partir d’une seule plateforme et de publier du contenu. Sur son blog, Facebook a expliqué : « Que vous souhaitiez partager une story sur Instagram et Facebook en même temps, ou utiliser votre compte Facebook pour vous connecter à Instagram, la mise en place de votre centre de comptes vous permettra de contrôler les expériences de connexion qui fonctionnent avec nos applications ».

Dans le monde entier, les autorités ont exprimé leur inquiétude quant au projet de Facebook visant à terme à fusionner toutes ses plateformes de messagerie. L’entreprise est actuellement soumise à un examen antitrust aux États-Unis et dans l’Union européenne. La sénatrice Elizabeth Warren a par ailleurs appelé à la dissolution de grandes entreprises de la tech, dont Facebook. Pour leur part, le candidat démocrate à la présidence Joe Biden et son colistier Kamala Harris ont tous deux déclaré que la question du démantèlement de Facebook devait être examinée sérieusement. Toutefois, la dissolution de l’entreprise peut s’avérer difficile si cette dernière parvient à fusionner tous ses services sous un seul et même toit.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Siladitya Ray

 

<<< À lire également : Facebook Va Restreindre Son Contenu Lors Des Élections Américaines >>>