Substack a une longueur d’avance et Twitter compte des millions de followers qu’il peut aider à convertir, mais le nouveau venu sur le marché en pleine croissance des newsletters, Facebook, a annoncé que sa nouvelle plateforme, Bulletin, ne prendra pas de part sur les revenus des rédacteurs et rendra leurs newsletters faciles à partager et à trouver sur le fil d’actualités de la société.

 

Principaux faits

  • À l’instar de Substack, qui a acquis des lecteurs en attirant des auteurs connus avec des paiements anticipés, Bulletin fait ses débuts avec des noms connus, dont l’auteur de best-sellers Malcom Gladwell, la star de Queer Eye Tan France et la commentatrice sportive Erin Andrews, avec des contrats qui les rémunèrent jusqu’à ce qu’ils construisent une base d’abonnés.
  • Outre le fait qu’ils ne prennent pas de commission sur les revenus (Substack en prend 10% et Revue 5%, sans compter les frais de traitement des paiements par carte de crédit), Facebook a déclaré que les rédacteurs de Bulletin peuvent utiliser les autres fonctionnalités de l’application pour atteindre davantage de lecteurs.
  • Sur Bulletin – qui n’est pas encore ouvert aux inscriptions – les rédacteurs pourront publier des newsletters sur des pages Facebook, figurer dans l’onglet « Actualités » du site et créer des groupes réservés aux abonnés et des salons de discussion audio.
  • Comme Revue et Substack, Bulletin permet aux rédacteurs de choisir le prix de leur abonnement, de posséder leur propre liste d’abonnés et de les amener sur des plateformes concurrentes.

 

Citation importante

Bulletin débute avec des auteurs célèbres, mais Campbell Brown, ancien animateur de CNN et actuel responsable des partenariats d’information chez Facebook, a déclaré que la plateforme peut aider à combler le manque d’information laissé par le déclin des journaux locaux. « Pendant le Covid, nous avons examiné les communautés qui […] n’avaient pas de journal local ou aucun organe de presse local à ce moment précis où les gens étaient si désespérément à la recherche de nouvelles sur leur communauté », a-t-elle déclaré. « Bulletin a le potentiel d’offrir à un seul écrivain local dans sa communauté l’opportunité de combler ce manque ».

 

Le contexte

Alors que Facebook continue d’ajouter des membres – 2,9 milliards de personnes se sont connectées au moins une fois en mars, selon les documents financiers de la société –, l’entreprise se méfie des start-up qui pourraient détourner les yeux des utilisateurs de sa plateforme principale et des autres applications qu’elle possède. Parfois, elle rachète des concurrents, comme elle l’a fait avec WhatsApp et Instagram dans les années 2010. Bulletin représente l’autre approche : développer des produits au sein de l’entreprise qui imitent les concurrents. Mark Zuckerberg a annoncé le lancement de Bulletin en utilisant l’un de ces produits, annoncé plus tôt en juin. Live Audio Rooms est la réponse de Facebook à une autre entreprise de médias sur Internet, Clubhouse.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Graison Dangor

 

<<< À lire également : Comment Facebook mène sa guerre publicitaire grâce aux petites entreprises >>>