Facebook s’intéresse de près à l’utilisation des outils numériques par les PME, non seulement parce qu’elles sont des clientes importantes, mais aussi parce que les petites entreprises fournissent la majorité des emplois, à l’échelle mondiale.

Mardi, Facebook a dévoilé l’enquête « 2017 Future of Business », en partenariat avec la Banque Mondiale et l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), afin de fournir un tableau de bord mensuel de données sur les perceptions, les défis et les perspectives des petites et moyennes entreprises en ligne. L’étude s’étend sur 33 pays et plus de 140 000 petites entreprises utilisant les pages Facebook. Son objectif est d’aider les entreprises à apprendre les unes des autres et à les encourager à utiliser la technologie pour leur permettre d’étendre leur portée, a déclaré Facebook.

Le sondage de cette année s’appuie sur un rapport initial dévoilé en septembre, basé sur 17 pays. L’enquête a révélé que près d’un cinquième des petites entreprises a créé des emplois au cours des six derniers mois.

« En tant que nouvelle plateforme, nous prenons notre rôle très au sérieux, et la technologie doit permettre à tout le monde d’y participer » a déclaré Sheryl Sandberg, la directrice des opérations (COO) de Facebook lors d’un entretien téléphonique. « Le nombre d’emplois qui sont créés en ligne, et grâce Facebook en particulier, sont étonnants. Nous voulons aider les petites entreprises à croître, et nous voulons les aider à continuer à créer des emplois. »

Son réseau de petites entreprises – plus de 60 millions de PME possèdent une page Facebook – a fait de Facebook un partenaire légitime pour cette enquête, a déclaré Molly Jackman, la directrice de recherche de la société. Certaines des principales conclusions de l’étude portaient sur la relation entre l’utilisation des outils numériques et le commerce international, la parité et la confiance autour d’une entreprise, et Internet comme force d’égalisation. Les conclusions aident à mettre en lumière la façon dont fonctionne aujourd’hui l’économie mobile et numérique, et pourraient ainsi contribuer à l’élaboration de nouvelles normes. Les résultats seront mis à jour mensuellement et partagés publiquement. La plupart des entreprises représentées se trouvent en dehors du domaine « technologique ».

« Souvent, quand les gens pensent aux petites entreprises et à Facebook, ils pensent à des entreprises ou à des personnes qui construisent des applications, explique Sheryl Sandberg. C’est sûr, nous en avons quelques-unes, mais la grande majorité est représentée par des entreprises non technologiques – des plombiers, des boulangers et des fleuristes qui utilisent la technologie pour toucher leur clientèle et vendre leurs produits et services. »

Quand il s’agit de commerce international, l’étude a relevé que les petites entreprises qui s’y livrent prospèrent. Et plus celles-ci utilisent les outils en ligne, plus elles sont susceptibles de se développer dans le commerce international. Ce lien de cause à effet est important, selon l’enquête, car les petites entreprises qui font du commerce international – environ 17% des personnes sondées – sont plus confiantes quant aux perspectives à court terme de leur entreprise par rapport aux  autres commerçants. Elles sont aussi plus susceptibles d’augmenter le nombre d’emplois au sein de leur société dans les six prochains mois. Aujourd’hui, plus de 35% des personnes susceptibles de « liker » votre page ne sont pas vos compatriotes, un chiffre qui a augmenté de 5% depuis 2015. Plus d’un milliard de personnes sont désormais connectées sur Facebook à une entreprise localisée dans un autre pays que le leur.

Cette dynamique dans le commerce international est une bonne chose pour l’économie, car cela sous-entend plus d’emplois, une croissance économique et une productivité accrues, particulièrement dans les marchés émergents. Les participants au sondage ont exhorté les décideurs politiques, les entreprises et d’autres groupes à investir dans leur infrastructure numérique ainsi qu’à « mettre en ligne » les 4,3 milliards de personnes non connectées dans le monde.

« Nous avons la responsabilité de connecter le monde et aussi de comprendre les implications d’un monde connecté », a déclaré Molly Jackman. « Nous avons vu que nous avions la capacité d’utiliser notre influence pour contacter des petites entreprises et ce, afin de contribuer à la révolution des données et d’aider les décideurs à se renseigner sur elles. »

En ce qui concerne la parité, l’étude a révélé que les entreprises dirigées par des femmes (définies dans l’étude comme des entreprises ayant au moins 65% de dirigeante de sexe féminin) étaient aussi confiantes que les entreprises dirigées par des hommes sur les perspectives à court terme de leur entreprise. Ces « entreprises dirigé par femmes » ont déclaré faire face aux mêmes défis que ceux menés par des hommes, même si elles ont tendance à être plus jeunes et de taille plus modeste. Les deux tiers des entreprises dirigées par des femmes sont détenues par un unique associé, comparativement à environ la moitié des entreprises dirigées par des hommes. Enfin, 28% des petites entreprises dirigées par des hommes ont plus de 10 ans, contre 18% des petites entreprises dirigées par des femmes, souligne l’étude.

Le fait qu’il y ait de façon disproportionnée moins d’entreprises dirigées par des femmes dans de nombreux pays souligne que les femmes sont confrontées à de plus grands obstacles que les hommes. Globalement, les femmes ont moins accès à l’éducation, à la formation et au financement nécessaires pour démarrer une entreprise. Les entreprises dirigées par les femmes interrogées étaient également plus susceptibles que les entreprises dirigées par des hommes d’exploiter les outils en ligne pour contribuer au succès de leur entreprise.

« Le monde numérique et l’accès à Facebook et à la technologie aident à équilibrer les règles du jeu, et nous allons continuer à chercher à comprendre les entreprises, et notamment les entreprises dirigées par des femmes, qui comptent désormais plus de femmes au sein de leur « équipe dirigeante », a déclaré M. Sandberg.

L’une des raisons pour lesquelles Facebook peut se montrer particulièrement utile aux entreprises, selon Sheryl Sandberg, s’explique par sa capacité à aider les entreprises à favoriser l’esprit communautaire parmi ses près de 2 milliards d’utilisateurs mensuels dans le monde.

 « Le changement dans le monde des affaires vient des entreprises qui créent de l’emploi, il vient des gens qui trouvent ce qu’ils aiment faire, de ceux qui croient en ce qu’ils font, d’une manière responsable, durable, en construisant des communautés » a déclaré Sheryl Sandberg.