La valeur en bourse du Bitcoin a chuté de 25% le week-end dernier suite à des rumeurs de conspiration sur le rachat du réseau. 

Des tensions de longue date entre deux parties se sont endurcies, chacune menaçant l’autre de poursuites judiciaires ou de changements de software pour évincer l’autre.


Les forums de Twitter, Reddit et Bitcoin ont fait le plein d’insultes et chacune des parties prenantes veillaient à ce que leurs parts de Bitcoin, dont la capitalisation boursière a chuté de 20 à 15,5 milliards de dollars,  restent intactes.

“Cela pourrait être la fin du Bitcoin”, a annoncé ce week-end Andrew DeSantins, l’un des développeurs du réseau après avoir tweeté vendredi un message alarmant pour la communauté. 

Ce qui a déclenché la panique générale était la possibilité que le réseau pouvait être régi par un oligopole plutôt qu’être maintenu dans un contexte de concurrence pure et parfaite. 

De jeudi à samedi, la valeur en bourse du Bitcoin a chuté de 25%, même si 15% ont été récupérés le même jour. Ce jour-là, Vinny Lingham, un entrepreneur connu pour ses “objectifs de prix”, a déclaré que “l’argent intelligent s’était évaporé il y a trois jours”.

Les supposés responsables affirment leur innocence.

“Je crois que cela frise la théorie du complot”, a dit Roger Ver, un défenseur loquace de Bitcoin Unlimited, une nouvelle version du Bitcoin, qui pourrait en devenir la version première à condition qu’elle gagne suffisamment de puissance informatique sur le réseau. (Ver est surnommé le “Bitcoin Jesus”, connu pour avoir “christianisé” Bitcoin.)

Son acolyte et soutien premier, Jihan Wu, co-fondateur de Bitmain (qui est le manufacturier de la puce électronique bitcoin), a déclaré depuis Beijing “qu’il n’avait sûrement pas ce genre de plan en tête.”

Que les théories du complot soient vraies ou fausses, il s’est avéré que pendant le week-end, les discussions sans issues ont laissé place à un coûteux combat de coqs. 

Que se disputent-ils ? 

Pour comprendre la crise, il faut remonter deux ans plus tôt, lors d’un débat sur la manière de mesurer le réseau, qui accommode en moyenne un nombre conséquent de transactions par seconde équivalent à une limite d’1 MB toutes les 10 minutes. L’origine du débat est que certains participants de ce système veulent augmenter cette limite, ce qui équivaut à leur capacité de stockage de données. Pour Bitcoin Unlimited, cela rendrait la capacité de stockage plus souple. De leur coté, les développeurs de l’équipe Bitcoin Core ayant conçu et maintenu le logiciel ces dernières années, veulent soutenir la limite de 1 MB, ce qui rend le système plus efficace et produit plus de transactions par série. 

Le débat prend racine sur des différences philosophiques. “Au plus haut niveau, il y a deux camps qui veulent voir Bitcoin devenir deux choses complètement différentes : une devise d’or numérique ou du liquide électronique”, a indiqué Adam White, dirigeant de GDAX, la plateforme d’opérations boursières de Coinbase, une des startup les plus connues dans le milieu. ” Aucun n’est bon ou mauvais. Ce sont juste deux perspectives différentes quant à l’avenir du réseau.” L’approche des développeurs va plus loin que la digitalisation monétaire – ne pas forcément comptabiliser chaque café acheté sur le réseau Bitcoin, mais les traiter sur d’autres réseaux plus rapides et performants, qui, plus tard dans le processus, viendront compléter le compte bitcoin. Maintenant soutenue par un certain nombre de “mineurs”, Bitcoin Unlimited est en phase de devenir l’équivalent de E-cash pour Bitcoin, ce qui pourrait d’ailleurs générer plus de frais de transaction. 

Cependant, ce qui pourrait être appelé un désaccord philosophique dans l’extrait, est devenu en pratique une réelle lutte de pouvoir.

Pour comprendre le conflit, il faut appréhender les aspects théorique de la stratégie du Bitcoin. Les “mineurs” de chez Bitcoin sont en fait des employés et des entreprises qui gèrent les transactions du réseau  en les ajoutant sur la “blockchain”, ou registre de chaque transaction Bitcoin depuis le lancement du réseau en janvier 2009. Les “mineurs” sont motivés par les gains que le logiciel de l’entreprise engendre car cela monétise de nouveaux bitcoins avec chaque nouveau “block” de transaction créé. (Ces rétributions de “blocks” valent 12.5 bitcoins, ou près de 13,750 au moment de l’écriture de l’article). En plus de la conversion de ces nouveau Bitcoins, les mineurs reçoivent aussi une petite part des frais de transaction payés par les utilisateurs. Wu prend part à l’exploitation des Bitcoins sur deux plans : en plus d’être en charge de la production des puces électroniques chez Britmain, il gère aussi Antpool, la plus grosse opération de monétisation du Bitcoin.

Les développeurs en dessinent la dynamique et les incitations fiscales. Leurs motivations peuvent être idéologiques ou simplement techniques. Beaucoup de développeurs veulent seulement que le système financier se décentralise et qu’il ne soit plus régi par une ou plusieurs entités. Sans les mineurs, le réseau ne pourrait pas subsister ou être sécurisé. Cependant, si une minorité domine, l’équilibre selon lequel aucune entité ne devrait être au contrôle, s’annule. Réciproquement, si les développeurs ne soutiennent pas assez les mineurs, il peut y avoir des ripostes.

Du fait que les développeurs et les mineurs ne soient pas dissociables mais n’aient pas les mêmes motivations, il n’y a pas de climat de confiance. “Bitcoin est l’une de ces entreprises où il n’est pas bon d’être vu comme un leader” a déclaré DeSantis. La magie de Bitcoin est qu’il a été rendu possible à plusieurs parties ayant des intérêts différents de s’engager dans un système où tout le monde est gagnant.

Il reste encore un groupe essentiel à la théorie stratégique de Bitcoin. Mais avant de s’y attarder, la décrispation entre les deux parties a duré quelques années, car le groupe en faveur des “blocks” plus larges (maintenant connu comme Bitcoin Unlimited) n’avait pas assez de puissance informatique sur le réseau pour en prendre le contrôle. De plus, certaines mises à jours techniques, dont une comprenant l’agrandissement des dits “blocks” ne pouvaient se faire qu’à l’unanimité, au risque de créer ce qu’on appelle un “hard fork”, c’est à dire la création de deux versions différentes du Bitcoin, ce qui est inenvisageable. Beaucoup considèrent que ce “hard fork” hostile est une potentielle alternative pour Bitcoin – qui pourrait détruire ou endommager une industrie qui avait jeudi dernier encore un capital de plus de 20 milliard de dollars.

De l’impasse à la panique

Vendredi, quelques échanges ont annoncé que si une “fork” devait être mise en place, Bitcoin Unlimited ne porterait pas le symbole de BTC sur leur téléscripteur. Beaucoup au sein de la communauté pensent que cela pourrait dissuader l’intention d’Unlimited de forcer un “hard fork”

Le bouton d’alarme a été enclenché lorsque, plus tard ce jour-là, DeSantis a posté une suite de 28 tweets annonçant le prochain lancement de nouvelles structures par Wu, ce qui favoriserait l’essor de la puissance informatique du réseau. Même si cela ne donne pas à Wu ou ses entreprises plus de 50% de puissance informatique, les développeurs s’inquiètent. En effet, partant du fait que Britmain fabrique le matériel nécessaire à la monétisation de la crypto-monnaie et que la plupart du personnel l’utilise, les acheteurs pourraient en venir à soutenir Unlimited pour éviter une future rupture de contrat et donc de stock. Cela pourrait finalement permettre à Unlimited de créer une nouvelle version de bitcoin, ce qui restructurerait le groupe de développeurs en charge et sèmerait la confusion sur le marché, ou simplement de faire de cette variante, la version principale.

L’argument décisif ? Bitmain détient BTC.com, et Ver est à la tête de Bitcoin.com. DeSantis affirme qu’à travers une stratégie d’outil de recherche, Wu, Ver et leurs associés pourraient faire croire aux nouveaux venus que Bitcoin Unlimited est la réelle version. 

Comme DeSantis le dit, “la plupart des Bitcoiners engagés ne parlent pas à la presse. Ils rentreraient dans des détails mathématiques, personne n’y comprendrait rien, ce serait un cauchemar. Il y aurait un groupe de personne parlant de mathématiques, puis d’autres” – Wu, Ver, Bitcoin Unlimited – “dire, ‘nous sommes Bitcoin.com’. Utilisez Bitcoin'”. (DeSantis affirme aussi que McAfee a été accusé de meurtre et que Ver également condamné).

En réponse à cela, l’équipe de Bitcoin Core, DeSantis et d’autres développeurs envisagent leur propre version d’une option radicale : changer le logiciel Bitcoin afin qu’il ne fonctionne plus sur le matériel utilisé. C’est comme si Microsoft avait décidé de changer Office pour que cela ne marche plus sur PC, ruinant une industrie entière. 

Mais Eric Lombrozo, l’un des développeurs de Bitcoin Core dit “qu’il n’aimerait pas que cela se produise et que cela serait dangereux que le réseau prenne cette voie-là. Ce serait une impasse… Mais tous les acteurs doivent considérer que cela pourrait arriver”.

La défense 

Ver et Wu tous les deux nient le fait qu’ils aient planifié de mettre en ligne de nouvelles structures de conversion crypto-monnétaire et forcerait l’instauration d’une “fork”. Leurs critiques à l’encontre de Core sont quelque peu similaires : les deux ne sont pas satisfaits que l’équipe n’ait pas tenu compte de leurs observations concernant la création de nouveaux “blocks”, les deux se plaignent des développeurs.

Ver dit que Bitcoin Core ignore les vrais problèmes qui, non seulement, ralentissent les transactions mais les rendent également moins sécurisées. Il affirme aussi qu’ils se sont mal comportés avec certains développeurs engagés dans le processus de développement du protocole quand ils défendaient l’élargissement des “blocks”.

Wu pense que l’actuelle proposition de Bitcoin Core de rendre le réseau plus efficace (pour des raisons techniques, notamment SegWit) est une technologie suffisamment bonne et adéquate. En revanche, il est remonté qu’il y a un maintenant un an, certains développeurs et mineurs avaient signé un arrangement à Hong-Kong pour intégrer SegWit et un légère augmentation de la taille des “blocks”. Depuis, les développeurs ont fait ce qu’ils voulaient – SegWit – mais pas l’agrandissement des blocks, comme les mineurs voulaient.

En ce qui concerne les théories selon lesquelles les acheteurs se sentent forcés de soutenir Bitcoin Unlimited, Wu déclare qu’il “faut se pencher sur les faits – je n’ai jamais fait ça à mes clients auparavant. Les clients nous paient pour acheter du matériel. Peut-être que je peux les convaincre sur ce qui est le plus adapté pour les mineurs, mais je ne les forcerai jamais à rien, car cela est anti-bitcoin.”

Il ajoute aussi que la puissance informatique dans les nouvelles structures sera en majorité reversée à d’autres mineurs (10% des structures chinoises seront contrôlées par Bitmain), ces mineurs choisiront donc d’utiliser Unlimited ou Core sur leurs machines, et non Bitmain. Néanmoins, malgré le communiqué de presse du 1er mars annonçant que MacPool sera en ligne au 2ème trimestre, il ne pouvait donner aucune date de lancement des structures mais qu’elles seraient retardées.

Quand on lui parle de la possibilité que l’équipe Core change de logiciel pour rendre son matériel de monétisation moins compatible (ce qui veut dire changer l’algorithme, aussi appelé “Proof-of-work” ou POW), Wu, qui a lancé son entreprise en 2013, répond qu’il se souvient de la première fois qu’il avait entendu cette menace sur un forum en 2016 : “J’étais étonné. Changer l’algorithme POW n’est pas le genre d’idée à laquelle on pense. Si quelqu’un est en désaccord avec vous, vous décidez de faire quoi ? Je me suis dit que ce débat était très politisé. Si cela ne portait que sur de l’ingénierie, cela ne prendrait pas de telles proportions. Sa conclusion : “Puisqu’ils nous menacent, je pense qu’il est justifié que je lance un logiciel Bitcoin Unlimited“.

Wu dit que si Unlimited a accès à assez de réseau électrique, le “fork” s’établira. Cela pourra créer deux monnaies – l’une avec moins de valeur, comme l’été dernier lorsque le réseau Ethereum s’est divisé en deux, créant Ethereum et Ethereum Classic, ce dernier ne valant qu’une fraction d’Ethereum. Quand il lui a été demandé si il était prêt à prendre le risque de perdre son entreprise, Wu dit “Je rejette votre affirmation”- refusant d’envisager la possibilité que Bitcoin Unlimited pourrait perdre de la valeur.

Hypothétiquement, les dernières modifications apportées à l’option radicale d’Unlimited de configurer une partie de sa puissance informatique pour nuire à d’autres filière sont envisageables du fait qu’un “fork” augmenterait de 80% la puissance informatique d’Unlimited, ce qui ne laisserait presque rien aux autres.  (Bitcoin Unlimited a vu croître sa part de marché de 20% à 37% le mois dernier alors que celle de Core a chuté de 80% à 62%). Wu n’exclut pas la possibilité d’attaquer Core : “Ce ne sera pas forcément nécessaire, mais cela reste une option.” Un autre moyen de nuire à Bitcoin Core serait que les gens soutenant Unlimited se débarrassent de leur monnaie Bitcoin Core, ce qui fatalement, ferait baisser le prix des bitcoins Core.

Simultanément, DeSantis ainsi que les développeurs de Core ont déclaré travailler sur un compromis afin d’éviter les options drastiques  attendues. Wu n’a pas voulu s’exprimer sur l”existence de discussions à ce sujet. Néanmoins, Core étudie de nouvelles versions de logiciels qui ne fonctionneraient donc pas sur l’équipement d’exploitation de transaction actuel.

La prochaine étape

De retour à l’analyse de la théorie stratégique Bitcoin : le dernier groupe ayant un intérêt pour les bitcoins sont les utilisateurs, pour qui le seul objectif est d’effectuer des transactions. (PS : les échanges ont un également un rôle, mais suivront automatiquement le marché, dans le cadre de cette discussion, ils seront donc rattachés au groupe  d’utilisateurs.) La manière dont le réseau organise les transactions peut paraître immatériel pour les utilisateurs, ce qui les rend neutres à la question cas vs. digital gold. Seulement, leur pouvoir sur le système est purement économique : si deux versions de Bitcoin sortent – une reflétant les préférences des mineurs et l’autre celles des développeurs – la plus prospère ne sera pas forcément celle soutenue par une majorité de mineurs. De même pour celle élaborée par une majorité de développeurs, même si cette dernière aurait le potentiel à être moins centralisée et plus performante. La version dominante serait celle rassemblant le plus d’investisseurs.

Wu suggère l’élaboration d’un nouveau contrat afin de déterminer quelle sera la réponse de marché avant d’entreprendre quoi que ce soit. L’une des options d’échanges crypto-monétaires venant de Britfinex prévoit que Bitcoin Unlimited récupère une faible fraction de la valeur de Bitcoin Core. Pourtant Wu affirme que ce contrat n’est pas assez bien structuré, et suggère plutôt  trois alternatives : Unlimited après le “fork” ; Bitcoin Core après le “fork” ; et Bitcoin Core inchangé. (Le contrat étudié prévoirait une fusion entre les deux dernières alternatives.)

Que cela se finisse en désastre ou en compromis, cela reste à voir. Après tout, la fin de Bitcoin a déjà été proclamée à plusieurs reprises. Néanmoins, l’instabilité des prix de Bitcoin a permis à Ethereum de doubler leur valeur en deux semaines et de la quadrupler depuis janvier, ce qui totalise 4 milliards de dollars de capital. Bitcoin a grimpé de 15,5 à 18 milliard de dollars entre samedi et cette semaine. Quelques acteurs pensent que si Bitcoin subit cette catastrophe structurelle, Ethereum gagnera en valeur, et les courbes du marché resteront inchangées. 

Lingham ne prête plus aucun intérêt à la théorie de DeSantis suggérant que Wu, Ver et McAfee aient planifié l’utilisation de nouvelles structures pour forcer une séparation chez Unlimited. “Je ne veux pas rentrer dans les détails de savoir si cela est vrai ou faux” dit-il. “Ce n’est pas pertinent. La question est… que cela ne devrait pas être faisable en terme de monnaie Bitcoin.”

Malgré des rancunes tenaces au sein des deux parties, plusieurs sources ont affirmé que le “fork” ne serait pas lancé. “Je pense que ces personnes ne sont pas assez stupides pour tenter de prendre le contrôle de Bitcoin publiquement car ils savent que cela engendrerait une baisse des prix, peu importe les résultats,” affirme Peter Todd, un chercheur travaillant sur le protocole de Bitcoin et qui s’est aligné avec DeSantis et Core. “Je crois qu’en fait, rien n’aboutira. Vraiment rien.”