Suite à une récente étude menée par Hootsuite, j’ai pu confirmer certaines de mes intuitions concernant l’utilisation des réseaux sociaux par les entreprises françaises. 

L’idée est de dresser un bilan le plus clair possible des usages (bons ou moins bons) des réseaux sociaux, cet univers décrié jusqu’à peu et qui est devenu un fantasme (un mirage ?) pour toutes les entreprises. Voici les données à garder en tête pour mieux connaître cet écosystème et ses potentiels bienfaits.

Un Top 3 qui ne varie pas (trop)

En premier lieu, cette étude met en avant le fait que le trio de tête des réseaux sociaux les plus utilisés par les entreprises (peu importe la taille) est toujours le même : Facebook – Twitter – LinkedIn. 

Entre 2015 et aujourd’hui, l’ordre a changé puisque Facebook a décroché la médaille d’or (médaille de bronze en 2015) devant Twitter et LinkedIn. Derrière ce podium, les réseaux sociaux les plus utilisés sont YouTube, Google+ (vraiment ? 😉 et feu-Viadeo. Au rayon des réseaux qui sont de plus en plus mis de côté, Skype perd inexorablement du terrain.

Des objectifs louables et l’émergence du Social Selling

Concernant les objectifs des marketeurs interrogés, 3 sortent du lot :

  • Renforcer le service client
  • Générer des leads (opportunités commerciales)
  • Réaliser une veille active

La grande tendance qui se détache est l’émergence (ce n’est que le début, croyez-moi) du Social Selling. Autrement dit, il s’agit du fait de s’appuyer sur les réseaux sociaux (Social…) pour augmenter ses ventes (… Selling). Ce stratagème très 2.0 est relatif au fait d’influencer VIA le réseau social. En la matière, Facebook et Instagram se détachent très nettement.

Une organisation interne encore (très) perfectible

Au-delà des données peu novatrices évoquées plus haut, un point a soulevé mon attention et confirmé mon ressenti : les entreprises utilisent les réseaux sociaux MAIS ne sont pas assez organisées… En effet, même si 46% estiment avoir mis en place une équipe à part entière, 46% n’ont pas d’organisation particulière (= stagiaire ou quelques actions menées en fin de journée…), et, 8% externalisent.

Cela met clairement en avant le fait que bon nombre d’entités ne prennent pas encore au sérieux les réseaux sociaux. Lors de la création, avec mon acolyte de l’époque, de la première agence web orientée uniquement vers les réseaux sociaux (en 2009), le travail d’évangélisation était colossal… En 2017, j’ai l’impression que rien n’a bougé !

Utiliser les réseaux sociaux = des compétences (donc des formations) = de l’investissement (en temps et en monnaie sonnante et trébuchante). 

Les freins qu’il faut lever

À ce manque de panache, il y a surtout des freins à lever ou plutôt des défis « culturels » à relever. Clairement, l’entrepreneur français veut répondre aux questions suivantes :

  • Comment puis-je évaluer mon ROI?
  • Quelle stratégie mettre en place?
  • Comment analyser les données recueillies?
  • Comment (et combien) former mon personnel?

Je peux vous le garantir, les outils existent et ils sont sacrément performants ! Mais ceux-ci sont inutiles tant que l’ADN (qui est en train de changer, mais pas assez vite à mon sens) n’aura pas drastiquement évolué…

Selon moi (#amha), externaliser est la meilleure option pour débuter tout en douceur, et, surtout, pour initier une stratégie dans le bon sens ! Vos employés ne seront jamais formés du jour au lendemain et une combinaison « externalisation » + formation peut être un chemin 2.0 pertinent pour tirer (réellement) profit des réseaux sociaux.

Etude Hootsuite utilisée comme référentiel