Selon un sondage publié jeudi, près d’un Américain sur cinq a déclaré avoir perdu un ami ou un membre de sa famille à cause de la Covid-19, illustrant ainsi l’immense bilan personnel de cette pandémie qui dure depuis maintenant un an.

 

Faits marquants

  • L’enquête AP-NORC menée auprès de 1 434 adultes américains a révélé que les Noirs et les Hispaniques étaient les plus exposés à la perte, avec respectivement 30 % et 29 % d’entre eux déclarant que l’un de leurs proches est mort de la Covid-19.
  • Le nombre de victimes était environ deux fois moins élevé que chez les répondants blancs : 15% ont déclaré avoir perdu un ami proche ou un membre de leur famille pendant la pandémie.
  • Les pertes étaient plus susceptibles d’être signalées par les ménages à faible revenu, puisque près d’un quart (24 %) des personnes interrogées dont le revenu du ménage est inférieur à 30 000 dollars (25 000 euros) ont déclaré qu’un proche était mort du virus, contre 17 % des ménages gagnant plus de 30 000 dollars.
  • En baisse d’un point par rapport aux derniers mois, près de trois Américains sur dix interrogés ont déclaré qu’ils craignaient de contracter le virus, eux-mêmes ou un membre de leur famille.
  • Ce chiffre est nettement divisé selon les partis, puisque 80 % des démocrates interrogés se disent inquiets, contre 53 % des républicains.

 

Fait surprenant

Le sondage a également révélé qu’environ un tiers des personnes interrogées ont déclaré ne pas avoir l’intention de se faire vacciner contre la Covid-19. Les jeunes adultes, les personnes sans diplôme universitaire et les républicains étaient les plus hésitants.

 

Contexte clé

Cela fait un an que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré que la Covid-19 était une pandémie. Le virus a fait plus de 2,62 millions de victimes dans le monde jusqu’à présent, mais ce sont les États-Unis qui ont été le plus durement touchés, avec 530 000 (environ 20 %) de ces décès. Comme le suggère le sondage, les communautés de couleur ont été touchées de manière disproportionnée par la pandémie. Les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies ont mis en évidence des facteurs sociaux tels que les inégalités en matière de logement, de soins de santé, de richesse et d’éducation, ainsi qu’une représentation disproportionnée dans les milieux de travail essentiels, pour expliquer pourquoi le bilan est plus lourd pour les personnes de couleur.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Jemima McEvoy

<<< À lire également : Covid-19 : la réticence à la vaccination est plus forte en Europe qu’aux États-Unis >>>