« Il a déjà été scientifiquement prouvé que nous pouvions vivre jusqu’à 120 ans et nos recherches montrent que nos muscles peuvent se développer au-delà de 90 ans si nous faisons de l’exercice correctement », explique Shinya Kuno, professeur à l’université de Tsukuba, qui a passé des décennies à travailler pour améliorer la santé des personnes âgées au Japon. Il a créé Tsukuba Wellness Research pour appliquer les résultats de ses recherches aux communautés locales.

 

Le Japon a déjà la population la plus âgée du monde. Un rapport du Cabinet Office de 2019 a montré que 28,1 % des Japonais en 2018 étaient âgés de plus de 65 ans et que d’ici 2065, ce chiffre dépassera les 38 %, mais le Japon n’est pas un cas isolé. Selon un rapport des Nations unies, le vieillissement de la population mondiale s’accélère : « En 2019, la population mondiale comptait 703 millions de personnes âgées de 65 ans ou plus. Ce nombre devrait doubler pour atteindre 1,5 milliard en 2050. » Ces chiffres montrent comment les sociétés vieillissent dans le monde, mais la préoccupation de Kuno Shinya va au-delà de ces chiffres.

 

Rendre plus sain ce qui ne l’est pas

Kuno Shinya a mis en place un programme dans certaines régions du Japon qui utilise des appareils de surveillance individuels pour recueillir des informations telles que la pression artérielle, le poids, le taux de graisse et les pas effectués auprès des citoyens âgés afin d’enregistrer leurs statistiques de santé et de créer une base de données. Un système d’incitation a également été mis en place, consistant à distribuer des récompenses telles que des chèques-cadeaux à ceux qui font plus d’exercice. Un programme mis en place à Mitsuke City a permis de faire passer le nombre de pas effectués quotidiennement d’environ 6 000 à plus de 8 000 pour les personnes concernées. Les résultats ont montré que les bénéfices pour la santé pouvaient réduire les dépenses médicales de 500 dollars (420 euros) par personne et par an en moyenne, et jusqu’à 2 000 dollars (1700 euros) pour les septuagénaires.

L’autre mission du professeur est d’aider les personnes âgées qui n’ont aucun intérêt actif à être en bonne santé à adopter un mode de vie plus sain. L’un des moyens d’y parvenir est le Social Impact Bond (SIB), un système de collaboration public-privé dans lequel le secteur public commande au secteur privé des projets axés sur les résultats afin de résoudre des problèmes sociaux. « Le gouvernement commence à offrir des avantages aux particuliers et aux gouvernements locaux, ce qui constitue un grand pas en avant », déclare le chercheur. « Nous pensons que le système SIB, qui est axé sur les résultats, est une méthodologie très utile et nous avons actuellement plus de 10 projets SIB en cours avec le soutien de subventions gouvernementales. » Il souligne comment les programmes efficaces peuvent être utilisés pour améliorer la santé des personnes âgées et comment les politiques dérivées des données peuvent réduire les coûts médicaux. L’un de ces programmes est le SIB, l’autre la Smart Wellness City.

Kuno Shinya a été attiré par le concept de la Smart Wellness City, « une ville conçue pour que les gens soient en bonne santé même s’ils n’ont aucun intérêt actif à l’être ». Les exemples ci-dessus sont des moyens conscients d’amener les gens à améliorer leur santé, mais les moyens inconscients sont tout aussi efficaces. Tokyo, par exemple, compte un faible nombre de patients diabétiques par rapport à d’autres villes, et le professeur explique cela par le fait que les gens marchent davantage et utilisent moins la voiture. La structure de la ville améliore la santé de ses citoyens. « Nous devons explorer la technologie sociale en même temps que la technologie scientifique », ajoute-t-il. En d’autres termes : Que peut faire la technologie pour améliorer la santé des gens, même s’ils n’essaient pas consciemment d’être en meilleure santé ?

 

Élaborer des politiques avec les réponses de l’IA

Pour analyser l’impact de ses programmes sur la santé, Kuno Shinya avait besoin de deux choses : des données sur la façon dont les personnes âgées vivent leur vie et un moyen d’analyser ces données. Les résultats aideraient les gouvernements locaux (ou nationaux) à élaborer des politiques de santé. Il a collaboré avec l’unité de création de valeur de la vie du NTT Data Institute of Management Consulting, une filiale de la plus grande entreprise de télécommunications du Japon qui vise à créer une société durable. Ensemble, ils ont développé le programme Smart Wellness City-AI (SWC-AI) pour évaluer les données relatives à la santé et soutenir les initiatives des gouvernements locaux visant à redynamiser le développement régional et à renforcer la capacité des municipalités à formuler des politiques de santé basées sur des données traitées par l’IA.

« L’initiative SWC-AI est un moyen fondé sur des données probantes de comprendre les choses à un large niveau et d’utiliser les données pour formuler des politiques », explique Hiroyuki Kitano, un cadre supérieur de l’unité de création de valeur de la vie. Le programme SWC-AI a été lancé en 2020 et a déjà été utilisé dans une dizaine de municipalités. Toutes les données sont anonymes et fournies avec le consentement des citoyens, tout en étant strictement sécurisées par la cybersécurité et d’autres systèmes de protection. Plus la quantité de données est importante, meilleurs sont les résultats, explique le cadre, ajoutant qu’un système complet et unifié de dossiers médicaux est nécessaire pour tirer pleinement parti des données. Il est prévu que 100 municipalités utilisent SWC-AI dans un avenir proche.

Selon M. Kitano, « au niveau individuel, les patients pourraient bénéficier de soins de santé uniformes où qu’ils aillent et l’IA pourrait créer des programmes pour les individus ». Mais l’objectif initial du programme est à plus grande échelle : utiliser les données de, actuellement, 750 000 personnes pour optimiser les coûts médicaux et permettre aux gouvernements locaux de créer des politiques fondées sur des preuves. M. Kitano et M. Kuno cherchent à élargir encore leurs horizons en collaborant avec davantage d’entreprises, tant dans leur pays qu’à l’étranger.

La vision du professeur n’est pas seulement d’utiliser les données pour montrer aux gens comment être en meilleure santé et pour aider les gouvernements locaux à élaborer des politiques, mais aussi de s’assurer que personne n’est laissé pour compte à l’ère du numérique. « Je veux que tous les Japonais soient en bonne santé », souligne-t-il. « Le défi consiste à utiliser les données de manière à ce que les gens puissent les voir et les comprendre. Si vous y parvenez, davantage de personnes pourront vivre en bonne santé jusqu’à leurs vieux jours. » Avec sa population vieillissante comme source de connaissances et de données scientifiques, le Japon continue de montrer la voie vers une époque où vivre plus longtemps et en meilleure santé sera la norme plutôt que l’exception.

Pour en savoir plus sur Tsukuba Wellness Research (TWR), cliquez ici.

 

Article traduit de Forbes USBrandvoice : Japan Researcher

<<< À lire également : Santé, changement climatique et partage de la valeur : le triptyque de long terme >>>