Le Premier ministre haïtien Ariel Henry a démis mardi de ses fonctions un procureur de haut rang, peu de temps après que celui-ci a demandé que des poursuites soient engagées contre lui dans le cadre de l’assassinat du président Jovenel Moïse, lors du dernier bouleversement politique découlant de la mort de l’ancien président haïtien. 

 

Faits marquants

  • Le bureau d’Ariel Henry a annoncé le remplacement du procureur Bed-Ford Claude dans un tweet mardi soir, et l’Associated Press et le Wall Street Journal ont rapporté que M. Henry a informé M. Claude de son licenciement dans une lettre qui citait une « faute administrative ».
  • Le licenciement est intervenu après que M. Claude a recommandé l’inculpation de M. Henry, affirmant que le Premier ministre avait communiqué avec le suspect d’assassinat et ancien fonctionnaire Joseph Badio plusieurs heures après la mort de M. Moïse, ont rapporté plusieurs médias.

 

Contexte clé

Jovenel Moïse a été tué dans une attaque matinale à son domicile à Port-au-Prince, la capitale d’Haïti, il y a environ deux mois. Cet assassinat a plongé le pays dans la tourmente politique : le Premier ministre en exercice de l’époque, Claude Joseph, a fermé les frontières du pays et déclaré l’ « état de siège », imposant une forme de loi martiale temporaire. Dans la confusion, M. Henry – que M. Moïse avait nommé pour remplacer Claude Joseph deux jours seulement avant l’assassinat – a revendiqué le contrôle du gouvernement du pays, déclenchant une lutte de pouvoir qui s’est terminée par la démission de M. Joseph à la mi-juillet. Entre-temps, les forces de l’ordre haïtiennes ont arrêté des dizaines de suspects dans le complot d’assassinat, dont plusieurs soldats colombiens.

 

Fait surprenant

Plusieurs suspects dans l’assassinat de l’ancien président haïtien Jovenel Moïse ont des liens avec les États-Unis. Des responsables de la police locale auraient accusé un médecin basé en Floride d’avoir joué un rôle central et d’avoir comploté pour prendre la place du président après la mort de M. Moïse, et les forces de l’ordre ont arrêté deux Haïtiens-Américains qui ont ensuite insisté sur le fait qu’ils avaient simplement servi de traducteurs pour l’équipe.

 

Tangente

Au milieu du tumulte politique, Haïti a été confronté le mois dernier à un tremblement de terre brutal qui a tué plus de 2 000 personnes et détruit les infrastructures dans certaines parties du pays.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Joe Walsh

<<< À lire également : Haïti : Le bilan du séisme dépasse désormais les 2000 morts, et la colère monte face au manque d’aide >>>