Malgré les grèves et les mouvements sociaux, l’emploi s’améliore en France. Les employeurs sont optimistes. En tout cas ceux interrogés par ManpowerGroup France.

D’après le spécialiste du travail temporaire, les grandes entreprises affichent les prévisions d’embauche pour 2020 très favorables pour le début de l’année, avec une Prévision Nette d’Emploi de +18% (résultat de la soustraction entre le pourcentage d’employeurs anticipant une hausse de leurs effectifs et le pourcentage d’employeurs anticipant une baisse). C’est 5 points de moins qu’au trimestre précédent, mais 10 points de plus qu’il y a un an.

Dans les petites entreprises, elles progressent de 3 points par rapport au trimestre précédent, et de 4 points par rapport au premier trimestre 2019.

Les micro-entreprises (moins de 11 salariés) affichent également des intentions d’embauche positives (+6 points) en progression de 2 points par rapport au trimestre précédent, et en hausse de 4 points sur un an.

Secteur qui a le vent en poupe, l’hôtellerie-restauration manifeste des intentions d’embauche en très forte hausse : la Prévision Nette d’Emploi (+19%) est la plus importante jamais observée depuis la création du baromètre en 2003. Elle progresse de 11 points par rapport au trimestre précédent, et de 24 points sur un an. En revanche, le ralentissement se fera sentir dans les secteurs miniers et les industries extractives : la Prévision Nette d’Emploi négative (-4 points) recule de -4 points en un trimestre, et de -6 points en un an.

« Ce baromètre s’inscrit dans la logique de la conjoncture économique, commente Alain Roumilhac, Président de ManpowerGroup France. La croissance de l’économie française reste positive, et la France devrait être le premier pays contributeur à la croissance de la zone euro en 2019. Cette croissance s’explique par le dynamisme des créations d’emplois dans le secteur privé. Selon l’Insee, le nombre de nouveaux emplois a progressé de 1,3 % sur un an. Le chômage, en revanche, reste élevé : 8,6% de la population active. C’est pourquoi les chefs d’entreprises tablent sur une croissance prudente, et dimensionnent en ce sens leurs prévisions d’embauche ».