Fuir un réel déprimant,  échapper à un quotidien stressant, se chercher de nouveaux repères, retrouver ses illusions perdues, s’extraire du tumulte médiatico-politique, ou faire peau neuve …

Autant de bonnes raisons de s’inventer un repli stratégique.  Si beaucoup s’échinent à lutter contre le courant, certains s’imaginent des parenthèses afin de se soustraire à leur mal être, de s’exonérer des conflits ambiants ou de prendre de la hauteur.


Pour tous les désabusés et ceux qui veulent lâcher-prise, “La tentation de Venise”*Alain Juppé , 1993, reste la solution la plus romantique et le remède le plus radical.

 

 

 

#Envie de larguer les amarres 

Vous traversez un passage à vide, vous vous posez pas mal de questions sur votre devenir personnel ou professionnel…

Et si vous vous risquiez à une rupture temporaire ou définitive en vous persuadant que partir, ce n’est pas mourir un peu, mais plutôt revivre et vous ressourcer  grâce à “La possibilité d’une Ile” ? Pour en découdre avec une routine déprimante, vous envisagerez de lever l’ancre en mettant le cap sur un quotidien moins contraignant. Un temps suspendu, voilà ce que vous planifierez pour vous réinventer, réfléchir et faire un  point sur vos préoccupations et votre devenir.  Que votre césure soit éternelle, sans espoir de retour, ou que votre césure soit ponctuelle avec un arrière goût de “revenez-y”ou de madeleine Proustienne, peu importe, ce qui compte c’est : partir ailleurs.

 

#Envie de rallier de nouveaux horizons

Parce que “Changement d’herbage réjouit les veaux”, vous vous dessinerez des lendemains qui chantent dans un lieu hors du commun.

Pour casser vos rythmes effrénés,  rien ne vaut la tentation d’une île et celle de la Sérénissime en particulier. Respirer un air nouveau loin de tous vos repères sensoriels habituels, fouler une autre terre et vous placer sous d’autres cieux, c’est  là que se joue votre guérison. Alors fabriquez-vous votre  Colombey les Deux Eglises ou votre Roche de Solutré…

Moi je vous le dis tout de go, je préfère Venise, sa magie enchanteresse et son côté addictif. Venetia c’est “Veni etiam”, “Reviens encore” et c’est surtout “La seule ville au monde où les pigeons marchent et où les lions volent” Jean Cocteau.

 

 

#Envie d’opter pour une détox numérique

Venezia, le lieu idéal pour débrancher et pour vous détoxifier de toute addiction digitale et de toutes scories numériques.

Vous vous interdirez l’accès à votre mobile pendant un temps donné. Vous tuerez dans l’oeuf vos envies compulsives de mater vos écrans et de tapoter fébrilement sur les touches. Pour y parvenir, programmez- vous  une diète informationnelle à moins que vous ne préféreriez  un Shabbat numérique. Vous mettrez votre cerveau au repos en virant tous les spams cognitifs qui vous polluent l’esprit et vous ouvrirez vos chakras sur d’autres horizons. C’est à ce prix que vous musclerez votre acuité attentionnelle.

A présent, vous voilà prêt à tous les ravissements, toutes les jubilations et tous les extases, et Dieu sait que Venise n’en manque pas.

 

#Envie de décliner le verbe procrastiner à tous les temps 

Au passage, vous pourfendrez tous les oukases  et toutes les injonctions culpabilisantes qui vous interdisent de remettre à plus tard ce que vous ne voulez pas faire ou ce que vous n’aimez pas faire.

Venise est une incitation à la méditation, une cité où il est si bon de paresser et de se laisser aller  à la délectation du moment présent. Alors pour une fois,  privilégiez le principe de plaisir au principe de réalité et faites rendre gorge à toutes vos contraintes pour embrasser les délices de la “Sensualissime”. Surtout ne faites rien, ne pensez pas, contentez-vous juste d’être à vous et d’égrener les heures du jour au rythme du son des cloches qui résonnent, soyez exclusivement dans l’étreinte de l’instant.

 

#Envie de rejoindre la beauté

Vous extraire du brouhaha, vous installer dans le silence et la contemplation, ne rien faire, ne pas penser, juste battre le pavé, vous laisser distraire et emporter par le vent. Musarder et envisager une relation au monde plus distanciée, voilà une occasion inespérée de vous mettre “off”, pour un temps donné ou pour toujours, selon vos desseins, histoire de “ne souffler mot et de regarder”,  à l’instar de Blaise Cendrars.

En vous donnant un temps hors du temps, en laissant votre temps au temps, en vous mettant en jachère ou au vert, en offrant à vos yeux une cure d’esthétisme, vous nettoyez votre disque dur et vous vous gratifiez de tous les atouts d’une résurrection mentale.

“On vole vers Venise comme à un rendez-vous amoureux…”, André Suarès, 1884. “Return ticket” ou pas, vous mesurerez les bienfaits illimités de ce temps suspendu porteur d’une grâce inspirante sur la façon de conduire votre vie, de mener les hommes et de prendre vos décisions avec les ailes du désir chipées aux “putti”. (anges)