Tenu par la même famille depuis trois générations, l’hôtel iconique situé dans le centre de Megève a été repris Martine Kampf et ses fils Jean Bastien et Maxence Dussart. Tout en gardant le caractère familial et convivial de l’ancienne maison et conservé son nom poétique “Coeur de Megève”, il a bénéficié d’une totale rénovation menée par l’architecte d’intérieur Sybille de Margerie.

Rue Charles Feige, près de l’emblématique église de la station de ski, c’est maintenant un boutique hôtel flambant neuf, au luxe discret et douillet qui continue d’être le rendez vous des habitués et accueille de nouveaux clients de tout horizon.
Doté de quatre étoiles, l’hôtel est le tout premier établissement du groupe Steller Hotels, créé en 2017 par Martine Kampf la fille de Serge Kampf, fondateur de Cap Gemini, et ses fils. Le groupe 100% familial prévoit d’ouvrir très prochainement deux nouveaux hôtels, à Paris, et à Rome “dans des quartiers vivants” confie le discret Maxence, en charge de la communication et du marketing du groupe.


 Un hôtel 4 étoiles réalisé comme un cinq étoiles en petit format

Ouvert le 22 décembre 2018, après neuf mois de travaux, l’ancien hôtel a été dépoussiéré, réorganisé et décoré par Sybille de Margerie, l’architecte d’intérieur qui a réalisé entre autres le Mandarin Oriental à Paris, le Cheval Blanc à Courchevel et le tout nouveau Barthélémy à Saint Barth.
A l’extérieur, les deux bâtiments d’origine ont été rassemblés et l’ancienne impasse qui les séparaient transformée en entrée et en lobby, avec au dessus 3 chambres dont les balcons recouverts d’une résille en métal composent un damier qui rappelle les toits savoyards. Les façades des deux anciens chalets sont recouvertes de tavaillons, ces tuiles en bois qui servaient d’isolant thermique traditionnel et de protection naturelle contre les intempéries. Elles ont été conservées, rajeunies, juste sablées et blanchies pour mettre en valeur ses décorations et l’architecture si typique du paysage alpin. Les rambardes des différents balcons et terrasses sont ajourées de fleurs et de cœurs. Le charme de l’ancien est conservé et assorti à l’adaptation moderne du style local, comme pour créer un lien entre les deux histoires, passée et future.
Sur trois étages, les 39 chambres et suites de l’hôtel s’habillent de douces matières comme le lin, le bois de noyer brossé, toutes dotées d’armoires et de bibliothèques faites sur mesure, aux lignes harmonieuses. Toutes sont différentes, certaines sont mansardées, d’autres possèdent de grandes terrasses sur le torrent du Planay qui borde l’hôtel et ont vue sur le clocher de l’église Saint Jean Baptiste, mais la plupart ont un balcon donnant côté village ou côté torrent.
Rouge carmin, vert anis, bleu azur composent la palette de couleurs des chambres, tandis que le blanc limpide assorti de cuivre brossé assure une ambiance zen dans les salles de bains. Ici le luxe subtil sans ostentation se conjugue avec le confort douillet.

Une atmosphère conviviale et des produits de saisons pour la table

Au rez-de-chaussée, dans les pièces à vivre communes comme le salon bibliothèque meublé de grands canapés claire et des fauteuils en fourrure accueillants, l’ambiance est conviviale, comme à la maison. L’après ski commence avec un chocolat chaud près du feu, un bon livre à la main trouvé dans la bibliothèque, en jouant au backgammon ou encore en dégustant un cocktail maison fait à partir d’alcools locaux créés par Thomas Bencze, le chef barman du bar de l’hôtel le Meige, confortablement installé dans les fauteuils en cuir.

Pour continuer la soirée, le restaurant La Muse orchestré par le chef Vincenzo Regine, propose une carte qui met principalement en valeur saveurs locales et produits du terroir, avec quelques notes italiennes et asiatiques. Vous pourrez dîner sur la terrasse chauffée, ou dans la salle à manger au bord du torrent ou sur la table d’hôtes pour seize personnes, ou encore dans l’alcôve de la salle principale décorée d’un motif jacquard qui rappelle que l’on est à la montagne.
L’hôtel ne choisit que des produits de saisons, utilise les circuits courts, et privilégie les producteurs locaux, comme le fromage d’Eric Mainbourg à Rognaix et Chambéry, ou celui de Martine et Eric Boucex à Flumet ou la Coopérative Fruitière du Val d’Arly, les œufs de la Ferme du Renard, les fruits des Vergers Tissots, la viande de Montagne Saveur et les poissons d’Alpes Marée, le vin de Jean Claude Masson à Apremont, de Louis Magnin à Arbin ou de Jean Vuillien à Fréterive ou encore le vin blanc du Domaine des Ardoisières à Cevins, goûté ce soir là.

Un hôtel éco responsable et des activités en pleine nature
L’hôtel s’engage dans une démarche éco responsable. Outre le fait de mettre en avant le savoir faire artisanal, la saisonnalité pour la table et des produits sans paraben et sans colorants artificiels de la marque de cosmétique biologique Grown Alchemist dans les salles de bains, l’hôtel propose un Spa Tata Harper. Après Saint Tropez, la marque pionnière des produits green a choisi les Alpes et le Cœur de Megève pour sa deuxième adresse.

Ses produits, condensés d’actifs purs, sans composants synthétiques, non testés sur les animaux sont fabriqués à la main dans une ferme dans le Vermont à partir de plantes, à découvrir en choisissant l’un des rituels visage comme le soin « rajeunissant aux vitamines »  ou l’un des rituels cocooning pour le corps, dans l’une des deux cabines intimistes du Spa, après un sauna à la finlandaise et une douche sensorielle.
En hiver, bien commencer sa journée sur les pistes de ski du Mont d’Arbois, en suivant, Sebastian Tavares Gomes, le guide montagne recommandé par l’hôtel, qui connaît par cœur les pistes de ski du domaine, vous fait découvrir la Croix du Christ et sa vue à 360 degrés devant le Mont Blanc et l’Aiguille du Midi. Au déjeuner, au restaurant de piste, les Mandarines, sur leur terrasse ensoleillée, il peut même vous donner un cours de photo en parfait ambassadeur de la marque Leica à Genève et Megève, appareils photo, vendus d’ailleurs dans la petite boutique de l’hôtel. 

Le soir, l’hôtel vous propose l’une de leur nouvelle expérience client, une fondue au Refuge de Tornieux en pleine montagne, après avoir gravi la montagne en chenillette suisse. Le dîner, simple et bon, dévoré, il faut redescendre en motoneige ou en luge avec une lampe frontale et finir par une marche digestive, très digestive pour atteindre le bas de la montagne.
Sa deuxième saison de ski entamée et presque finie, l’hôtel est ouvert toute  l’année et propose des activités sportives comme des randonnées à pied, des promenades à cheval et des séjours dédiés de bien être en immersion dans la nature, avec des cours de yoga et des retraites détox. 

<<< À lire également : Gastronomie Étoilée Au M De Megève >>>