Le film Knock Knock d’Eli Roth, actuellement le plus regardé sur Netflix (derrière Holidate), est sorti à un moment très curieux. La sortie du film produit par Lionsgate a eu lieu en octobre 2015, deux ans avant que les mouvements #MeToo et #TimesUp ne fassent leur apparition.

Le film est un remake du thriller Death Game de 1977. Il met en scène un mari/père aimant (Keanu Reeves) dont le week-end est interrompu par deux jeunes femmes magnifiques (Lorenza Izzo et Ana de Armas) qui se présentent sur le pas de sa porte et demandent leur chemin pour se rendre à une fête. La première moitié du film est une sorte de bataille de volontés, car les deux jeunes femmes tentent « subtilement » de séduire cet homme. Evan n’a pas en tête de s’égarer, mais il flirte et se laisse appâter par les deux jeunes femmes. Lors du tournage, Keanu Reeves avait 50 ans et jouait un personnage de 43 ans.

Death Game mettait en vedette Seymour Cassel aux côtés de Sandra Locke et Colleen Camp. Un scénario proche mais une version tout de même différente de celle avec Keanu Reeves. 

Le fait que Roth ait 42 ans lorsqu’il a réalisé le film et qu’il ait choisi sa femme de l’époque (Izzo, qui a été mariée au réalisateur de 2014 à 2018) comme l’une des jeunes tentatrices peut ajouter un élément autobiographique. Evan finit par céder à la tentation, et la dernière heure du film peut rappeler aux gens le film Hard Candy de Patrick Wilson et Ellen Page. Comme ce thriller réalisé par David Slade en 2005 (sur une jeune fille de 14 ans qui piège métaphoriquement et littéralement un pédophile en ligne), Knock Knock atteint sans doute des sommets avant que les éléments de genre ne prennent le dessus sur le film. Une fois que les cartes sont sur la table, il y a peu de variété dans les nombreuses scènes jouées par Keanu Reeves, ligoté et criant à l’aide ou à la pitié pendant que ses captifs se moquent de sa situation et rejettent la faute sur leur otage.

Le film a coûté 2 millions de dollars, il en a rapporté 6,3 millions au niveau mondial, sans compter les recettes en termes de VOD et de diffusion EST et, éventuellement, de diffusion physique dans les médias. Ce n’est donc pas un échec, et s’il était sorti cette année, il aurait probablement fait plus davantage parler de lui.

Knock Knock est une preuve de plus que le public est prêt à tester les programmes des stars des studios, à condition qu’ils soient diffusés gratuitement sur leur télévision. L’astuce de Keanu Reeves est qu’il a toujours la possibilité de créer régulièrement des personnages de marque originaux (Ted Logan, Jack Traven, Thomas « Neo » Anderson, John Wick, etc).

Le film a également débuté pendant une période de crise commerciale pour le cinéma d’horreur grand public, entre les débuts de la franchise en 2013 (The Conjuring et The Purge) et le renouveau de la décennie (Don’t Breathe, Split, Get Out) qui a positionné l’horreur de haut niveau comme l’un des sous-genres cinématographiques les plus fiables. Ce n’est pas un jugement nuancé, mais quand le film d’horreur sans franchise le plus important de 2014 est Deliver Us From Evil (114 millions de dollars) et le plus important de 2015 est The Visit (98 millions de dollars), il y a de quoi être inquiet. Est-ce que le film Knock Knock aurait été un plus gros succès s’il était sorti cette année ? 

La sortie de Knock Knock après l’élection présidentielle de 2016 aurait sûrement inspiré des pièces de réflexion arguant que le film joue sur les stéréotypes de « femmes par le mensonge », peu importe les circonstances spécifiques de ce récit singulier. L’élection de Donald Trump a conduit à une présomption, juste ou non, selon laquelle la plupart des gens regardent un film ou une émission de télévision de la manière la plus néfaste possible, ce qui a conduit à une nouvelle souche de critique « représentation = approbation ». Alors peut-être que le lancement de Knock Knock en 2015 était finalement idéal, car c’était l’une des dernières fois qu’un film pouvait simplement être un film.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Scott Mendelson

<<< À lire également : Les 5 Films À Voir Et Les 5 À Ne Pas Voir En Confinement… >>>