Ils ont entre 16 et 22 ans et leurs pratiques digitales sont constamment analysées. À l’heure où les idées sur cette jeunesse ultra connectée se bousculent, Diplomeo a réalisé une étude sur la communication et les réseaux sociaux chez les « Z ». Et les résultats ont de quoi contrer certains stéréotypes…

Snapchat, star des jeunes connectés

Snapchat est le premier réseau social à conquérir le cœur des jeunes de la génération Z. Intuitif, ludique et inventif, Snapchat arrive en première position, laissant la deuxième place du podium à Facebook et la troisième, à Youtube.

En ce qui concerne l’utilisation des réseaux pour le partage, Snapchat prouve encore une fois sa supériorité : 51 % des jeunes interrogés préfèrent le fantôme jaune pour partager des photos, tandis qu’Instagram n’emporte que 24 % des préférences des Z. Pour envoyer des vidéos, Snapchat est aussi l’application favorite de 56 % des jeunes sondés. Seulement 10 % passent en priorité par Facebook pour envoyer des vidéos.

Dans la course des stories proposées par Snapchat, WhatsApp, Instagram et Facebook, c’est encore Snapchat qui prend l’avantage. En effet, 76 % des jeunes interrogés disent choisir en premier lieu cette application lorsqu’ils souhaitent publier une story.

L’ascension de Snapchat semble ne pas s’arrêter en si bon chemin et va au-delà de la communication entre amis. Pour preuve : les Z se servent même de l’application pour parler avec leurs parents ! Même si Facebook Messenger est utilisée par 80 % des Z communiquant avec leurs parents sur les réseaux sociaux, 22 % des jeunes le font via Snapchat ! Il semblerait donc qu’il n’y ait rien d’étonnant à recevoir un snap de son père avec des yeux de biche… Quand on constate que seulement 21 % des jeunes ont déjà jugé une publication de leurs parents gênante, on comprend que les Z sont plutôt ouverts et adaptables !

Partager sur les réseaux : comment et pourquoi ?

Les jeunes ne répondent pas à des codes particuliers pour partager leur quotidien : chacun publie ses photos et vidéos comme il l’entend. L’étude de Diplomeo nous apprend par exemple qu’un jeune sur deux utilise des filtres lors du partage de ses photos. Ainsi, l’autre moitié des Z est plutôt favorable aux publications « sans retouche ». À noter que les filles sont davantage adeptes des filtres que les garçons : 61 % contre 35 %.

Du côté du partage de la vie quotidienne sur les réseaux sociaux, les pratiques divergent. 56 % des Z avouent avoir déjà publié une photo de leur assiette et 54 % des jeunes voyant quelque chose d’insolite ont pour premier réflexe de le partager.

Rien de tout cela ne nous permet de dire que les jeunes sont accros aux réseaux sociaux, mais plutôt qu’ils semblent maîtriser leurs publications. Et cette idée de contrôle est justement très importante pour 19 % des jeunes, qui ambitionnent de gagner en notoriété, grâce à leurs réseaux sociaux.